Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 20 juin 2017

Scroll to top

Top

11 Comments

Roadtrip en Afrique du Sud : notre safari au jour le jour

Roadtrip en Afrique du Sud : notre safari au jour le jour
alafindelaroute

C’est parti ! Loin de nos repères habituels, nous voilà en Afrique du Sud pour une douzaine de jours. On a atterri ce vendredi (26 septembre) au Cap, on y reste un peu avant de prendre la route de la côte pour suivre les baleines puis de s’envoler pour un vrai safari au mythique parc Kruger. On essaye de vous emmener avec vous en temps réel, sur le blog et les réseaux sociaux; vous y serez vraiment, vu que pour une fois, il n’y a pas de décalage horaire avec la France. Let’s go Roadies !

 

Jour 1: Le Cap (Capetown)

IMG_6867

 

On a pris l’avion de nuit, via Londres, pour arriver en matinée à l’aéroport du Cap, comme si de rien n’était. Le vol a été un peu épique (c’est de notre faute. On a oublié le pré-booking). On a été séparés pendant les onze heures de vol… merci aussi aux voisins qui n’ont jamais voulu faire un échange. Au moins Delphine s’est faite une pote, Sarah, et on a eu le temps de mater deux-trois films. Petit passage à la douane (on ne nous avait pas dit qu’on n’avait droit qu’à une cartouche de clopes à 30 euros par personne…) et au bureau de change (trop cool leurs billets, avec des animaux dessus). Pour les prix, il faudra (en gros) diviser par 10 (un peu plus en fait). Au Cap, un guide (Axel, très sympa), nous a remis notre carnet de route et nous a accompagnés chercher la voiture de loc. Pas de 4X4 cette fois mais une Toyota Corolla bien carrénée, qui comme prévu a le volant à droite !

On ne manquera pas de vous raconter cette aventure de chaque instant (c’est dur de penser à rouler à gauche de la route), si on y survit. Lorsque l’on est arrivés, la célèbre  Montagne de la Table était cachée sous les nuages. Mais le soleil a vite repris le dessus et on a eu un temps merveilleux pour cette première journée. On a commencé par la côte et la plage de Camps Bay (la plus belle à notre goût). Un océan déchaîné, beaucoup de soleil et notre première approche de la cuisine sud-africaine. Un régal, à pris défiant toute concurrence. On a poursuivi par une visite du waterfront, vu plein d’oiseaux et des surfeurs. Lorsque le soleil a commencé à tomber, on a mis le cap (LOL) sur la colline de Signal Hill pour attendre son coucher. Spectacle un peu gâché par un ciel couvert, beaucoup de vent, mais on a fait la rencontre de curieuses pintades sauvages.

Défoncés, on a (enfin) pris la route de l’hôtel, sur Long St. On (re) dort dans un airstream, garé sur le toit. Génial. La flemme, on a décidé de manger au resto de l’hôtel (« L’Apéro »); une très bonne surprise, comme à midi. Petite frayeur du soir : notre adaptateur ne fonctionnait pas dans les énormes prises à trois trous d’ici. La réception a pu nous dépanner, ouf !

 

 

Jour 2: La péninsule du Cap

IMG_7820

 

La pluie qui s’est un peu attardée ce matin n’a pas réussi à nous décourager (on se croirait en Islande, le temps change tout d’un coup, ces deux jours en début d’après-midi). Après un passage dans le quartier malais et ses maisons colorées, on a donc eu droit à un beau soleil pour faire le tour de la péninsule du Cap, via Hout Bay, Chapman’s Peak et Simon’s Town. On a déjà rencontré plein d’animaux : baleines, damans (sorte de marmottes), autruches, babouins (chapardeurs de première), pingouins (sur la plage de Boulders), antilopes… Assez incroyable. Comme la sensation d’être au bout de tout, au Cap de Bonne-Espérance, devant les océans déchaînés.

Désolé pour la transition, mais on a aussi goûté à quelques spécialités… Un premier repas à Kalk Bay, à goûter des moules et du Yellowtail (poisson local). Arrosés de trois bières pour un total de 18 euros. Et ce soir, nous avons mangé typique au Mama Africa, sur Long St., au Cap. Un barbecue mix d’autruche, de springbok, de croco, de phacochère… Pas mal du tout.

 

 

Chargement

Les pingouins de Boulders #video #boulders #southafrica #exploresouthafrica #penguins

Afficher sur Instagram

 

Jour 3 : Du Cap à Hermanus, à la rencontre des baleines

IMG_9265

 

Bye bye Le Cap. Nous avons refait les valises ce matin, refermé la porte de notre airstream. Après deux jours où le temps de nous a pas permis d’aller prendre le téléphérique de la Table Mountain, nous étions bien décidés, surtout en voyant le soleil au réveil. Mais une fois au pied, c’était la foule des grands jours, un coup à y passer une journée. Bref, demi-tour et plan B avec les jardins botaniques de Kirstenbosch, lovés au pied de Table Mountain. De là, nous sommes passés dans l’un des plus célèbres vignobles sud-africain : le Groot Constantia. La suite nous a emmenés sur la cote pour rejoindre Hermanus, la capitale de la baleine. La route qui y mène est un bijou. De Strand à Hermanus, la 44 épouse les contours de l’océan, retrouvant de temps à autre un port ou une station balnéaire. La principal arrêt s’est fait à Bettys Bay, pour y voir les pingouins de Stony Beach. Beaucoup plus de pingouins qu’à Boulders et beaucoup moins de monde. Un super moment. Nous avons filé ensuite sur Hermanus. Ce qu’il y a de pratique ici, c’est le chemin piétonnier de 12 km (le Cliff Path) pour observer les cétacés. Aussitôt dit, aussitôt fait. Une puis deux masses noires jouent à 50 m du rivage, alors que l’océan est déchaîné. On est resté jusqu’au coucher du soleil, à guetter d’autres venues, le moindre saut, la moindre nageoire. Au loin, une autre baleine donne tout ce qu’elle a : sauts, claquements des nageoires, de la queue. Il fait nuit maintenant. Le moment de trouver un restaurant et notre hôtel.

   

 

Chargement

 

Parce qu’ils vous manquaient déjà. On a revu des pingouins dans le secteur de Bettys Bay. Une plus grosse colonie et beaucoup moins de monde pour les observer #penguins #bettysbay #southafrica #exploresouthafrica #video Afficher sur Instagram

 

Jour 4 : D’Hermanus à Outdshoorn, des baleines aux autruches

IMG_9881

 

Voilà un moment qu’on ne s’était pas levés aussi tôt (volontairement!). Il faut dire qu’on avait trop hâte de retrouver nos amies les baleines, dès les premiers rayons du soleil. C’est ce qu’on a fait, et elles étaient bien au rendez-vous. On a arpenté et arpenté le cliff path (le chemin d’observation d’Hermanus) à la recherche d’un gars pas comme les autres qu’on avait trop envie de vous présenter : un « crieur de baleines », qui alerte (en morse) quand il en voit une. Mais, toujours aussi chanceux, il était souffrant (snif). Il faut qu’il soit en forme pour le grand festival de la baleine, la semaine prochaine. On a donc continué la route seuls, et vu encore et encore de beaux spécimen : des timorés, qui lèvent une nageoire, et de vrais exhib’ qui enchaînent les sauts, à quelques mètres des rochers ou de la plage. Vraiment magique. On a aussi vu des dauphins. On a eu un temps incroyable jusqu’en milieu d’après-midi, avant de se prendre de chouettes averses, éclairs à l’appui. Beaucoup de route ensuite pour rallier Oudtshoorn, capitale mondiale de l’autruche et notre prochaine étape pour la nuit. La chambre est immense (genre XIXe) mais le wifi rame  (d’où notre « absence »). On nous a dégoté un petit sandwich (pas à l’autruche). Le jour se couche tôt ici (19 h c’est nuit noire).  Ce soir on lève un peu le pied…

 

 

Jour 5 : D’Oudtshoorn à Knysna

IMG_0721

 

On s’est levés avec un certain plomb ce matin, surtout à cause d’un temps pluvieux et dégueu. Oublié rapidemment. Non seulement le soleil est revenu mais on a surtout fait une activité géniale : la visite d’un élevage d’autruches ! On les a vues en oeuf, on les a caressées bébés, on s’est fait pincer par les adultes et on est même montés dessus. On a aussi assisté à une hilarante course. Bon après, on vous avoue, on en a mangé… On les a en tout cas a-do-rées. On a ensuite traversé le Petit Karoo pour rejoindre la Route jardin, une route entre mer et forêt assez surprenante. Deux arrêts nous ont marqué : Victoria’s Bay, spot de surfeurs genre tiki, tout calme et Buffels Bay, presque à l’abandon, où l’on a assisté à l’un de nos plus beau couchers de soleil (ever). A 19 h, on arrivait  à notre B&B à Knysna. Ils étaient tout affolés (c’est « tard ». Ah). Pour avoir le wifi c’est coton. On vous écrit donc d’un top resto de fruits de mer sur le waterfront, qui lui est sur-équipé. On vient de se mettre des huîtres géantes et plein de poissons locaux. On y reste deux nuits.

 

 

Chargement

 

 

On voulait d’abord vous offrir ce moment WTF #southafrica #exploresouthafrica #Oudtshoorn #ostrich

 

Afficher sur Instagram

 

Jour 6 : De Knysna à Nature’s Valley, dernières baleines et rencontre des guépards

IMG_2025    

« La pluie s’en va », nous assure notre hôte à Knysna, tôt ce matin. Pourtant, en jetant un oeil à la fenêtre de notre chambre, ce matin, la lagune de Knysna paraît bien brumeuse et la pluie ne s’arrête pas. Il a fallu prendre la voiture, rejoindre The Heads, à la pointe de la lagune, pour voir le soleil. Après un petit arrêt au tristement célèbre « Pezula Resort » (remember les Bleus et la grève du bus), on a longé la côte en direction de Plettenberg Bay, de The Crags et du Tsitsikamma. Sur cette route se trouve Tenikwa, un centre de réhabilitation des félins. Nous avons ainsi pu entrer dans les cages de guépards (qui ronronnaient) et de servals. Autant dire qu’on n’en menait pas large. La journée a également été marquée par trois endroits à retenir : Nature’s Valley, sa plage immense et sa lagune, adossée à une forêt luxuriante, le restaurant Enrico qui a les pieds dans l’eau (à l’est de Plett Bay) et enfin Robberg. On a terminé la journée là-bas, sur le rocher qui marque la fin de la baie de Plettenberg. Un joyau naturel à vous décrocher la mâchoire. Promis. On avale trois sushis et au lit !    

 

 

Chargement

 

Une vidéo de lol cats sud-africains ^^ #cheetahs #southafrica #exploresouthafrica Afficher sur Instagram

 

Jour 7 : De Knysna à Skukuza dans le Parc Kruger

IMG_2345

 

C’est toujours quand on se réveille à 5h30 pour prendre un avion que celui-ci a du retard. C »était encore vrai cette fois-ci. On a rallié de bon matin le petit et mignon aéroport de George. Un premier vol jusqu’à Johannesburg, où l’on a attendu quelques heures, avant un second pour Nelspruit, l’un des aéroports à proximité de l’iconique Parc Kruger. Le temps de prendre la voiture, de faire la route, on arrive ric-rac à l’entrée du parc avant fermeture. Surtout que, sous le pont que nous traversons pour arriver à la porte, se cachaient des éléphants et des buffles. Belle entrée en matière. C’est dans la nuit (et donc dans l’illégalité – les horaires sont très stricts au Kruger) que nous arrivons à Skukuza, le plus grand rest camp du Kruger. Accueil glacial, l’ensemble est peu engageant mais la hutte est sympa avec sa cuisine extérieure. On mange dans le resto du camp (pire service du séjour… et de loin) avant de regagner notre pieu.

 

 

Jour 8 : Parc Kruger : de Skukuza à Olifants, self-roadtrip

IMG_2973

 

Après la nuit dans notre hutte, on s’est lancés à la découverte de ce fameux parc Kruger. Le ciel était un peu couvert mais il faisait très bon. On a pris le volant de notre propre voiture (encore une Toyota) avec la journée devant nous pour rallier notre prochain restcamp (Olifants, plus au nord). A mesure que les paysages défilaient, ça a été un véritable festival : on avait vu les « Big Five » (lion, éléphant, buffle, rhinocéros et léopards) tous seuls, comme des grands, limite dès la première matinée. Mais on a aussi laissé passer plusieurs troupeaux d’éléphants, vu des phacochères, de drôles d’oiseaux, des zèbres, des girafes, des singes, des dizaines d’hippopotames et (sans exagérer) plusieurs milliers d’antilopes, impalas en tête. On a eu un vrai coup de foudre pour le grand koudou (tellement qu’on en a mangé dans une assez sordide cabane de brousse, shame on us).  Notre parcours : de Skukuza, on a pris la route vers le sud-est (Lower Sabie road) en longeant la rivière puis on est remontés par Tschokwane puis Satara. Il y avait peu de monde, mais quand même un ou deux bouchons devant une poignée d’animaux. On a pu descendre de la voiture à deux ou trois reprises. On n’était malgré tout pas super en forme, ayant commencé notre traitement contre le paludisme (même si on n’a pas encore vu de moustiques).

On est arrivés à Olifants (qui nous a beaucoup plus plu que Skukuza, d’entrée, et surplombe toute la plaine) bien avant le coucher du soleil, qu’on a dégusté avec une petite bière locale. Ici la nuit tombe tôt (à 18 heures c’est le noir total, du coup ça fait plusieurs jours qu’on tombe avant 23 heures, ce qui ne nous arrive jamais). On s’est donc dirigés vers le resto, assez inattendu, de la chaîne « M&B ». On a attendu, mais attendu, mais attendu… Mais nos « rumps » (de la viande de boeuf) n’étaient pas si mal par rapport à nos précédents repas. Et comptez toujours une trentaine d’euros avec alcool, dessert et café. Retour à la casbah (une nouvelle hutte). Voilà 48 heures qu’on n’a pas internet, ça fait bizarre et du bien à la fois…

 

 

Jour 9 : D’Olifants à Sabi Sand, du Kruger à la réserve privée

DSC02525

 

Après un réveil à 5h45 pour le lever de soleil (un peu raté), un café, c’est parti pour ce qu’on attend comme le feu d’artifice de ce voyage, les derniers jours dans la réserve privée de Sabi Sand (du nom des deux rivières), qui jouxte le Kruger. On panique un peu car le GPS nous indique 6 heures de route (en fait il comptait des plombes pour les pistes et on est arrivés bien à l’heure). Après plusieurs routes quand même d’une certaine disette animalière (et de zig-zgas entre les trous), on y est arrivées vers 13 heures. Parfait pour avoir le temps de prendre nos marques dans notre incroyable lodge avec ponton sur la savane, cheminée, lit à baldaquin et douche… extérieure ! (lol). Après un sympathique lunch, on a embarqué à bord d’un 4X4 de brousse, avec nos nouveaux « amis ». A l’avant, deux rangers : un conducteur et un traqueur. C’était parti pour trois heures de ce qu’ils appellent un « game drive » sur la trace des animaux (avec entracte apéro dans la brousse). On vous avoue avoir été un peu frustrés : on en a vu beaucoup moins que lors de notre self roadtrip, et on était très loin du festin nocturne de lions comme en ont vus nos amis Sophie et Xavier (CF leurs photos dans notre précédent article). Mais on garde espoir, car on a quand même traversé un troupeau de 200 buffles et pisté une maman léopard et ses deux bébés, ce qui est apparemment assez rare.

Dans les réserves privées, c’est un peu une croisière à terre : un verre de sangria nous attendait au retour, avant le dîner, qu’on a partagé avec des Suisses-Allemands fans de photos et d’oiseaux, Anita et Daniel. On n’a pas fait de vieux os après !

 

 

Jour 10 : Sabi Sand

IMG_5339

 

On était partis pour dormir comme des bébés dans notre hutte de luxe. C’était sans compter sur les hyènes, dont les cris ont déchiré la nuit et nous ont réveillés (enfin, Delphine) dans une véritable torpeur. Le réveil a re-sonné à 4h50 (doublé d’un toc-toc de notre ranger) : la brousse nous attendait ! On a repris la voiture et parcouru le bush. On a (soi-disant) pisté un léopard et un rhino, mais on est restés bredouilles. On a quand même vu un chacal, des impalas, une famille phacochère et pris le café avec les hippos ! Le lever de soleil était magique, et la chaleur est vite arrivée (ouf). Ici tout est calibré : retour à 8h30, breakfast, bam et à 9h30, le très attendu « bushwalk » (pareil mais t’es à pied dans la brousse avec un ranger armé). Même s’il faisait méga trop chaud, c’était génial. On a vu une véritable tribu de babouins, encore des antilopes, encore des phacochères et découvert des arbres « brosses à dents ». On est rentrés, vannés, à notre « maison » pour 3h30 de quartier libre (wouahou). Le lunch est à 14 h. Le temps de siroter notre Groot Constantia sur notre private ponton…

Au lunch, on a rencontré des Belges géniaux, qu’on n’a pas quittés depuis : Catherine et Arnaud. On s’est vraiment marrés, ils ont donné une autre couleur à notre fin de séjour. On a fait notre dernier « game drive » jusqu’à la nuit. Cette fois il a fait beaucoup moins froid (ils annoncent 37°C pour mercredi) et on a vu un rhino de très près, des girafes, des hippos, des oiseaux… mais toujours pas de lion. Grâce à l’insistance de Catherine, on a eu droit à notre « braai », un grand barbecue en plein air qui s’est terminé par des marshmallows grillés. Une soirée de rêve, presqu’irréelle tellement on était fatigués ! Demain, rebelote, pour en profiter un max dès les premières lueurs du jour.

 

 

Jour 11 : Dernière virée dans la brousse avant le retour

DSC03104

 

Dernier réveil avant 5 heures, dernier « game drive » dans la brousse. L’ambiance est toujours à la fête, et l’espoir de revoir un peu de bestioles (si possible à crinière) toujours bien là. Il fait très chaud ce matin (ils annoncent 37°C pour les jours suivants). La voiture emprunte de nouvelles pistes, on fait le plein d’oiseaux multicolores, d’éléphants et de zèbres… Ca va manquer! On fait nos sacs le coeur un peu gros, on dit au revoir à nos amis Belges qui eux continuent encore un peu et on prend la route de l’aéroport de Nelspruit. La suite s’est fort bien enchaînée (super les aéroports sud-africains, beaucoup plus détendus). A Johannesburg, on a embarqué à bord d’un magnifique A380 hyper confortable. On vous écrit devant un café à Londres, avant de rallier Lyon. Bien sûr il pleut!

 

 

 

A suivre demain : Plus rien, on rentre (snif). Mais on va beaucoup vous reparler de ce voyage, promis.

Comments

  1. Superbe ! Votre barbecue me laisse un peu songeuse mais pourquoi pas, c’est important de découvrir les mets locaux 🙂
    Pour la conduite, je suis convaincue que ça ira tout seul très rapidement : au début, il faut vraiment se concentrer pour ne pas oublier de rouler du bon côté, mais après cela devient naturel. En fait, le plus compliqué sera de revenir au côté « normal » 😀 ahaha !
    J’ai hâte de voir votre article sur les baleines, j’en ai vu quand j’étais en NZ, c’était magique !
    Merci de nous faire partager tout ça !

    Stéphanie

  2. françoise

    Enjoy les G-C !!!
    Comment a-t-elle atterri sur un toit l’airstream ? Une histoire d’hémisphère peut-être.
    J’attends la suite de votre trip…
    Et rapportez du vin dans vos valises. Laissez tomber les clopes, y a les mêmes ici !
    biz

    • alafindelaroute

      Hello FF, l’airstream est arrivé comme par magie ! Avec une grue certes. Voilà, c’est le dernier jour pour nous. L’avion est dans quelques heures et pas de vin dans nos valises. On a tout bu!

  3. Anaïs

    Hello les Amoureux,
    Un petit mot pour vous dire que j’adore votre blog. En pleine préparation pour notre voyage en Afrique du Sud, je suis tombée par hasard sur votre site !
    Les explications sont hyper complètes, et m’ont données un bon coup de pouce pour préparer notre itinéraire ! Vos photos sont magnifiques et me donnent encore plus envie de découvrir l’AFS … Début de notre roadtrip dans 2 semaines !
    Petites questions (dont je n’ai pas trouvé les réponses dans vos articles) :
    – Quels ont été vos effets secondaires en prenant la Malarone ?
    – Vous êtes-vous baignés ? Le mois d’Août n’est pas la période idéal pour l’AFS, mais j’espèrais pouvoir passer une petite après-midi dans l’eau… A priori certaines plages valent le coup, mais l’eau est froide … ?

    Continuez vos superbes articles autour du globe, vous êtes au top !
    Anaïs, Globe-Trotteuse Alsacienne

    • alafindelaroute

      Hello Anaïs,
      Déjà un grand merci pour tes compliments. Ca nous touche toujours autant et nous donne envie d’en faire plus.
      Alors, bientôt l’AFS ? Chanceuse.
      Pour répondre à tes questions :
      > Pour la Malarone, oui et non. En gros, Delphine a eu des vertiges et du mal à digérer. Moi, rien à signaler. Ca va dépendre de vos organismes.
      > Pour la baignade. Nous n’avons pas pu nous baigner. L’eau était vraiment trop froide. On a juste trempé les petons. C’était assez frustrant ^^

      Voilà Anaïs. N’hésite pas si tu as d’autres questions.
      Bon voyage

  4. Joany

    Salut,
    Nous partons mon homme et moi en ADS pour la première quinzaine de novembre. Seul l’avion est réservé pour le moment et on se pose encore beaucoup de question sur notre parcours… Pour le Kruger, on hésite à faire 2 jours seuls et 2 jours en réserve privées comme vous ou 3 jours seuls et 1 en réserve privée. On hésite aussi beaucoup sur les trajets intermédiaires : avion vol interne ou voiture pour pas compliqué le voyage… Enfin au Cap on aimerait y rester 2-3 jours mais aussi faire Knysna et sa région mais on ne se rends pas trop compte si la route ne va pas être trop éprouvante…

    Merci en tout cas pour ce blog fort instructif, je prévoit de louer le même objectif que vous super tuyau merci beaucoup !

    Merci par avance pour vos réponses.

    • alafindelaroute

      Bonjour Joany,
      Pour le Kruger, on a bien aimé être autonomes. ais la réserve privée, c’est la cerise sur le gateau, le luxe ultime. On vous réveille pour les safaris, on vous nourrit, on se balade dans la savane. Un grand souvenir qui finit parfaitement le voyage. Deux-deux ça me semble bien.
      La route entre Le Cap est Knysna est top. Hermanus et ses baleines, Gansbai. Nous étions allé jusqu’à Cape Agulhas. Et la région de Knysna – Plettenberg Bay est superbe. On a adoré rouler là-bas. On avait ensuite évité de rouler à l’intérieur avec un avion George-Nelspruit via Joburg.
      Hésitez pas à nous envoyer un mail si besoin : alafindelaroute@free.Fr
      bonne journée

  5. Pauline

    Bonjour,

    Merci pour votre témoignage et vos superbes photos ! Je suis entrain de préparer 2 semaines en AFS, et j’aimerai faire 1 semaine de safari dans le nord/ nord-est du pays (kruger et autres) puis 1 semaine de randos/visites dans le sud au cap.
    J’ai donc plusieurs questions :
    – D’après vous, vaut-il mieux commencer ou finir par le safari ?
    – J’ai regardé les tarifs pour la réserve privée de Sabi Sand dont vous parlez, et j’ai vu des tarifs avoisinant les 2000 euros pour 3 jours.. Est-ce réel ou est-ce un pb de conversion ?
    – Quel budget avez-vous alloué à ce voyage ?

    Merci d’avance pour votre aide 🙂 !

    Pauline

    • alafindelaroute

      Bonjour Pauline,

      Je pense que c’est plus sympa de finir par le safari. Pour Sabi Sands, non tu ne dois pas rêver. L’univers est quand même ultra luxe et comprend les repas et les excursions en 4×4 et à pied. Donc, je pense que ce n’est pas une erreur. Mais il en existe bien d’autres sûrement moins chères. Pour le budget global, difficile à dire mais le combo avion/voiture/logement nous était revenu à 6500 euros (pour deux) il me semble. Il fallait ajouter quelques repas et les bonus.

      A plus

  6. cmaille

    Super merci pour votre recit, je m’en inspire pour notre voyage en Octobre.Jai hâte … 🙂

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial