Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 18 juillet 2017

Scroll to top

Top

5 Comments

La Vallée de la mort : la terre de tous les extrêmes

La Vallée de la mort : la terre de tous les extrêmes
alafindelaroute

« Épique, éprouvant et époustouflant. » Voilà trois mots qui résument bien Death Valley National Park. C’est ainsi qu’Hélène nous a présenté son expérience, vécue l’été dernier, dans ce National Park de tous les extrêmes. Elle vous raconte. 

 

devil'sgolfcurse3_Snapseed copie

 

La température avoisine les 40 degrés. Aucun point d’ombre, le soleil brûle, l’air est chaud… Vous avez l’impression d’être sur la lune. Pour « survivre » à cette journée à travers la vallée de la mort, n’oubliez pas de prendre de l’eau ! Au moins 4 litres par personne, en prendre aussi pour la voiture au cas où. En toute fashionista que vous êtes, vous porterez un chapeau (ou un bob, allez même une casquette) qui traîne dans un coin de votre valise. Il vous sera bien utile. Look ranger garanti !

 

IMG_2567_SnapseedAu volant de votre voiture (clim obligatoire mais assurez-vous de l’éteindre de temps en temps pour éviter la surchauffe. Croyez moi vous n’aurez aucune envie de tomber en panne ici), vous entrez dans le plus grand parc national des Etats-Unis (hors Alaska) devant le Yellowstone, situé à un peu plus de 200 kilomètres de Las Vegas.

Pour le visiter, c’est « easy ». Les différentes étapes sont indiquées sur la carte donnée aux Visitor centers (Furnace Creek, Stovepipe Wells ou Scotty’s Castle) en échange des 20 dollars pour l’entrée (le pass « America is beautiful » est accepté).

 

 

Les spots que nous avons visités

Mesquite Flat Sand Dunes

DUNES-VALLEE-DE-LA-MORT_Snapseed

 

Est-ce un mirage, la chaleur qui tape sur votre système ? Mais non, vous ne rêvez pas. Ce sont bien des dunes de sables qui se tiennent devant vous comme en plein milieu du désert . Si vous avez décidé d’immortaliser ce moment, vous vous rendrez compte que marcher dans le sable est vite fatiguant ! Mais la photo vaut le coup. Une idée vous traverse l’esprit, vous voulez dévaler les dunes en mode tonneau ! Vraiment ? On y pense deux secondes mais c’est tout. Le sable est brûlant ! Sachez aussi qu’il y a plein de  bestioles qui vivent dans la vallée de la mort : lynx, coyotes, mouflons, serpents, pumas, le roadrunner alias « Bip bip ».

 

Zabriskie Point 

Zabriskie-point_Snapseed

 

« Un des phénomènes géologiques des plus fascinants de la vallée », dit le Routard. Ok, ok, on le croit. Votre voiture est priée de rester en bas, et il ne reste plus que vos jambes pour vous emmener la-haut. Après une (petite, petite) montée, vous découvrez une vue à 360° sur les collines qui revêtent différentes couleurs. Moi, j’ai trouvé que cela ressemblait à des pattes de dinosaures. Bref… Il faut s’imaginer que des millions d’années auparavant, se tenait ici même… un lac ! En haute saison, s’y rendre au lever ou au coucher du soleil.

 

Dantes View

dantesview_Snapseed

 

dantesview2_Snapseed

 

Notre point de vue préféré, à couper le souffle !  A plus de 1500 mètres d’altitude, vous surplombez une partie de la Death Valley. Le soleil est de plus en plus fort mais le paysage est magique. Tout est si calme, personne ou presque ne dit un mot. Attention, des guêpes vous suivent à la trace, elles recherchent, comme vous, un peu d’ombre.

 

Twenty Mule Team Canyon

Une petite boucle à sens unique de 5km qui vous conduit entre les roches de la vallée. Vous pouvez y aller sans risque sauf si vous avez décidé de louer un camping-car, ces montures sont interdites dans ce chemin.  Ça secoue pas mal mais c’est marrant à faire.

 

Artist’s Drive
artist'sdrive2_Snapseed

 

artist'sdrive_Snapseed

 

Encore une boucle à sens unique mais cette fois elle s’étend sur 15 kilomètres à travers les montagnes. Roulez jusqu’à « Artist Palette » pour découvrir des montagnes colorées : rose, vert, violet, orange… Ce sont des pigments minéraux qui ont donné ces coloris à la pierre. Sortez vos appareils photos !

 

Devil’s Golf Course
devil'sgolfcurse2_Snapseed

 

devil'sgolfcurse_Snapseed

 

Ici, seul le diable pourrait faire un birdie. Un lac asséché, des blocs de sel qui se sont formés en plein désert : une oeuvre d’art à ciel ouvert. Attention à ne pas tomber, les arêtes sont tranchantes…vous vous briserez les os. Ahahahha !!!  (c’est le diable qui se marre…)

 

Badwater 

badwatervued'ensemble_Snapseed

 

badwaterpanoramique_Snapseed

 

j'enpeuxplus_Snapseed

 

C’est le point le plus bas des Etats-Unis à 86 mètres au-dessous du niveau de la mer. Ici aussi, il y a quelques années, un lac immense recouvrait entièrement la vallée. Un ponton vous permet d’avancer au-dessus des plaques de sel. Bon, on vous cache pas que à ce moment précis de la journée, vous avez très très chaud !

 

naturalbridgecanyonpanoramique_Snapseed

 

naturalbridgecanyon_Snapseed

 

pontgravédanslaroche_Snapseed

 

De l’autre côté de la route, on a aussi voulu voir un pont naturel percé dans la roche au Natural Bridge Canyon. A ce moment précis, je crois que j’ai voulu tuer celui qui avait eu l’idée de sortir de la voiture. Mais au final, ça vaut quand même le coup d’œil. Vous marchez à travers un petit canyon et miracle, il y a de l’ombre !

 

 

Notre bande-son de la mort 

> « Heart » de Darkside. Ce groupe a marqué notre voyage et puis franchement leur musique lunaire, chamanique, va très bien avec le paysage !

> « Five to One » des Doors : pour moi indispensable pour voyager ! Pour une ambiance Vallée de la mort, on conseille  » Five to one »

> « Life Round Here »  et « Take a Fall For Me » (avec RZA) de James Blake. Peut-être un peu trop « gouffre » mais ça va bien avec la vallée de la mort !

 

 

Sinon, vous pouvez vous tourner vers la bande originale du film d’Antonioni, Zabriskie Point. Et puis pourquoi pas « Un coup de soleil » de Richard Cocciante. Ben quoi…

 

 

Vite, une station essence !

> Dans le parc : vous en trouverez à Panamint Springs, Stovepipe Wells Village et Furnace Creek.

> Hors du parc : Shoshone (45 km de Death Valley Junction) ou Lathrop Wells (37 kilomètres de Death Valley Junction).

Ne vous faites pas de frayeur ou sauf si comme moi vous aimez pimenter vos vacances ! Je n’ai pas trop fait ma maligne en voyant la jauge baisser à toute vitesse… J’ai regretté le temps d’une seconde de ne pas avoir fait  le plein à la sortie du parc. Mais finalement on en a trouvé une en repartant de notre hôtel, le lendemain.

Ouf ! Ah oui, au fait l’hôtel ! On avait réservé au Longstreet Inn and Casino (à voir ici) dans l’Amargosa Valley (village fantôme). Un samedi soir, une soirée karaoké avec des chanteurs plus au moins doués de plus de 60 ans. La salle… presque vide. La déco était kitsch (animaux empaillés, statues de Napoléon et d’un vieux shérif moustachu) et j’ai mangé la pire Caesar salad EVER (optez pour le burger, toujours !) A faire, c’était bien marrant. Si vous décidez de dormir ici, buvez de la bière et admirez le coucher de soleil. Le matin, la petite terrasse de votre chambre est très agréable et des canards se joindront à vous à l’heure du café !

 

 

Le coin pratique 

> Comment y aller ? Depuis Lone Pine (si vous arrivez du Yosemite par exemple), roulez environ 80 kilomètres et entrez à Panamint Springs (on vous déconseille les sandwichs vendus sur place… pensez aussi au pique-nique). Entrée possible aussi par Death Valley Jonction (Amargosa Valley) ou Shoshone si vous venez de Las Vegas. Si vous venez du Nord-Est (Tonopah, Nevada), vous pouvez entrer par Scotty’s Castle

 

Capture d’écran 2014-10-26 à 11.14.20

 

 

> Distances
Las Vegas – Death Valley (Death Valley Junction) : 150 km (1h45)
Mammoth Lakes – Death Valley (Panamint Springs) : 240 km (2h30)
Bakersfield – Death Valley (Panamint Springs) : 307 km (3h)

> Tarifs : 20 $ le véhicule, 10$ pour une personne seule. Pass America The Beautiful accepté

> Ouverture : toute l’année. De 8 heures à 17 heures (PT) en hiver. De 9 heures à 18 heures (PT) en été (1er juin – 4 octobre)

> Le site internet

> Logements : il existe quatre hébergements dans le parc : Stovepipe Wells Village, Furnace Creek Inn, Furnace Creek Ranch et Panamint Springs Resort. En dehors du parc, à l’est, vous trouverez de quoi dormir à Tonopah, Goldfield, Beatty, Indian Springs, Las VegasDeath Valley Junction, Shoshone, Tecopa, Baker ou Pahrump. A l’ouest, misez sur les villes de Mojave, Ridgecrest, Inyokern, Olancha, Lone Pine, Independence, Big Pine et Bishop.

9 sites de camping. Furnace Creek (18 $ en été) est le plus populaire, le seul où les réservations sont possibles. Pour les autres, c’est premier arrivé-premier servi. 

> Nourriture : autour des quatre hôtels du parc dont nous avons parlé plus haut (Furnace Creek est néanmoins fermé en été). A Scotty’s Castle, le bookstore propose des snacks et des boissons. 

 

Pour aller plus loin

Nos autres chroniques sur la Californie

Nos autres chroniques sur les parcs

 

Vous avez des bons plans à partager sur Death Valley, n’hésitez pas à commenter !

IMG_4441 copie bannière

Comments

  1. Richard Cocciante en BO ? Why not.
    Ce qui m’a le plus frappé dans la Death Valley, c’est le silence…
    Et aussi l’arrivée : on met loooongtemps à traverser une première vallée, avec un rempart de montagnes, puis un deuxième montagne. Là on se dit qu’il n’y a plus moyen de se sauver.
    Pour le logement, parmi toutes vos suggestions, nous on avait choisi Beatty, c’était ok, dans le genre ville supra paumée avec un motel et un bar/resto, et une histoire liée aux recherches sur la bombe atomique – comme une grande partie du Nevada apparemment.
    A++

    • alafindelaroute

      Hello Mathilde,
      Oui, Richard Cocciante. Bon, c’est le choix d’Hélène ^^
      J’imagine un peu cet enfermement. On avait ressenti un peu la même chose à Anza Borrego, dan le sud de la Cali.
      Merci pour le retour sur Beatty 😉
      A plus

  2. Tes photos rendent bien la beauté du lieu. Je n’en avais pas fait tant que ça, j’avais croisé un gros serpent au premier arrêt, et j’avais flippé 🙂

    • alafindelaroute

      Du genre serpent à sonnettes ? Je comprends

      • Oui, de ce genre là. J’entends encore le « kssss kssss » qu’il faisait. Brrrr.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial