Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 19 septembre 2017

Scroll to top

Top

5 Comments

Nature ou grand luxe : yes we Cannes !

Nature ou grand luxe : yes we Cannes !
falbalala

Ahhh, Cannes, capitale glamour du cinéma… mais juste pour une toute petite période de l’année. Le reste du temps, c’est une station balnéaire des Alpes-Maritimes, résolument à part sur la Côte d’Azur : des palaces, certes, mais aussi tout ce qu’il faut pour passer des vacances en famille, sur des plages de sable, ou clubber toute la nuit. Mais Cannes est aussi une vraie destination « nature », fière de ses origines de village de pêcheurs, qui tient à le faire savoir via son slogan « Cannes is yours ».

Depuis qu’on nous a invités à découvrir ce pan méconnu de la ville à la palme, dans le cadre du premier salon français des blogueurs, Cannes est aussi un peu « ours ». Voilà ce qu’on y a fait, en une journée. On vous invite à la découvrir (si possible avant le plein été et hors festival). Et comme nous l’ont répété l’office de tourisme et les locaux : il faut l’imaginer avec beaucoup plus de soleil et d’eau turquoise.

> Pour tout savoir sur Cannes. L’office du tourisme se trouve sur la Croisette, à côté des célèbres marches du Palais des festivals et des congrès

 

Se lâcher au camp trappeur

IMG_6276

 

Rien de tel que commencer la journée en se lâchant… dans des filets suspendus dans les arbres. Différent des activités comme l’accrobranche, ce parcours aérien est génial. On en a oublié qu’on avait un peu le vertige. A quinze minutes de la Croisette se trouve un camp trappeur qui propose ce genre de défoulement (instantané) aux groupes, aux entreprises mais aussi au grand public. On peut facilement y passer plusieurs heures, prendre l’apéro sur les plateformes installées en haut des arbres (nous on l’a pris sous l’une des tentes où est installé un snack et où sont organisées des soirées et des anniversaires) et s’essayer au mur d’escalade. On s’est bien marrés. On s’est d’abord déchaînés en courant et en rebondissant dans les filets, mais on peut aussi s’y étendre tranquillou, un peu comme dans un hamac. C’était une chouette façon de faire connaissance avec les autres blogueurs. PS : on vous déconseille le port de la robe !

Le lieu propose aussi tout un panel de sports nautiques (comme le paddle) sur son lac (le Saint-Cassien). La météo incertaine nous en a privés cette fois-ci, mais on a quand même pu tester un tour de buggy (ça décoiffe !… pour ceux qui ont des cheveux). Une super idée, toute neuve et assez unique sur la Côte d’Azur, de la société Okwide, qui a visiblement encore plein de projets dans son sac (trappeur).

 

 

> OkwideCamp trappeur (« energy camp ») : Chemin dit du Béal , Cannes La Bocca. GPS: 43.562697, 6.958014. Tarif: 13 euros par personne (accès au camp et à ses activités)

 

Prendre le large vers les îles de Lérins

IMG_6563

 

En face de la baie de Cannes, à moins d’un kilomètre de la Croisette (à vol d’oiseau et de bateau) se trouvent deux écrins de nature préservée : les îles de Lérins, l’île Sainte-Marguerite et de celle de Saint-Honorat. On n’a accosté que sur la première, la plus grande; la seconde est la propriété des moines cisterciens. La légende dit qu’Honorat, un moine, partit vivre sur une île au large de Cannes. Mais elle était infestée de serpents. Il se serait alors réfugié en haut d’un palmier et attendit que la mer les « nettoient ». C’est ainsi que serait née la palme, blason de Cannes et emblème du festival du cinéma. La soeur d’Honorat, Marguerite, religieuse elle aussi, l’aurait rejoint ensuite, donnant son nom à l’île voisine.

Belle histoire, balayée d’un revers de main par le guide de l’Office national des forêts (ONF) qui nous en a fait la visite : comme beaucoup de plantes, les palmiers ont été importés sur la Côte d’Azur bien plus tard depuis d’autres pays, il ne s’agit pas d’une espèce endémique. Mais on garde quand même l’anecdote, elle est trop cool.

 

 

> Pour aller sur les îles, rendez-vous à l’embarcadère, au bout du port. Plusieurs compagnies assurent la liaison (comptez une dizaine d’euros l’aller-retour). Attention, notez bien les horaires, sinon il faudra prendre le bateau-taxi (beaucoup plus cher). 

 

Accoster à Sainte-Marguerite

DSC09575

 

En ce qui nous concerne, c’est donc sur Sainte-Marguerite qu’on a accosté pour l’après-midi. C’est là que se trouve ce qui nous avait conduits à choisir ce « blogtrip », intitulé « Cannes nature » : l’île abrite l’ancienne prison où a été incarcéré le célèbre Homme au masque de fer (comme dans le film avec Leonardo di Caprio, entre beaucoup d’autres).

Une fois sur l’île, il faut un peu grimper (par des escaliers ou une pente). Rassurez-vous c’est tout à fait faisable. Il n’y a que très peu de résidents sur l’île : deux pompiers, un garde de l’ONF et les gardiens de la seule propriété de l’île, appartenant à un riche indien (Vijay Mallya, qui possède l’écurie de F1 Force India). Vous trouverez sur place plusieurs snacks où déjeuner, des plages et des criques pour se baigner, plusieurs dizaines de kilomètres de sentiers de randonnée et le fameux musée (de la mer) qui abrite la cellule du Masque de fer. Ici, tout n’est que calme, ruelles de pierres, forêt et mer à perte de vue. L’été, c’est plus chargé bien sûr mais il ne tient qu’à vous de vous écarter un peu de la foule. 

Saint-Honorat est la propriété des moines de l’abbaye de Lérins qui ont leurs propres vignes. Au programme : visites, gastronomie… Tout est sur leur site (très bien fait). Le bateau se prend au même endroit, à l’embarcadère.

 

Déjeuner sous les micocouliers

DSC09185

C’est l’occasion ou jamais d’écrire ce mot : micocoulier. C’est sous cet arbre majestueux et typique de la Provence qu’on s’est attablés pour un pique-nique. Sur la place qui jouxte le musée de la mer, avec vue sur cette dernière, il y a de nombreuses tables et même des barbecues prévus à cet effet.

Attention, pas n’importe quel pique-nique : des échantillons tirés de sacs préparés par le staff de Jean-Luc Pelé, une star locale de la boulangerie-pâtisserie-chocolaterie, finaliste cette année de l’émission « La meilleure boulangerie de France » sur M6 (rien que ça). Normand d’origine, il a fait ses classes chez Le Nôtre à Paris avant de descendre dans le sud. Il mise sur le bio et les produits naturels. Caroline nous a apporté un assortiment de ses produits, très populaires auprès des Cannois : quiches, tartes aux poivrons, pizzas… wrap au poulet-curry, bagels, sandwiches divers aux pains spéciaux, canelés, macarons, flan… Top.

 

 

 > Les adresses de Jean-Luc Pelé : A Cannes : l’Atelier (42 rue d’Antibes et 36 rue Meynadier), boulangerie (3 rue du 24-Août et 104 boulevard Sadi-Carnot). A Antibes (27 rue de la République) Site.

 

Visiter la prison de l’Homme au masque de fer (musée de la mer)

DSC09292

 

C’était SA cellule! Vous connaissez certainement l’Homme au masque de fer, l’un des plus célèbres prisonniers français, resté anonyme et qui a inspiré moult films et romans (cf le plus connu avec Leo di Caprio). Son identité n’a jamais été révélée. Ce qu’on sait de lui, c’est qu’il est mort en 1703 à la prison de la Bastille à Paris où il avait été transféré après de nombreuses années passées au fort royal de l’île Sainte-Marguerite. Apparemment, il ne portait pas un masque de fer (sauf lors de ses transferts) mais un masque de cuir pour dissimuler son identité. C’est Voltaire qui a lancé sa légende, en le propulsant comme symbole de l’absolutisme royal. Il est resté en prison 34 ans, dont 11 à Sainte-Marguerite.

Les hypothèses sur son identité sont nombreuses : la plus célèbre désigne un frère jumeau de Louis XIV (auquel cas, lequel aurait été le souverain légitime ?). Mais on parle aussi d’un fils illégitime d’Anne d’Autriche (dans la version la plus rock’n’roll, elle l’aurait eu avec « le nègre nabo » – un nain noir, c’est écrit comme ça dans le musée), mais des rumeurs ont aussi évoqué Molière…  En tout, on lui a prêté une soixantaine d’identités. Même Napoléon a fait diligenter une enquête pour percer le secret (sans succès). Vous n’en saurez pas plus en allant sur place, mais vous verrez les peintures dans les différentes cellules de Jean Le Gac (réalisées en 1992) et pourrez visiter tout le musée, très pédagogique et familial, qui montre les fonds marins de Cannes, les amphores et objets découverts dans les épaves de riches spots de plongée (y compris par la directrice du musée d’archéologie qui a participé à la découverte de l’avion de Saint-Exupéry).

 

 

 > Musée de la mer. Entrée : 6 euros (réduit : 3).

 

Pratiquer un sport nautiqueDSC09270

 

On peut aussi s’adonner aux sports nautiques sur place. Les quatre bases nautiques sont gérées par l’association « Cannes Jeunesse« , qui propose des initiations et stages, et on peut y louer des bateaux. On peut s’essayer, entre autres, à la voile, à l’optimiste, au catamaran, à la planche à voile, au voilier ou au paddle-board (planche sur laquelle on se tient debout). On a passé notre tour car le temps était incertain mais on l’a un peu regretté. La base la plus proche est à 10 minutes du fort.

> Cannes jeunesse. Sur l’île, renseignements au centre international de séjour et au port du Mourre Rouge, à Cannes. Tarifs : à partir de 13 euros de l’heure de location

 

Faire un tour en forêt

DSC09444

 

C’est finalement et sûrement le clou de la journée « nature » cannoise : la visite de la forêt domaniale de l’île Sainte-Marguerite, par Vincent de l’ONF. On vous prévient, il est presque interdit de tout faire dans cette forêt de plus de 150 hectares qui a failli disparaître par le passé : fumer, camper, bivouaquer, allumer du feu, cueillir les plantes, faire du vélo… Mais à la clé, il y a un écrin incroyablement préservé où cohabitent des essences importées et bien d’ici.

Côté animaux, il y a des faisans, quelques sangliers, 150 espèces d’oiseaux et la couleuvre de Montpellier, qui peut atteindre un diamètre impressionnant (mais est apparemment inoffensive). Côté végétaux : des plantations, des pins d’Alep et pignons, des chênes verts, un arbre des indiens américains Osage qui leur servait à faire leurs arcs, des caroubes (les graines, ayant toutes le même poids, ont servi à fixer la mesure du carat tandis que l’écorce entre dans la fabrication des barres chocolatées), l’allée des eucalyptus… On en a pris plein les narines, sur un site magnifique qu’on a à peine défloré (vous saisissez le jeu de mots ?). Et on est tombés sur le Maître Capello de la forêt, qui nous a appris plein de trucs étymologiques. Par exemple ? Vous savez d’où vient le baccalauréat ? Ben du laurier sauce, qui servait à la confection de la couronne de Jules César. Ou la férule ? Ou le carat ?

Il y a aussi un étang (celui du Batéguier), une réserve biologique, qui accueille nombre d’oiseaux migrateurs. Observatoire au bord.

 

 

S’arrêter dans une petite crique

IMG_6551

 

Là on vous laisse chercher votre place idéale. En lisière de forêt, vous trouverez plein de plages et de petites criques sauvages où poser votre serviette ou juste tremper les doigts de pied. Faites un tour au belvédère du Dragon, avec une chouette vue sur Saint-Honorat.

 

 

Rentrer… ou dormir sur place

DSC09205

Il n’y a pas cinquante possibilités pour dormir sur l’île Sainte-Marguerite : il n’y a pas d’hôtels et, à moins d’être les hôtes du riche Indien, il faudra dénicher un lit au centre international de séjour installé sur l’île, dans le fort classé monument historique, juste à côté du musée de la mer. Il y a 220 lits, dans des chambres communes et dortoirs collectifs. C’est tout propret mais ouvert au grand public (individuels et familles) uniquement le week-end hors vacances scolaires. Possibilité de restauration sur place.

 

 

> Cannes jeunesse. Nuit + petit-déjeuner à partir de 40,70 euros par personne (possibilité de pension complète).

 

Pour revivre cette journée en vrai, regardez cette vidéo de notre compère Clément, d’Out of Borders. Avec nous, il y avait aussi My Little Road (Solène), Touristissimo (Katou) et 4 coins du Monde (Xavier) mais aussi Raphaëlle et Céline, de l’Office du Tourisme de Cannes.

 

 

Les autres blogtrips

On a choisi ce blogtrip « Cannes nature » au milieu de plein d’autres entre Cannes, Nice et le massif de l’Esterel. A Cannes, nos homologues blogueurs ont marché sur les traces du cinéma, tandis que d’autres ont eu une journée gourmet quatre étoiles, entre le vignoble de l’île Saint-Honorat et les plats et pâtisseries des chefs de renom locaux.

 

 

Dormir dans la soie

Que serait Cannes sans ses palaces ? Il y en a des dizaines. De grandes pages de l’Histoire et du cinéma se sont écrites dans leurs murs. Les plus mythiques restent le Carlton, le Martinez, le Majestic… Du très haut de gamme, talonné par de petits nouveaux modernes et design. 18 ont participé au salon des blogueurs et nous ont invités. Nous, on a dormi au Majestic puis à son « petit frère », le Gray d’Albion, et passé une soirée au 3.14 et au Radisson Blu. C’est parti pour la visite.

 

Le Majestic

 

Le mythique Majestic Barrière a remplacé l’hôtel Beau-Rivage dans les années 1920. Depuis, les stars de toutes les générations y ont défilé lors du festival de Cannes: Paul Newman, Jean Rochefort, George Clooney, Marion Cotillard (pour ne citer qu’eux)… C’est là qu’on a été hébergés la première nuit de notre séjour. Dans cet hôtel cinq étoiles, on vient chercher du grand luxe à la française. Le personnel est aux petits soins, les chambres sont sobres et classieuses. On vous avoue que c’était presque trop pour nous, qui arrivions tout crados d’une grosse journée en vadrouille… Mais bon, on a savouré le moment, conscients que ce n’est pas demain la veille qu’on retournerait dormir dans un tel endroit. Sympas, ils nous ont donné une chambre magnifique, avec vue sur mer, au 3e étage. On nous a monté les bagages et un beau plateau de rafraîchissements, de fruits, de macarons et de chocolats, tandis qu’on ouvrait les sacs cadeaux qui nous attendaient.

Le Majestic a son spa (Clarins), ses restaurants (le Fouquet’s de Cannes et la (grande) Petite table de Nicole), sa salle de projection et sa piscine. On y a passé une très bonne nuit, avant de prendre un incroyable petit déjeuner au buffet du Fouquet’s (« Quelle texture vos oeufs? »), fruits frais, produits locaux, viennoiseries et boules au chocolat blanc sont au menu, entre énormément d’autres. Dommage, on n’avait pas le temps pour le Champagne!

> Hôtel Majestic Barrière. Le site. Tarifs: de 210 (même 155, chambre supérieure) à 39000 euros (suite Majestic). Mais vous aurez peut-être une chance de décrocher une offre intéressante ici ou là.

 

Le 3.14

 

Delphine a fait marrer beaucoup de monde avec sa fixette sur le 3.14. Au début, on avait compris qu’on devait y dormir et on l’adorait. On s’est quand même « consolés » avec une soirée sur place et sur le toit-terrasse, avec bar et piscine. Ce jeune hôtel 4 étoiles, hype et original, qui fête cette année ses dix ans, décline toute sa décoration (décalée) sur le thème des voyages. Chaque étage est un continent. On a pu visiter plusieurs chambres; notre préférée est la « Moulin Rouge« , hommage à la France de la Belle époque. Le 3.14 (qui a un nain de jardin comme emblème – signé Happy Factory –  et le groupe Partouche pour propriétaire) est à une encablure de la Croisette mais a son casino et son restaurant-plage dessus. On y a dîné, c’était top. Si vous y allez, saluez Virginie et le buddha qui fait le « V » pour nous!

> Hôtel 3.14. Le site. Tarifs: chambre à partir de 119 euros

 

Le Gray d’Albion

 

La deuxième nuit, le Majestic nous a déplacés dans son « petit frère », dans la rue perpendiculaire, le « Gray d’Albion ». Plus contemporain, on a adoré ce quatre étoiles, d’autant qu’on nous y a chouchoutés : on nous a installés dans une Junior suite immense, avec un balcon duquel on apercevait la mer et les collines. La douche était immense et, pour la première fois, on a découvert une porte de salle de bain qui s’ouvre avec un interrupteur (Plic et Ploc débarquent sur la Croisette). On y a aussi pris un succulent petit-déj avant de prendre la route.

> Hôtel Gray d’Albion. Le site. Tarifs : chambre à partir de 110 euros la nuit

 

Le Radisson blu

 

Pour notre dernière soirée cannoise, on est allés passer une soirée « Be Pink » (rose comme la lutte contre le cancer du sein) sur le toit-terrasse du Radisson Blu hotel and thalasso. Situé à la pointe du vieux port de Cannes, la vue sur la côte, les îles et le quartier du Suquet est imprenable. C’est à cet endroit même que Cannes est née, en 1835. On vous conseille (a minima) d’y prendre l’apéro au coucher du soleil.

> Hôtel Radisson Blu 1835 Cannes. Le site. A partir de 110 euros la nuit.

 

Mais aussi… la Villa Garbo et le Cavendish

On n’y est pas allés mais on a rencontré le staff incroyablement sympathique et les collègues qui y ont séjourné ont vraiment a-do-ré. Allez donc jeter un oeil à la Villa Garbo ou à l’hôtel Cavendish, deux anciennes demeures particulières devenues des boutique-hôtels de luxe 4 étoiles. Leur concept est à part : il s’agit de résidences hôtelières de luxe, « cosy et calmes » au coeur de Cannes, avec des hôtes présents.

> Villa Garbo. Le site. Tarifs: à partir de 260 euros la nuit (petit-déjeuner offert et open-bar de 18h à 20h. Offres spéciales). Hôtel Cavendish. Le site. Tarifs : à partir de 126 euros la nuit (petit-déj et open-bar aussi, offres spéciales)

 

 

Le salon des blogueurs de voyage #1, #WeAreTravel14

Si on a pu faire tout ça (et revenir la tête chargée de souvenirs et les bras de cadeaux), c’est parce qu’on y était invités dans le cadre du premier salon français des blogueurs de voyage. Une grande première pour nous, qui nous a permis de découvrir plein plein de choses et de faire de superbes rencontres. C’était si cool qu’on va vous le raconter à part, très bientôt.

Et pour les potins, bien sûr qu’on a quand même fait les touristes cinéma !

 

 

 

Inglourious Basterds Premiere - 2009 Cannes Film Festival

Comments

  1. Avec mon vertige, je ne suis pas sûre que l’accrobranche puisse me laisser un chouette souvenir, même après coups… Par contre tout le reste, vraiment très sympa !

  2. Ah ben je ne savais pas que l’on pouvait faire du buggy dans ce blogtrip … j’y serais sûrement allé sinon 😉

    Etant donné que nous essayons d’aller sur la Côte d’Azur au moins une fois par an, je note l’existence du Camp Trappeur car les activités proposés par celui ci m’intéressent beaucoup. J’adore déjà tout ce qui est pont suspendus et là avec les filets c’est assez original et je vois que vous vous êtes bien éclatés avec Xavier notamment 😉

    Sinon nous connaissons déjà bien l’île de Sainte-Marguerite pour y être allés plusieurs fois, c’est une balade nature assez sympa 😉

    • alafindelaroute

      Le buggy, c’était un mini tour. Mais Delphine a bien aimé. En tout cas, ce blogtrip nous a permis de découvrir des coins que l’on ne connaissait pas du tout. Et ça, ça a été top.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial