Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

2 Comments

J’ai lu pour vous « Derniers voyages » de Pierre Bellemare

J’ai lu pour vous « Derniers voyages » de Pierre Bellemare
falbalala

Les vacances sont finies, les pages des « romans de plage » sont écornées… Qu’est-ce que vous avez lu cet été ? Moi, c’est simple : comme d’habitude, c’était du… Pierre Bellemare. Et oui, je suis une addict. Je dois bien avoir une centaine de « Crimes dans la soie », « Instant crucial » et autres « Dossiers secrets ». Le tout dernier sorti est arrivé avant l’été dans ma boîte (« C’était impossible et pourtant… Quand le bizarre se glisse dans la vraie vie ») et j’en avais profité pour commander quelques séries poches de la fin des années 80, faciles à ranger au fond de la valise. Avant de filer sur les routes US. 

 

DSC08426Pour moi, « Pierre » fait partie intégrante de mon rituel vacances. Je l’emmène toujours avec moi. Ses chroniques, courtes, sont faciles et agréables à lire. Je les lis surtout en voiture. Pour cela, je m’équipe d’une petite lampe de lecture, frontale ou qui s’accroche direct sur le bouquin (ce qui permet de ne pas gêner le conducteur, à qui je fais de temps en temps la lecture).

Là vous vous dites « mais qu’est-ce qu’elle nous raconte, quel est le rapport avec les voyages ? » (voire on s’en fout qu’elle lise du Bellemare, hein hein ?). Et bien ce cher Pierre a eu la bonne idée de sortir plusieurs nouvelles en rapport avec les aventuriers, et même un bouquin complet : « Derniers voyages ». Je l’ai emmené l’an dernier avec moi lors de notre sur les routes du sud des Etats-Unis et… disons que je n’aurais peut-être pas dû le commencer dans l’avion !

 

DSC09055

 

Pierrot (et l’un de ses fidèles co-auteur, Jean-François Nahmias) nous proposent une cinquantaine d’histoires de voyages qui font froid dans le dos. Rassurez-vous, ça peut aussi finir bien. Comme ils l’annoncent sur la dernière de couv’:

« Le plus souvent, tout avait bien commencé… On était parti rempli d’optimisme, parce que c’était les vacances, parce qu’on allait voir la famille ou les amis, parce qu’on avait des affaires en vue et des projets plein la tête. On avait pris avec insouciance la diligence, l’auto, le métro, l’autobus, le bateau ou l’avion. Comment se serait-on douté qu’on était en route vers la mort ? Quand la mort frappe dans les transports, c’est là qu’elle est la plus brutale et la plus inattendue. La main d’un meurtrier, un accident, une tempête, un attentat, un détournement, une attaque de bandits et tout s’arrête. La voiture s’écrase, le bateau coule, l’avion explose, le cauchemar succède à la quiétude. On trouvera ici 42 récits, tous plus angoissants les uns que les autres, comme l’invraisemblable histoire du pirate de l’air qui pleurait, l’horrible fin des 48 clandestins chinois asphyxiés dans un camion de légumes, le tueur fou du métro de New York, le meurtre raciste du Bordeaux-Vintimille qui a inspiré le film « Train d’enfer » ou encore le naufrage du Wilhelm Gustloff, la plus grande tragédie maritime de l’Histoire qui fit plus de 9000 morts. Ouvrir ce livre n’est pas toujours facile. C’est s’embarquer pour la plus terrible des aventures. C’est assister à ce qui fut, pour tous ces malheureux et malheureuses, le dernier voyage ».

J’adore ! Bon c’est vrai qu’ils nous couchent direct avec « Nos meilleurs galères de voyage ! » Par exemple ? On apprend que l’abbé Pierre aurait pu (et aurait même « dû » vues les circonstances) mourir dans le naufrage d’un bateau en route pour l’Uruguay, en 1953. Ou comment est mort le producteur américain Thomas Ince, lors d’une soirée mondaine (l’histoire a inspiré le film « Un parfum de meurtre« ). Ou encore comment Nicolas Hulot a aidé à maîtriser un fou en plein vol.

Et cette famille qui s’offre un baptême d’hélicoptère : le pilote fait une crise cardiaque en plein vol et ce sont eux qui, guidés par radio, vont guider l’engin jusqu’à la terre ferme. Il y a aussi l’histoire de cette championne allemande de parachute qui s’écrase à terre, son matériel trafiqué; la piste du complot politique a été sérieusement envisagée avant d’être écartée. Ce n’était « que » l’oeuvre d’un (spoiler). Et moi qui rêve d’aller un jour à Hawai, je n’ai toujours pas oublié la nouvelle de la porte de l’avion arrachée en plein vol, avec les passagers qui se retrouvent en voiture décapotable en plein ciel. Brrrrrrrrrr. Bon ben bon bon voyage, bonnes vacances ! Et si cela vous tente, ce cher Pierre a distillé plein d’autre histoires de voyages dans ses bouquins. Dans « Les aventuriers », ça finit mieux !

 

DSC00913

 

Le coin pratique

DSC09058

« Derniers voyages-Quand la mort est au bout du chemin ». Par Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias. Editions Flammarion, 2013. 425 pages, 21 euros.

 

Comments

  1. Bon, ben faut pas m’en vouloir, mais je crois que je lirais ce bouquin (si je le lis ! ) de retour de vacances, car là, on s’envole dans 15 jours, et je suis déjà naturellement stressée en avion (Coluche dans Banzaï, en fait, c’est moi 😀 ).
    Sinon, je suis impressionnée par ta capacité à lire en voiture. J’ai déjà essayé, mais j’ai alors une fâcheuse tendance à vouloir redécorer l’habitacle de la voiture…

  2. Coucou! Je n’avais jamais entendu parler de ce livre mais ça me donne envie de le découvrir de plus près! J’ajoute ça à ma liste des cadeaux de Noël que j’aimerais recevoir haha^^ Bonne continuation!

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial