Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 19 septembre 2017

Scroll to top

Top

3 Comments

Bruxelles comme des locaux

Bruxelles comme des locaux
alafindelaroute

Cela faisait un moment que Bruxelles était sur notre wishlist de city-trips européens… Dans le cadre du Salon des blogueurs We Are Travel 2016 (*), on a fini par y aller. C’était juste après les attentats du 22 mars. Une semaine au cours de laquelle on a découvert la ville avec des locaux, seuls ou vraiment comme des touristes. On a passé la première partie du séjour avec une copine qui vit ici (à Ixelles) depuis une quinzaine d’années, enchaîné avec le salon puis terminé avec les copains de Good Morning Planet dans un appartement AirBnB du quartier de Molenbeek.

On a bien aimé Bruxelles. Ce qui nous a surpris : la météo (hyper changeante, les Bruxellois ont toujours un pull au fond de leur sac en cas de besoin toute l’année), les nombreuses épiceries de nuit un peu partout ouvertes partout, les sacs poubelles empilés à même le trottoir les soirs de ramassage, une certaine lenteur qui se confond avec une sorte de coolitude, l’accent qui est finalement plus proche d’une autre ligne mélodique, la « force » de la bière, le mélange d’architecture qui est devenu un terme : « la bruxellisation »… Après avoir arpenté la ville en long, en large et en travers, voici un mix des choses à ne pas manquer, pour faire comme les locaux (et rester un peu touriste quand même).

 

 

Notre Bruxelles avec les locaux

 

Goûter la bière, les frites, les gaufres etc.

thumb_DSC07413_1024thumb_DSC05334_1024 thumb_DSC05343_1024

Avant toute chose, attablez-vous dans l’un des nombreux bars/tavernes/brasseries/restaurants ou arrêtez-vous à un camion (food truck). Ils sont tous (ou presque) beaux et proposent de bonnes bières qui font la fierté de la Belgique (Manneken Pils, Duvel, Chouffe, Barbar…) mais aussi souvent de quoi manger. Prudence au bar et au degré des bières : elles tournent souvent autour de 8-10 degrés (le double de celles qu’on boit par ici, ce qui fait son petit effet !). Attention aussi : quand on commande un demi ici, c’est 50 centilitres (et pas 25).

Les Belges prennent volontiers les frites au camion. Pour quelques euros la portion, elles sont servies dans un petit carton ou un cornet, avec une petite fourchette et arrosée de sauce (délicieuse : mayo, samouraï… l’andalouse a notre préférence). Il y a débat sur la meilleure friterie : nous on a goûté celles de Flagey (un régal) mais on nous a beaucoup parlé aussi de celles du Café Georgette et de la Maison Antoine (place Jourdan).

 

thumb_DSC05450_1024

 

Il y a aussi les gaufres, qu’on peut recouvrir de tout (chantilly, chocolat, barres de chocolat intégrées dans la gaufre, coulis, etc). Apparemment des artifices pour les touristes, les locaux se contentant généralement de la traditionnelle gaufre de Liège nature. Attention elles sont très différentes de chez nous et sont incrustées de cristaux de sucre. Miam.

 

thumb_DSC06238_1024

 

Les locaux déconseillent la rue des Bouchers (« trop touristique ») et les moules frites, qui ici dépassent les 20 euros et sont plutôt une spécialité de bord de mer (à réserver en tout cas pour la fin de l’année et les mois en « bre »).

 

> Les bars et les restos que l’on a testé : Le Pantin (***), Les Brassins (***), Le Green Mango (burgers **), Amon-Re (spécialités orientales **), karaoké-bar Sablon (**), le Delirium (**), le Café du Peuple (*)

 

 

 

 

Voir les statues qui pissent…

thumb_DSC05592_1024

 

Vous serez forcément tentés de voir le Manneken Pis (« le gamin qui pisse » en néerlandais, dans le quartier Saint-Jacques, à côté de la Grand Place, à l’angle de la rue de la rue de l’Etuve et de la rue du Chêne). Ne soyez pas surpris, tout le monde a le même réflexe en le voyant : « Qu’est-ce qu’il est petit ! ». Oui, une petite cinquantaine de centimètres. Il est parfois déguisé pour de grandes occasions.

 

thumb_DSC05562_1024

 

Mais il n’est pas le seul. Les Bruxellois seront contents de vous montrer ses déclinaisons : Jeanneke Pis (une petite fille accroupie, son homologue, au 10-12 de l’impasse de la Fidélité) ou encore le Henneke Pis (un chien bâtard qui urine là où se trouvait jadis la rivière la Senne, au Bélgica, Kartuizersstraat 35 dans le quartier des Chartreux).

 

thumb_DSC06035_1024 thumb_DSC06039_1024

 

 

Prendre de la hauteur au parking 58

thumb_DSC06148_1024

 

Au 1 rue de l’Evêque, en plein centre touristique de Bruxelles (entre la Bourse et la place Sainte-Catherine), ce parking public (et payant pour les voitures) offre une vue panoramique sur le toits de Bruxelles. En 360°, on voit tout, jusqu’à l’Atomium. Il suffit d’entrer et de prendre l’ascenseur pour le dernier étage, en plein air. Vue 4 étoiles assurée.

Attention il ferme à 1 h ou 2 h selon les jours de la semaine.

 

 

 

Suivre les graffs (et la BD)

thumb_DSC07704_1024

 

Bruxelles est une ville d’art jusque sur ses murs. Et de bande dessinée. Il existe même un parcours le long des murs peints dédiés aux grands héros de BD et à leurs dessinateurs (Spirou, le Marsupilami, etc…). La carte est ici.

Mais il y a aussi des graffs très particuliers : les crayons (signés de divers graffeurs) et les murs peints de Tarantino (rien à voir avec le réalisateur), qui a rassemblé les graffeurs en association et milite pour cet art et enfin Bonom, qui a raccroché les bombes de peinture après avoir oeuvré la nuit, suspendu dans le vide, comme dans une danse.

 

 

 

 

Se balader dans le palais de justice

thumb_DSC05821_1024

 

Voulu gigantesque par le roi Léopold Ier, le palais de justice (Place Poelaert 1), construit à la fin du XIXe siècle est cet immense bâtiment recouvert d’échafaudages (en permanence apparemment, ce qui fait dire aux mauvaises langues qu’il ne tiendrait certainement plus sans) et surmonté d’une coupole dorée. L’intérieur, tout aussi monumental, est ouvert en permanence, y compris la nuit.

Au bord, l’esplanade offre une magnifique vue sur Bruxelles et on peut prendre un ascenseur en verre pour redescendre au coeur du quartier historique de Marolles.

 

 

 

Poser avec la chatte à vélo

thumb_DSC05540_1024

Je ne sais pas pourquoi, mais c’est l’une de mes préférées : la chatte à vélo (ou à bicyclette), une statue style BD qui se trouve en face des galeries Saint-Hubert (au 50 rue de l’Ecuyer). Installée en 2005, elle est l’oeuvre d’un sculpteur français et représente bien la ville, qui accueille de nombreux cyclistes.

 

 

 

Découvrir l’art dans le métro

thumb_DSC07606_1024

 

Les transports en commun bruxellois ne sont pas faciles à aborder : il y a le bus, le tramway (parfois semi-couvert), le métro, le train… Le métro a vraiment quelque chose de spécial : c’est un musée à part entière. De nombreuses stations sont décorées d’oeuvres (sculptures, photos, peintures…). On peut en faire la visite en suivant les instructions de la Stib (société de transport). Voir sur ce lien.

En photo, l’une des plus populaires : la station de Comte de Flandre à Molenbeek et son interprétation du Rêve d’Icare. Magnifique (quoiqu’un peu flippant).

 

 

 

Se promener dans le parc et plonger dans ses bas-fonds

thumb_DSC06313_1024

 

Bruxelles se targue d’avoir un record de parc. Le plus emblématique est certainement le parc royal (aussi appelé simplement « parc de Bruxelles »). Ce parc public d’une dizaine d’hectares (place des Palais) renferme des fontaines, des statues, un kiosque à la superbe acoustique… Mais aussi d’insolites bas-fonds sur les côtés. En descendant, on y trouve plusieurs choses : l’inscription « vitriol » à l’endroit et à l’envers, ce qui est une allusion maçonnique, une sculpture de vierge et un buste en hommage à un tsar qui y avait vomi ses tripes après une soirée trop arrosée…

 

 

 

 

Longer le canal

thumb_DSC07561_1024

 

Un canal de 48 km relie Bruxelles à Charleroi et passe entre Molenbeek et Bruxelles-centre. L’occasion d’une petite promenade pour observer les péniches et des moulins à vent multicolores installés le long des trottoirs.

 

 

 

 

Traverser la Grand-Place

thumb_DSC07031_1024

 

Attention, incontournable. La Grand-Place est l’une des merveilles de Bruxelles. Considérée comme l’une des plus belles du monde, elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Superbe de nuit (elle est mise en lumière de différentes couleurs l’été), elle nous a aussi ébloui au coucher du soleil, lorsque les derniers rayons viennent éclairer les dorures. Elle a connu de grands moments d’Histoire et beaucoup d’histoires. Tous les deux ans, au 15 août, elle est recouverte d’un tapis de fleurs.

 

 

 

 

La maison natale d’Audrey Hepburn

thumb_DSC07710_1024 thumb_DSC07712_1024

 

Des dizaines de personnalités sont liées à Bruxelles : Magritte, Hergé, Annie Cordy, Lara Fabian, Stromae, Jean-Claude Van Damme, Claude Lévi-Strauss… Mais ce qu’on sait moins, c’est que c’est là que l’actrice américaine Audrey Hepburn (« Diamants sur canapé« , « My fair lady« …) y est née. Une plaque indique sa maison natale au  48 de la rue de Keyenveld, dans le quartier d’Ixelles, où elle a poussé son premier cri le 4 mai 1929. Selon la société d’Histoire locale, la famille n’est restée là que quelques mois et la petite Audrey a quitté la Belgique à l’âge de 5 ans. Son père était britannique et sa mère Néerlandaise. C’est son père, dans l’immobilier, qui aurait été muté à Ixelles.

 

 

 

ET AUSSI

  • On l’avait noté (et on le garde sous le coude) : le quartier du Parlement européen, la Mini-Europe et l’Atomium, les serres royales de Laeken, le musée du slip (fermé fin 2015 mais qui devrait renaître sous formes d’expos)…
  • On l’a fait : la tour de l’Hôtel de ville, le quartier de Marolles, le quartier de la Bourse, la place Sainte-Catherine, la place de la Monnaie, la rue Neuve, la cathédrale Saint-Michel et Gudule (qui a vu passer papes et rois), la place du Trône, le Mima (Millenium Iconoclast Museum of Art), nouveau musée d’art contemporain qu’on a eu la chance de visiter en avant-première, le Centre Belge de la Bande Dessinée, Molenbeek…

 

thumb_DSC07237_1024 thumb_DSC07090_1024

 

 

 

Les conseils des Bruxellois

Combien de temps ? 2-3 jours

Où dormir (pour être bien placés) ? Au centre (Pentagone, centre historique) ou dans le secteur de la Bourse et de la Grand-Place (même si c’est le quartier « saoul » et qu’il faut s’attendre à du bruit la nuit).

Comment visiter ? Eviter la voiture, vite un enfer. A pied ou à « Villo » (le système de prêt de vélos). Nous on y est allés en train (pour 80 euros aller-retour), on a utilisé les transports en commun et pris plusieurs Uber (attention ils ne vont pas dans tous les quartiers et il est parfois difficile d’en attraper un, mais le service est vraiment bien et on a rarement dépassé 10 euros la course)

Que manger ? Des frites, des gaufres, du chocolat (chez Marcolini ou Leonidas), on appelle « pralines » les chocolats individuels. Des saucisses, du waterzooï, du stoemp (la purée belge avec des légumes) avec des saucisses, de la carbonade (sorte de boeuf bourguignon sucré-salé à la bière), les boulets sauce lapin… Les sandwiches sont bizarres (toujours du chou et souvent de la viande ou du poisson dans mayonnaise) et les mariages aussi (ex purée-saucisses… compote) En fait, « on mange rarement belge« , nous disent-ils. Leur restaus préférés : l’Indochine, la pizzeria Campagnola, le Soul…. « Eviter la (trop) touristique rue des Bouchers.« 

 

 

Visite guidée avec Caro

thumb_DSC05838_1024

 

C’est Caroline qui nous a fait découvrir Bruxelles. Cette Française d’origine, dynamique et pétillante (et grande amie de Delphine depuis une vingtaine d’années) vit à Bruxelles depuis 15 ans et connaît la ville comme sa poche. Elle nous a beaucoup fait marcher et appris plein d’anecdotes, c’était super. Coup de bol : entre autres activités, elle organise aussi des visites guidées (sur tout plein de thèmes). Allez-y les yeux fermés (enfin ouvrez les quand même après histoire de ne rien louper de tout ce qu’elle a à vous montrer).

> Contact : Caroline Paillard. Email : caroline_paillard@yahoo.fr. Tarifs : 200 euros pour une balade de 3 h en groupe de 10 à 20 personnes. Renseignements auprès d’elle pour de plus petits groupes.

 

 

 

 

 

Le coin pratique

Y aller : avion ou train (bonnes réducs/Thalys)

Où dormir ? Nous, nous avons dormi à trois endroits. Chez notre amie, dans le quartier d’Ixelles, dans un AirBNB à Molenbeek et pendant trois nuit dans le quartier de la gare du Midi. 

Nous avons dormi au Pullman de la Gare du Midi (l’un des 14 hôtels du groupe Accor à Bruxelles), un 4 étoiles tout confort très moderne, au 1 Place Victor Horta. On a été invités à y passer les trois nuits du salon. La chambre était très classe et le petit-déjeuner assez incroyable de variété (petit conseil néanmoins, mieux vaut se lever tôt pour profiter du plus grand choix). On n’a pas eu le temps de tester le spa. Pour réserver.

 

thumb_DSC06524_1024 thumb_IMG_5157_1024

 

(*Nous avons pu aller dans certains de ces endroits dans le cadre du Salon WAT16 et la visite nous y a été offerte. Un grand merci aux organisateurs, aux offices de tourisme (dont Wallonie-Bruxelles). Tous les avis et les commentaires nous reviennent)

Comments

  1. Joli photo-reportage! Je connais un peu Bruxelles, mais j’ai loupé pas mal de choses au vu de votre article! Vous me donnez donc envie d’y retourner 🙂 Bonne continuation à vous et au plaisir!

  2. Merci pour ce très chouette article sur Bruxelles ! Des incontournables aux lieux plus insolites. Bref, tout ce qui fait le charme de notre belle capitale.

  3. Évidemment goinfre comme je suis, je rêve d’aller à Bruxelles et manger des frites, bières et plein de gaufres, la base d’une alimentation bien équilibrée ^^ Bel article!

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial