Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

14 Comments

Une vingtaine d’idées qui mènent à Rome

Une vingtaine d’idées qui mènent à Rome
falbalala

A chaque fois qu’on dit « Rome » à quelqu’un, le mot est inévitablement suivi d’un soupir (genre « Ahhhhh la dolce vita, le cinéma, la pizza, les spaghettis, la plus belle ville du monde…« ). En bons fondus d’Italie, on avait presque honte de ne jamais encore avoir mis le pied dans la ville aux sept collines, alors qu’on a déjà écumé une bonne partie du nord du pays.

Voilà des années qu’on reportait cette virée, comme un idéal qu’il fallait se garder dans la besace. Et puis cette année, on a choisi la Ville éternelle. On y est restés cinq (petits) jours mi-janvier 2015, sous le soleil, par une bonne quinzaine de degrés et en pleine alerte attentat post-Charlie. Rome, c’est une grande ville, de l’art et des vieilles pierres partout où l’on regarde, un mythe vivant qui grouille de voitures et de touristes (mais on a eu de la chance, il n’y en avait pas trop quand on y était).

 

IMG_2827_Snapseed copie

 

Nos incontournables : la basilique Saint-Pierre et le Vatican, le forum romain, une balade dans le Trastevere et une tombée de la nuit devant le Panthéon, aux sons des guitares lap-steel.

Au risque de faire les fines bouches, on a bien aimé Rome mais on n’a pas ressenti ce fameux « enchantement instantané dès qu’on y pose le pied » comme en parlent les guides de voyage et beaucoup de visiteurs. On lui a préféré, en termes d’atmosphère, des villes plus petites  (Vérone, Bologne…).

Voici quelques idées pour une feuille de route, fruit de ce qu’on a testé, de ce qu’on a lu et de vos conseils les Roadies. Rome ne s’étant pas faite en un jour, ne le faites pas non plus ; mais de trois à cinq suffisent déjà à en faire un joli tour.

 

 

 

Avant de partir

DSC08397

 

Une chose à savoir quand on part à Rome : mieux vaut organiser quelques trucs… avant. C’est par exemple le cas de la visite des musées du Vatican (la réservation est ultra-conseillée pour ne pas attendre très longtemps, à prendre ici). Bon c’est en anglais et en italien. Mais aussi de la Galleria de la Villa Borghese (réserver ici) et des audiences papales. Le pape « reçoit » chaque mercredi mais il faut s’inscrire, par courrier, téléphone ou par… fax. Plus compliqué mais gratuit (toutes les infos ici).

 

Prendre la Roma card

DSC08378

 

 

Comme toute capitale qui se respecte, Rome a sa carte touristique, le Roma pass. Le fonctionnement n’est pas super simple à comprendre. En gros elle donne accès (pour 48 heures ou 3 jours) aux transports en commun et à une liste de sites. Les deux premiers sont gratuits, pour les autres le prix sera minoré. Le plus gros avantage est de pouvoir couper la file d’attente aux deux premiers sites. On vous conseille vivement de la déclencher pour visiter le Colisée (l’une des plus grandes files d’attente). Attention, chaque jour ouvrable s’arrête à minuit.

> Site : http://www.romapass.it/ Prix : 36 euros pour 3 jours, ou 28 euros pour 2

 

 

Réviser ses classiques

IMG_3196

 

Dans ces coins, vous allez vous croire en plein livre d’Histoire. L’occasion de réviser ses classiques dans le centre historique, la Rome antique, forum romain, le Colisée… Commencez donc par ce dernier (surtout si vous avez la Roma card). Cet amphithéâtre géant (50 000 places) date du Ier siècle. C’est là que les gladiateurs s’affrontaient. On ne peut décemment pas ne pas le voir, au moins de l’extérieur. Attention, le lieu est mégatouristique.

 

 

Une fois que vous l’aurez fait, enchaînez avec le Forum romain juste en face. Une merveille. Commencez par le Palatin et ses jardins (orangers, vues superbes sur les toits et le forum romain depuis les jardins Farnese). C’était le quartier de la bourgeoisie romaine et là que Romulus aurait fondé Rome.

 

 

Puis traversez ces ruines millénaires.

 

 

Passer une demi-journée au Vatican, faire le tour des musées et envoyer une carte postale

DSC08881

 

Le Vatican est incontournable. Un état dans l’état, le plus petit du monde même, « royaume » du catholicisme, gouverné par le pape. C’est aussi un sanctuaire artistique sur 0,44 km2. La Cité du Vatican renferme, dans le palais apostolique, plus de sept kilomètres de collections dans une liste impressionnante de musées et de plus de 1000 salles. Ceux qu’on a préférés : le musée des cartes géographiques, la chapelle Sixtine (avec la célèbre fresque de Michel-Ange et la Création d’Adam, celui avec le doigt tendu, attention photos interdites ^^), l’escalier en forme d’ADN et les chambres de Raphaël.

 

 

Avant de partir, n’oubliez pas d’envoyer une carte postale. Le Vatican a sa propre poste et ses propres timbres. Collector.

 

 

 > Le site des Musées

 

 

Visiter la basilique Saint-Pierre

IMG_2902

 

Au coeur du Vatican, la basilique Saint-Pierre (de Rome) est certainement son plus beau joyau. Cette cathédrale, parmi les plus grandes du monde, renferme des oeuvres très célèbres comme La Pieta de Michel-Ange ou le baldaquin de Bernin. Elle se visite, du dôme aux grottes (mais on n’a pas trouvé de cierges…). Réfléchissez bien avant d’y monter : c’est une véritable aventure. Claustrophobes et sujets aux vertiges feraient peut-être mieux de s’abstenir, même si la vue tout en haut mérite largement le « sacrifice ». 

 

 

> Prix différents si on monte à pied ou (partiellement) en ascenseur (jusqu’au 1er étage). 5 euros les 551 marches, 7 euros pour les 320.

 

 

Entrevoir le pape

Canonization_2014-_The_Canonization_of_Saint_John_XXIII_and_Saint_John_Paul_II_(14036966125)

 

Même si vous n’êtes pas catholique, ce n’est quand même pas tous les jours qu’on a l’occasion de voir le pape ! Deux possibilités : les audiences papales du mercredi matin dont on vous a parlé plus haut et les messes dominicales (le dimanche) sur la place Saint-Pierre (il prêche depuis le balcon). Pour nous ce sera une prochaine fois : on est partis du lundi au samedi et de toutes façons, François nous a mis un lapin. Il était aux Philippines.

 

 

 

 

 

Faire un voeu à la Fontaine de Trevi

134106179124

 

La Fontaine de Trevi (immortalisée dans plein de films, « La Dolce Vita » en tête) est mythique. La tradition veut qu’on jette une pièce par-dessus son épaule droite en faisant un voeu pour être sûr d’y revenir un jour (pour se marier il en faut trois).

On n’a pas eu de pot : elle était en travaux (snif). Vidée, donc, recouverte d’échafaudages… Mais ils ont quand même fait un cheminement pour que les visiteurs puissent voir les sculptures de près (toutes restaurées, elles). Bel effort pour l’affiche de ciné. Vu que j’avais l’air de faire une quenelle sur la photo, on vous en prive. On la reverra si le truc de la pièce a marché.

 

 

 

Prier pour éviter les travaux

Ce qui nous amène au chapitre des travaux. Quelle que soit la période, Rome est toujours en travaux. Nous c’était à Trevi et à l’escalier Sainte-Marie de la Trinité. Mais ça tourne! Vérifiez donc avant de partir que l’endroit que vous avez le plus envie de voir à Rome n’est pas caché par des palissades !

 

 

Descendre l’escalier de Sainte-Marie de la Trinité-des-Monts…

 

L’église de Sainte-Marie de la Trinité-des-Monts se distingue dans le paysage romain avec ses deux clochers typiquement français. L’église, française, donne plusieurs messes dans notre langue (si c’est votre truc). Mais ce sont surtout ses escaliers, dits à volées doubles et qui surplombent Rome, qui sont populaires. Lieu de rendez-vous des amoureux et des artistes de rue, ils conduuisent tout droit à l’effervescence romaine.

 

 

…et arriver Piazza de Spagna (place d’Espagne) IMG_2672

 

Place hyper touristique, carrefour romain, la place d’Espagne et sa jolie fontaine débouche tout droit sur des boutiques de luxe (certaines valent le coup d’oeil).

 

 

Piazza Navona

IMG_2745

 

Ou place Navone. Dans le même genre. La plus grande place touristique de Rome, construite sur les ruines d’un stade romain, fait régulièrement partie des classements des plus belles places du monde. La fontaines des quatre fleuves (entre deux autres) vaut le coup d’oeil .

 

 

Faire un tour dans la Villa Borghese, le Central park romain

IMG_2356

 

Voilà un parc génial. Lui aussi un peu difficile à comprendre, mais souvent comparé au Central park romain de New-York. Cette oasis de verdure renferme, entre beaucoup d’autres, une incontournable galerie d’art (le Museo e galleria Borghese sur lequel on l’avoue, on a fait l’impasse). N’oubliez pas de prendre une petite collation au Cinecaffé et de pousser jusqu’au Pincio, qui offre une vue panoramique sur Rome, inoubliable au coucher du soleil.

 

 

 

Faire un crochet par le zoo

 

Situé dans le parc de la Villa Borghese, le zoo de Rome (Bioparco) n’est pas dans le Top 10 des zoos qu’on a visités. Mais si vous êtes dans le coin, faites y un petit crochet. A notre passage, le tigre était absent pour cause de rénovation de son enclos, mais on a quand même zieuté 2-3 espèces pas courantes comme l’hippopotame pygmée, les chèvres de Girentana (à tête de lapin et à cornes en spirales)… Sans oublier un petit « musée du crime écologique » bien foutu.

> Le site du Bioparco. Tarif : 15 euros

 

 

Voir le coucher de soleil sur le Panthéon

IMG_2724

 

Hasard de nos tribulations, on n’a quasi vu le Panthéon qu’à la tombée de la nuit, sur fond de ciel bleu nuit. Ce monument mythique est surmonté de l’inscription « M. Agrippa. L.F. COS. tertium. Fecit » qui veut dire « Marcus Agrippa, fils de Lucius, consul pour la 3e fois, le construisit« . Il possède une coupole avec un trou d’un diamètre de plus de 8 mètres. Les petites trous dans le sol servent à évacuer les précipitations. Trouvez-les.

 

 

 

A la nuit tombée, prendre le chemin du Trastevere

DSC08244

 

C’est le quartier préféré des Français et de beaucoup de Romains, pour sortir. Ce quartier buccolique et hype, situé de l’autre côté du Tibre (ça veut d’ailleurs dire ça), abrite plein de petits restos et bars sympas, dans ses rues pavées et conserve une certaine authenticité.

 

 

 

 

 Faire une caresse aux chats, en particulier ceux de la Torre del Argentina

IMG_3574

 

Rome compte une impressionnante population de chats, évaluée à plusieurs milliers; dont beaucoup d’errants (dits « harrets »). Une association s’est créée pour leur venir en aide. Sur place, quelque 200 chats vivent dans les ruines de la place de la Torre del Argentina. On peut les papouiller (aux horaires d’ouverture) ou acheter des objets faits main par les bénévoles pour soutenir l’association.

 

 

> Adresse : Largo di Torre Argentina, au coin des Via Florida & Via di Torre Argentina. Le site.


 

 

Voir des gens déguisés collector (ils sont fous ces romains)

IMG_4162

 

Il faut croire qu’ils sont vraiment fous, ces Romains ! Des mecs déguisés avec lesquels poser pour une photo-souvenir, il y en a partout autour des lieux touristiques. Mais accordons la palme aux Romains. Evidemment, vous aurez droit aux gladiateurs et autres autour du Colisée mais un peu partout, vous serez alpagués. Au programme : des pharaons (ça fait toujours son petit effet anachronique sur fond de forum romain), de (faux) fakirs en lévitation (on a capté le coup du faux bras/faux fauteuil les mecs), des lapins accordéonistes…

 

 

Notre coup de coeur va à cet homme pressé, très drôle :

 

 

Faire du shopping

 

Evidemment, il y aurait de quoi faire un séjour romain 100 % shopping. Les boutiques de luxe se trouvent autour de la place d’Espagne (via de Condotti, Frattina…) et ailleurs, vous trouverez plein de chouettes boutiques uniques, arty et/ ou artisanales avec plein de fringues et de bijoux les filles. Et aussi des produits locaux. Nous, on a beaucoup arpenté les rues del Corso et del Governo Vecchio. Et craqué pour les chaussures-oeuvres d’art improbables de Joseph Debach, dans le Trastevere.

 

 

Eviter les pièges à touristes

 

Ce qui nous amène à la chose suivante : attention aux pièges à touristes ! Il y en a vraiment partout. Des boutiques de souvenirs 100% made in China aux restos-cantoches (qu’on a identifiés comme alpaguant le chaland dans la rue, exposant leurs plats et ayant des menus dans toutes les langues et oui, on est tombés dedans). Sans parler des vendeurs à la sauvette, très (très) branchés « selfie-sticks » (perche permettant de s’auto-prendre en photo avec son téléphone). Mais bon, vous avez le droit de craquer ! (moi c’était limite au bout de trois jours, ils avaient presque réussi à me créer un besoin).

 

 

Chercher la plus belle vue

IMG_2559

 

Quelle est la plus belle vue de/sur Rome? Il y a battle. Nous, on a beaucoup aimé celle du Pincio (l’une des extrémités du parc Borghese, dont la terrasse surplombe la piazza del Popolo, la place du Peuple) et celle depuis le jardin d’orangers du Palatin (orti Farnesiani). Celle du haut de l’escalier de la Trinité-des-Monts n’est pas mal non plus… Et on n’oublie pas celle au sommet de la Basilique Saint-Pierre (voir plus haut). L’idée, vous l’aurez compris, est de prendre de la hauteur. Il y a de quoi faire avec les sept collines (Janicule, Capitole, Monte Mario…). Et plein de restos et de bars ont des terrasses panoramiques avec des vues à couper le souffle. La terrasse à 360° du Vittoriano est aussi plébiscitée. Encore mieux au coucher du soleil.

 

 

 

 Sortir des sentiers battus et découvrir San Lorenzo

DSC09191

 

On y est allés pour les graffs (et on n’a pas été déçus). Le quartier de San Lorenzo, un peu rebelle, très bohème, 100% romain, étudiant et hype, tranche avec le reste de la ville. On l’a beaucoup aimé (et pris au départ de la gare de Termini).

 

 

 

Faire une pause au cimetière monumental de Verano

 

Pendant que vous êtes dans le coin, on vous conseille une petite halte au cimetière de (Campo- Verano, le cimetière communal et monumental de Rome. Comme son nom l’indique, les tombes sont vraiment monumentales. Des visites y sont organisées.

> Adresse : Piazzale del Verano (Tiburtino)

 

 

Qu’est-ce qu’on mange ?

DSC08056

 

 

Il vous faudra être extrêmement vigilants pour ne pas tomber dans un triste attrape-touristes, parfois super bien déguisé. Rome compte quelque 9000 restos, et les sites d’avis de voyageurs ne vous seront pas forcément d’une grande aide.

Ça nous est arrivé (au moins) une fois et c’était assez horrible : jambon prosciutto industriel surmonté d’une bouboule de mozza qui venait du même endroit, escalope de veau suintante et accompagnée de frites immangeables… Même JP n’a pas fini la pizza (certainement pour la première fois de sa vie). Et contrairement aux assiettes, la note était particulièrement salée. On était KO et ils avaient l’air aussi sympa que la déco…

Quelques conseils pour les éviter : fuyez tout endroit qui a des plats exposés devant sa porte ou a besoin d’un mec qui alpague le chaland. Méfiez-vous aussi de ceux qui ont des cartes en français et dans toutes les langues (en général en plus mal traduites). Ces avertissements passés, vous trouverez sûrement de quoi vous régaler. Même si la gastronomie romaine nous a moins alléchés que celle d’autres régions d’Italie, la ville a ses spécialités : des pizzas à la pâte très fine, des « supplis » (croquettes de riz farcies qui renferment un morceau de fromage, une tuerie), les pâtes (dont les bucatinis, spahettis épais et rigatonis, gros macaronis) all’amatriciana (sauce tomate, piment, porc ou lard et fromage) ou aux grains de poivre et pecorino, ainsi que des tripes, des artichauts (très réputés dans le quartier juif), des gnocchis, des « zuccas » (fleurs de courgettes). …

Comme ailleurs en Italie, le pain est payant. et comme à Turin et Milan, existe le principe de l’aperitivo, sorte d’happy hour en fin de journée où les prix des verres sont majorés mais où on peut faire un repas bon marché. On a moins aimés ceux que l’on a testés que ceux de Milan. Et cherchez la meilleure glace, il y en a de « terribles » paraît-il. Et n’oubliez pas d’arroser tout ça de bière Peroni.

 

 

Quand y aller ?

Le mois de janvier était pas mal, avec beaucoup de soleil et très peu de monde. Il est conseillé d’éviter Pâques et apparemment l’été, étouffant et noir de monde.

Où dormir ?

Là aussi, attention (notre 4 étoiles n’en était pas vraiment un mais était finalement assez correct).

> Adresse : Le Villa Glori, 11 via Bernardo Celentano. Pour réserver.  Sinon, d’autres hôtels à Rome.

 

DSC08029

 

Veillez à vous installer soit dans le centre historique (pas de métro mais au plus proche des transports), soit au dessus de la villa Borghese, soit autour de la piazza del Popolo (pas super beau mais central par rapport aux transports). Il y a aussi Termini (pour les mêmes raisons).

 

Les restaurants ou bars qu’on a testés

> La Casa Coppola : Très bon resto (limite gastro), très centré sur les produits de la mer, où l’on s’est retrouvés car il était à côté de notre hôtel. (20 viale del Vignola).

> Meccanismo : un gros coup de coeur, même si on y a mangé un burger. Dans le Trastevere, cette adresse toute jeune lorsqu’on y est passés était design et le service était vraiment friendly, dans un décor très design pour des prix tout doux (amis fumeurs, ils en vendent). (34 Piazza Trilussa). Leur apertivo est plébiscité.

> Freni e Frizioni  : toujours dans le Trastevere, une adresse branchée dans un ancien garage (d’où le nom, qui veut dire « freins et embrayages »). On y a pris l’apertivo (4-6 via del Politeama).

 

DSC08060

 

> La Pantera Rosa : une chouette adresse à la sortie du cimetière de Verano. Ne vous fiez pas au lieu et au cadre un poil vieillot, la cuisine est bonne et authentique (84 piazzale del Verano).

> Etabli : on a juste pris un verre dans cet établissement qui fait aussi restau. Déco soignée, service sympa. (9 vicolo delle Vacche)

> Fluid : On y est allés pour prendre l’aperitivo. Bar (hypra) lounge, où vous serez assis sur des cubes lumineux et avec du mobilier dont le « fluid » bouge. Attention les toilettes sont… dans un banc. (46 via del Governo Vecchio).

> Il Vignola : encore à côté de notre hôtel, et encore une très bonne surprise pour finir notre séjour. Authentique, sympa (un peu bruyant) mais idéal pour tester les spécialités. Prix corrects (25 vialle Vignola).

> Cinecaffé : un poil cher, cette cafétéria-sandwicherie-café est située en plein coeur du parc Borghese. Service sympa (1 Largo Marcello Mastroianni).

> Cantina & Cuccina : le fameux endroit où l’on s’est fait tourister. Décor top, patron hyper sympa mais cuisine plus que bof. les avis sont dythyrambiques sur les sites d’avis de voyageurs (mais on est plus qu’incités à les noter aussi…). Delphine s’y est cassé une dent. Vous savez ce qu’il vous reste à faire… (87 via del Governo Vecchio).

 

DSC09324

 

> Palatium : une enoteca hyper moderne avec des produits régionaux, au milieu d’une rue commerçante. Les plats sont bons, le service désastreux… (94 via Frattina).

> Vini e Cuccina : accueil sympa pour une chouette dégustation de charcuteries, fromage et foccacias. On n’en sait pas plus (mais on avait le wifi) (12 via di Torre Argentina).

> Da Armando al Pantheon : celui-ci, on ne l’a pas testé : il est si prisé qu’on n’a jamais réussi à dégoter une table. Une valeur sûre pour une cuisine authentique revisitée (31 salita de Crescenzi).

 

Vos conseils

Avant de partir on a demandé des bons plans. Vous nous avez conseillé :

> La Trattoria del Pallaro, dans le Campo dei Fiori, la cuisine de la mama est un regal, et son mari surveille la salle (Sophie)

> La pizza chez Ivo dans le Trastevere : la meilleure pizza de la vie de Charlotte et Nicolas (Carnets de Voyage de Charlotte et Nicolas)

> Traverser le quartier baroque du Panthéon en passant par les diverses fontaines jusqu’au Colisé, c’est magique, conseille Frank Laboue. Son adresse : Obika, un bar à mozzarella.

> Se perdre dans le Trastevere, un conseil d’Eliane B. ! (qu’on a suivi).

Ce qu’on a pas fait mais qu’on avait repéré

> Un effet d’optique : la vue sur la basilique Saint-Pierre de Rome depuis un trou de serrure. On ne s’en remet pas. L’adresse : piazza del Cavalieri, au mont Aventin. Cherchez la grande porte (et apparemment la file d’attente).

> La voie Apienne (via Appia antica) : c’est làa que Spartacus a été crucifié. Voie historique, verte, où  l’on peut toujours visiter les catacombes.

> Le château Saint-Ange (Castel Sant Angelo) : on y est passés vite fait, de nuit. La vue a l’air top. On a déjà beaucoup aimé le pont sur le Tibre.

> La centrale Montemartini : qui abrite aujourd’hui des oeuvres antiques.

> Il Vittoriano : monument tout blanc à la gloire de Victor Emmanuel 2, qui tranche avec les constructions autour et offre une vu panoramique via son ascenseur.

> Museo criminologico : musée de la criminologie

> La pyramide de Cestius : Rome a sa pyramide (de 36 m de haut) antique et on aurait bien aimé la voir (via Raffaele Persichetti);

 

Vous avez vous aussi sûrement de bonnes idées/ bons plans à Rome… n’hésitez pas à nous les faire partager !

 

Comments

  1. Les lyonnais

    Chic, des adresses pour notre City trip de cet été (4 jours) avant de partir pour la Grèce….
    Avec l’experience, dans quel coin chercher à se loger ?
    Olivier

    • alafindelaroute

      Hello Hello,
      Alors, nous, nous étions dans Flaminio. On était pas mal au calme dans un quartier avec plus de romains que de touristes et plutôt bien desservi. Je pense que ça doit être pas mal vers la Piazza del Popolo. D’autres quartiers ont plus de cachet mais il faut faire attention à l’animation. Les chambres côté rue, à en croire les avis en ligne, sont bruyantes. Sinon, se mettre a peine à l’écart des quartiers animés (Trastevere…), ça doit être un bon plan.
      La bise les Lyonnais

  2. Eh ben, sacré programme, vous avez pas chômé ! Dommage que vous n’ayez pas pu visiter la Villa Borghese, c’est le musée qu’on a préféré à Rome.
    +1 pour les travaux : nous aussi la Trinité des Monts était sous les échafaudages.
    C’est marrant, vous attentiez de prendre une claque et si j’ai bien compris, vous avez aimé votre séjour, mais c’était pas non plus « whaouu ». Ben nous, c’était comme ça à Venise, et en comparaison, on a 1000 fois préféré Rome.
    Bises
    Charlotte

    • alafindelaroute

      Avec le recul, oui c’est vrai! Héhé la claque on l’a finalement un peu plus avec le même recul. Et c’est rigolo, parce que nous on a préféré Venise et on rêve d’y retourner LOL! Biz

  3. Wahou quel article super complet ! Chapeau !
    Dire que je suis Marseillaise et que je ne suis jamais allée à Rome ! Je rêve d’y aller, ainsi qu’à Pompéi d’ailleurs 🙂
    Ah les restos attrape-touriste, une vraie plaie !! Je retiens vos conseils pour les repérer 🙂

    • alafindelaroute

      Merci (c’est pour ça qu’il a un peu traîné!). Je crois que tu vas devoir aller à Rome à ton tour. Et pour les attrape-touristes, bonne chance, cette fois on en a un peu perdu notre latin 🙂

  4. Cette ville est une vraie merveille !

  5. Hahaha j’adore le « éviter les travaux » on y sent bien l’expérience

  6. Excellent ce city-guide ! Rome est de loin ma ville préférée en Italie, et au coude à coude avec Londres à l’échelle de l’Europe. Je me suis permise d’insérer le lien de votre article à la fin de mon article sur Rome, qui est loin d’être un article pratique !

    • alafindelaroute

      Pas de souci Mitchka pour le lien. Rome, c’est beau. Presque trop. En Italie, nous avons quelques villes fétiches comme Vérone, Venise ou Bologne. Mais Rome dans le top 5 (pour faire les difficiles ^^)

  7. Super sympa le city-guide !
    Nous avions visité lors de notre voyage la Villa Borghese qui était vraiment magnifique.
    Sinon, la visite dans les rues de Rome c’était plutôt de glaciers en glaciers 🙂

  8. Ultra complet dis donc. Surtout les conseils bouffent très important parce que je me fait toujours avoir par des attrapes touristes. Je reviens de Naples et c’est vrai que l’Italie à beaucoup à offrir et Rome m’a toujours attiré ;)les photos donnent envie en tous cas.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial