Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 25 avril 2017

Scroll to top

Top

8 Comments

Fête des Lumières 2014 : notre sélection

Fête des Lumières 2014 : notre sélection
falbalala

Je ne sais pas si vous imaginez la transe qui habite la maisonnée… La Fête des Lumières de Lyon a annoncé son programme mercredi. At home, c’est un peu comme la soirée des Oscars américains, le tirage de la coupe du monde de foot ou l’itinéraire final de notre prochain roadtrip.

Voilà bien une dizaine d’années qu’on la fait, avec passion et émerveillement. Voire expertise et regard critique. Si si, à force. Notre sentiment à la lecture du programme ? Un petit chaud-froid au début, vite remplacé par l’excitation traditionnelle d’aller voir si ça brille, de près. On a pensé valeurs sûres, curiosités, un peu de récup’ dans certaines installations, peut-être moins d’animations et de spectacles « vivants », des noms connus qui promettent des succès assurés… Mais aussi déjà un peu de déception, de ne pas retrouver certains lieux illuminés cette année (l’Hôtel-Dieu, le Mur des Lyonnais si réussi l’an dernier, le passage Thiaffait, la préfecture, le Musée des Confluences bientôt inauguré…). 73 installations sont au menu, et toutes n’ont pas encore été dévoilées.

Vivement, vivement du 5 au 8 décembre. On vous fera vivre cette Fête des Lumières en temps réel, promis. D’ici là, voilà notre sélection des lieux où on ira forcément, qu’il s’agisse de lieux incontournables ou de curiosités qui valent, selon nous, le déplacement.

 

Les projets qui scintillent déjà

Ceux-là, on mise dessus les yeux fermés (ou presque). Les mises en lumières et d’office les lieux en font des incontournables dès le papier.

Place Bellecour – « Rêves de nuit » (2e arrondissement)

placebellecour_fontaine_lamaisonproduction_ok

Bellecour est une place centrale à Lyon, où la mise en lumière n’a pas toujours été, selon les éditions, à la hauteur. Les Lyonnais n’oublieront jamais la statue de Louis XIV placée (deux années de suite) dans une boule à neige (la meilleure selon nous); d’autres installations ont été plus hasardeuses. L’an dernier, « Pierrot le Fou » était un peu brouillon mais il avait un bon principe : occuper la place entière. C’est aussi le parti pris de « Rêves de nuit » cette année qui est un hommage à Antoine de Saint-Exupéry (2014 marque le 70e « anniversaire » de sa mort). Et ce n’est pas n’importe qui qui s’y « colle » : parmi les trois artistes à la réalisation, on retrouve Damien Fontaine, un habitué du trophée des Lumières. Une pointure à laquelle on doit les mises en lumière de la rénovation de la cathédrale Saint-Jean ou le Prince des lumières primé l’an dernier sur la place des Terreaux. Au programme : une histoire, des effets spéciaux et des décors géants. Spectacle de 15 minutes toutes les demi-heures.

 

Place des Terreaux – « Terre aux lumières » (1er)

fdl2014_terreaux_communication

 

Transition toute trouvée. Place des Terreaux (vous avez saisi le jeu de mots avec « Terre aux lumières » ?), le spectacle devrait lui aussi être lumineux avec des images dynamiques projetées sur le musée des Beaux-Arts et l’Hôtel de ville. Les personnages et les oeuvres vont s’en échapper dans un ballet musical signé (pour partie mais c’est une garantie) par la Cité de la création, grande prêtresse des fresques murales à Lyon et dans le monde entrée dans la lumière l’an dernier avec une installation particulièrement réussie sur le célèbre Mur des Lyonnais.

On vous en parle quand même car vous sortirez sûrement par l’Hôtel de ville, mais cette installation ne nous allume pas d’étoiles dans les yeux. Dans la cour s’installe Njörd, l’esprit du vent. Des monolithes transparents remplis de plumes blanches habités par l’esprit du vent. Mouais, on verra.

 

njord_ok

 

Place des Jacobins – « La veilleuse des Jacobins » (2e)

veilleuse-des-jacobins-ok

 

La place des Jacobins a toujours été un bon spot de la Fête. C’est encore plus vrai depuis qu’elle a été rénovée. Cette année, rendez-vous sur place pour un retour en enfance, bercé par la fontaine transformée en veilleuse. Ce sera quand même difficile de faire mieux que le « Showcase » de l’an dernier, un cube géant et psychédélique qui retraçait magistralement l’histoire des lieux.

 

Parc de la Tête d’Or – « Jardin d’hiver » (6e)

jardin-hiver-ok

 

Le parc de la Tête d’Or n’a été allumé que récemment dans l’Histoire des lumières. Ça a souvent été une telle réussite que c’est devenu l’un de nos lieux préférés. Après un « chinese corner » l’an dernier, on brûle d’envie de découvrir le « jardin d’hiver » 2014. Une déambulation dans un univers féérique concoctée par Christophe Martine, un ovni dans le giron des concepteurs de lumière : ce fan de parapentes, devenu créateur de cerfs-volants, nous avait déjà tapé dans l’oeil en 2012 avec son bal de luminéoles, des espèces de poissons aériens qui avaient illuminé les terrasses de la Guillotière.

 

Gare Saint-Paul – « Jackpot » (5e)

jackpot-ok

 

L’an dernier, LNLO avait fait fort en proposant le ludique « Dress code » à la gare Saint-Paul. Le principe, participatif, fonctionnait super bien : les spectateurs actionnaient une roue et habillaient la façade avec des motifs disco et fashion. Le collectif revient cette année au même endroit avec une animation sur le même mode; mais cette fois, comme au casino, il faudra aligner des symboles. Ça s’appelle « jackpot » et un petit quelque chose nous dit que le nom a été bien choisi.

 

Les Terrasses de la Guillotière – « Incandescences » (3e)

terrassesdelaguillotiere_ok

 

Voilà encore un endroit toujours fidèle au rendez-vous avec des mises en lumière au top. Cette fois, les terrasses de la Guillotière (entre le pont et les berges) vont se parer de véritables ampoules géantes à incandescence (cherchez la réplique de l’E27).

 

Place Sathonay – « Salle de bal(let) » (1er)

placesathonaynuit-ok

Une fois n’est pas coutume, la place Sathonay, au coeur du 1er arrondissement (l’une de nos places préférées) n’accueillera pas les expérimentations étudiantes (aussi habituelles que bien senties). Ces dernières seront à retrouver du côté de Perrache, pour laisser la place à un bal(let) de lumières. Ça a l’air beau non ?!?

 

Place du Maréchal Lyautey – « Les Pockets » (6e)

titl_lyautey_ok

 

Avec celle-ci, ça a fait « Tilt » (le nom de son concepteur). Cette année, la place du Maréchal Lyautey va rompre avec ses classiques pour accueillir les pockets, des lampes de poche géante qui vraisemblablement « dialoguent » entre elles. Rigolo.

 

Le tunnel modes doux de la Croix-Rousse (4e)

anamorphose_ok

 

Un immanquable, qu’on a la chance de connaître puisqu’il a été inauguré l’an dernier et fait partie des mises en lumière qui restent à l’année à Lyon. Allez faire un tour dans le tunnel modes doux de la Croix-Rousse, 1,8 kilomètre de spectacle lumineux baptisé « Anamorphose ». L’occasion aussi de gagner quelques degrés s’il fait froid. On l’adore.

 

 On va y aller mais on n’est pas convaincus

Ces projets ne nous ont pas emballés d’office comme les précédents, mais on ira y faire un tour en espérant s’être trompés.

Colline de Fourvière : « Convergence » et « Hi Striker » (5e)

convergences-ok histriker-ok

Ca peut très bien marcher (ou pas!) quand la colline de Fourvière est prise dans son ensemble : basilique de Fourvière, palais de justice et Saône. Ce n’est pas du tout le parti-pris  2014. Tout en haut, la basilique accueillera « Convergence » (mise en lumière et boule à facettes, à voir depuis les quais du 2e arrondissement). En dessous, le projet « HiStriker » proposera au public, comme à la fête foraine, de taper le plus fort possible avec un marteau pour lancer la mise en lumière de la passerelle et éclairer le palais des 24 colonnes.

 

Esplanade du Gros Caillou – « SurExposition » et « Résonance » (4e)

surexposition-ok_0

resonance-ok

Les deux animations choisies pour l’esplanade du Gros Caillou ont déjà le mérite d’être intrigantes et inventives. La première, « SurExposition », est dans l’air du temps : elle propose au public d’envoyer un message par texto (envoyez SUREX au 31014) qui sera traduit en morse et en lumière dans le ciel lyonnais. Ambitieux. Juste à côté, le curieux tunnel lumineux « Résonance » invite à donner des couleurs et du son à la ville, juste en entrant dedans.

Si vous êtes montés jusque-là, allez jeter un oeil au « Supercube » posé devant la mairie du 4e arrondissement. Celui-ci collecte une « incroyable collection » : les spectateurs se laissent prendre en photo et « entrent » dedans parmi 400 autres images en… bocaux.

 

supercube-ok

 

Opéra-Les Anooki s’invitent (1er)

anooki_ok

 

Depuis leur triomphe en 2012, les Anooki sont toujours au rendez-vous des lumières. Ces mini-inuits qui s’agitent en permanence (généralement sur les écrans) ont trouvé un terrain de jeu à leur mesure sur la façade de l’opéra (après la gare Saint-Paul et le théâtre des Célestins). Entre BD et dessin animé, sans surprise mais à coup sûr efficace, surtout sur ceux qui ne les connaîtraient pas encore.

 

Montée de la Grande côte – « Sweet city et lumignons du coeur » (1er)

sweet-city-ok

 

Pendant tout le week-end, la montée de la Grande Côte sera illuminée d’une ampoule géante, visible depuis toute la ville. Mais c’est le lundi 8 décembre, jour-J, que son filament en forme de coeur prendra tout son sens : c’est là que sera installée la grande fresque des « Lumignons du coeur » de la Croix-Rouge, qui fête ses 150 ans cette année. Tout le monde peut participer. De quoi ravir aussi les nostalgiques du temps où la Fête des Lumières « s’arrêtait » aux lumignons (ce soir-là, il y en aura partout).

 

Rue Royale – « Comment naissent les lanternes? » (1er)

cnl_royale_ok

On aime beaucoup la rue Royale donc ira jeter un oeil à ces curieux lampadaires-plantes qui vont y pousser.

Place de la Bourse – « Génie que fais-tu? » (2e)

genie-que-fais-tu-ok

 

Après deux ans de carte(s) blanche(s) laissées à des people (Agatha Ruiz de la Prada et Chatnal Thomass), c’est un génie et sa lampe qui investissent la place de la Bourse. Rien que la lampe mesure sept mètres. Une animation signée Romuald Moreau et Claude Dallu, créateurs l’an dernier de « Flux et reflux » (des robinets lumineux géants) aux entrées du tunnel de la Croix-Rousse, réinstallés cette année à la Part-Dieu.

 

Rue de la République – « Scintillante » (2e)

scintillante_ok

 

Grand classique, grand effet. La rue de la République (entre Bellecour et Cordeliers) va se parer de ses traditionnelles arches lumineuses. Cette année, elles seront blanches et rose-violet et viennent des fêtes espagnoles de Valence. Plus loin, les lampions chinois de la Tête d’Or 2013 seront réutilisés.

 

Rue Edouard-Herriot – « Renversante » (2e)

fleurs-ok

 

Au-delà de la simple décoration de rue, la rue Edouard-Herriot et ses commerces vont voir pousser des guirlandes de fleurs… la tête à l’envers. on dirait des cerises non ?

 

Place Antonin-Poncet – « Laniakea » (2e)

laniakea-rendu-inter-place-antonin-poncet

 

Ce « laniakea » nous inspire plutôt, en invitant à une « expérience cosmique » faite d’un ballet d’étoiles. De quoi rallumer la place Poncet.

 

Les voûtes sous Perrache – « Voyage cinématographique » (2e)

voutedeperrache_theoriz_ok

 

On avait adoré les voûtes de Perrache envahies de poissons gonflées à l’hélium, beaucoup moins le voyage en train de l’an dernier. Le voyage de cette année promet : non seulement il est sur le thème du cinéma, mais il est en plus signé par « Theoriz studio », qui avait participé l’an dernier à la mise en lumière du Mur des lyonnais. Rendez-vous est pris.

 

Hôtel de Région – Confluence : « Cathédrale d’eau et de lumière » (2e)

hotelderegion_herve_orpailleurs-ok

 

L’an dernier, l’Hôtel de région nous avait bluffés : un mur lumineux tombait sur les spectateurs tandis que des choristes entonnaient des chants lyriques. Le principe semble être un peu le même cette année, cascade d’eau en plus. Et c’est le seul lieu en intérieur des lumières.

 

Darse du Confluent – « Light me up » (2e)

light-me-up_ok

 

On est un peu tristes que les organisateurs n’aient pas refait l’installation chaleureuse de l’an dernier : il y avait du feu et l’ambiance était presque intimiste. Mais il faut bien changer un peu. Place donc à une installation interactive sur la place nautique. « Light me up » est composée de 48 sphères qui changent de couleur et s’inspirent pour ça de la chaleur corporelle du public, via des capteurs thermiques.

 

Cours Charlemagne – « Palm beach » (2e)

palm-beach-ok

 

Si vous allez au Confluent, vous y passerez. Sympa ces palmiers en matos de chantier le long du cours Charlemagne. Rien que le nom déjà nous plaît bien.

 

Quai Saint-Antoine – « Dundu, les géants de lumière » (2e)

dundu-ok

 

Les « Dundu » (« du und du », toi et toi)… sont des marionnettes géantes et lumineuse, qui se baladeront sur le quai Saint-Antoine (et parfois en Presqu’île). Il faudra tomber en face. Représentations à 20 h 30 et 22 h au niveau du pont du Maréchal-Juin.

 

Place Carnot – « Les couleurs du jardin » (2e)

visuelprojetcarnot_ok

 

Cette année, le marché de Noël de la place Carnot aura droit à une « grosse » installation. C’est pour ça qu’on en parle.

 

Place des Célestins – « Fantaisie chromatique » (2e)

placedescelestins_knipper_glevents-ok

 

Les mises en lumière du théâtre des Célestins ont souvent fait partie des meilleures. Là on a du mal à savoir à quoi ressembleront ces « fantaisies chromatiques ». Si la lumière bouge et joue avec les motifs de la façade, c’est généralement banco. Une installation signée Daniel Knipper, habitué de la Fête des lumières (Saint-Jean, Saint-Nizier, Fourvière…). On avait eu du mal à comprendre ses « rencontres » sur la cathédrale l’an dernier (et on était loin d’être les seuls).

 

Auditorium – « Effervescence » (3e)

effervescence_ok

 

Rien que parce que l’auditorium est rarement mis en lumière, il faut aller voir. En plus on adore les ballons rouges.

 

Tour InCity – « Variations » (3e)

incity-ok

 

C’est une première. La tour InCity, voisine de celles de la Part-Dieu et Oxygene, est montée et a droit à sa première mise en lumière. 154 cercles bleus censés exprimer sa sérénité, visibles jusque depuis Fourvière.

 

Cathédrale Saint-Jean – « Color or not » (5e)

cathedralesaintjean_ok

 

Au programme ? Rien de moins qu’une « joute picturale » entre noir et blanc et couleurs ! Elle est signée Yves Moreaux, qui avait présenté « Festicoloré sur la place Pradel. NSPP.

 

Deux feux d’artifice (6e et 9e)

IMG_6666

Une Fête des lumières ne serait pas complète sans un feu d’artifice. Vous êtes d’accord? Tant mieux, il y en aura deux. L’un à l’île Barbe, sur la Saône (9e, à 19h30 le vendredi 5), l’autre, plus central, sur les rives du Rhône (6e, tiré depuis la passerelle du Collège le lundi 8 à 20h30).

 

La nouvelle mise en lumière pérenne : le pont Schuman

pont-schuman-muriel-chaulet-ok

 

Chaque année, un nouveau lieu de Lyon s’allume à l’approche de la Fête des lumières. Mais à la différence des autres, il va rester illuminé à l’année, de façon pérenne. C’est cette année le cas du pont Schuman, un nouveau pont  sur la Saône qui relie les 4e et 9e arrondissements et a été ouvert à la circulation le 5 novembre. C’est le 14e de la ville.

 

Le coin pratique

> Fête des Lumières 2014 de Lyon (France) du vendredi 5 au lundi 8 décembre 2014.

> Horaires : de 18 h à 1 h du matin les vendredi et samedi, de 17h30 à minuit le dimanche et de 18 h à minuit le lundi 8-Décembre. On vous conseille de faire un tour lors de la soirée des essais, le jeudi 4 décembre.

> Entrée libre et gratuite aux différentes installations.

> Site officiel par ici

> Application : on attend des nouvelles de l’application mobile qui existait ces dernières années et permet de se situer par rapport aux installations

 

Pour aller plus loin

Notre bilan 2013

Notre bilan 2012

Notre bilan tout court

 

Le petit plus brillant : une soirée à bord du trolley des lumières

 

Vous êtes à Lyon spécialement pour la Fête ? C’est l’occasion de teinter votre séjour d’une expérience insolite : un petit tour à bord du trolley des Lumières. On a testé ce bus-restaurant début novembre. A l’année, ce bus dont l’intérieur est redécoré à la manière d’ un authentique trolley propose différentes balades dans Lyon, agrémentées de menus (en lien). On a essayé un tour d’une grosse heure avec apéro dînatoire. Accueil sympa, ambiance plus romantique que touristique et produits frais et locaux, très loin de l’attraction touristique pure. Prix très corrects en plus. Si on vous en parle, c’est parce que le trolley organise des soirées spéciales pour la Fête des lumières. Bien sûr il n’empruntera pas les grands axes de la Presqu’île. Attention, il devrait être très vite complet. Si c’est le cas, il ne vous restera plus qu’à revenir !

> Pratique : http://www.trolleydeslumieres.com/ Premier parcours à partir de 10 euros. Consommations à régler sur place. A la question que tout le monde (?) se pose : oui, y a des toilettes à bord

Comments

  1. Ah cool, le programme est tombé, je vais pouvoir mettre à jour mon article sur la fete des lumières de cette année. Comme d’habitude nous y serons également.
    En tout cas super article, ca donne une bonne idée de ce qu’on va pouvoir faire et voir sur Lyon!

    Nous y serons le vendredi 5 décembre 😉 et vous?

  2. isabelle

    Merci beaucoup, mon fils va pouvoir choisir ce qu’il veut voir. 🙂

    • alafindelaroute

      De rien. Qu ‘a-t-il plutôt envie de voir? Nous on est assez intrigués par Bellecour. Bonne fête en tout cas, il paraît que la neige pourrait s’y inviter!

  3. C’est quand même démentiel, cette fête! J’aimerais trop y aller!

    • alafindelaroute

      Et bien note le sur ton agenda de l’année prochaine! C’est toujours le week end autour du 8 décembre (en toute logique le précédent en 2015). Tu ne devrais pas être déçue!

    • alafindelaroute

      Et bien note le sur ton agenda de l’année prochaine! C’est toujours le week end autour du 8 décembre (en toute logique le précédent en 2015). Tu ne devrais pas être déçue!

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial