Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 25 juillet 2017

Scroll to top

Top

No Comments

C’est là qu’est né Teddy bear

C’est là qu’est né Teddy bear
falbalala

Vous avez sûrement tous eu un jour un « teddy bear », un ours en peluche, comme meilleur ami. Non ? (Dites si si, hein). Mais savez-vous d’où vient ce (sur)nom ? Nous on le sait depuis notre dernier roadtrip sur les routes du sud des Etats-Unis. Il était une fois…

 

IMG_4865

 

Comme chaque icône, la naissance du mythique ours en peluche a plusieurs acceptions et genèses. On les retrouve (majoritairement) en Allemagne (à la fin du XIXe siècle) et aux Etats-Unis, et elles finissent par se mélanger. C’est cette dernière qui nous intéresse. Le jour où l’ours en peluche est né et est devenu « Teddy bear » grâce à… Theodore Roosevelt. Et oui, le 26e président des Etats-Unis. Qui, à bien y réfléchir, a vite fait une tête de nounours. Mais ce n’est pas pour ça. La légende du Teddy bear vient d’une partie de chasse, loisir favori de Mister president. C’était le 14 novembre 1902 à Rolling Fork, au fin fond du Mississippi.

Theodore Roosevelt était venu y passer quelques jours à l’invitation du gouverneur de l’état, Andrew H. Longino. L’équipée de chasseurs était partie quatre jours de suite et tout le monde avait vu l’ours à l’exception du président, toujours bredouille. Avec zèle, son assistant (Holt Collier) et les autres ont lancé les chiens sur un vieil ours et l’ont attaché au tronc d’un saule, le livrant aux cartouches de Roosevelt. Mais cette manoeuvre n’a pas eu l’effet escompté: le président refusa de tirer, jugeant une telle « chasse » proprement antisportive, indigne. Mais il fit vraisemblablement abattre l’animal, qui était blessé. L’anecdote s’est vite répandue et faisait la Une du Washington Post dès le surlendemain puis le tour du pays. Un caricaturiste, spécialiste des dessins politiques, Clifford Berryman, a croqué la scène qu’il a intitulée « Teddy’s bear » (« l’ours de Teddy »). Au fur et à mesure des caricatures, le vieil ours est devenu ourson.

 

619px-TheodoreRooseveltTeddyBear-1

 

Dès leur sortie, les croquis ont inspiré un couple de vendeurs de bonbons de Brooklyn, émigrés de Russie, Rose et Morris Michtom. Mr Michtom a placé dans sa vitrine deux oursons cousus par sa femme. Le succès a été tel qu’ils ont décidé de se lancer dans la confection d’ours en peluche (les premiers articulés et en mohair) à grande échelle. Ils ont fondé l' »Ideal Novelty and Toy Company » et ont obtenu l’autorisation de Roosevelt himself d’appeler leur produit phare « Teddy bear ». A peu près en même temps, de l’autre côté de l’Atlantique, la société allemande « Steiff », emmenée par une couturière, lançait aussi des peluches, d’abord des éléphants puis des ours. Un Américain les aurait vus, en aurait commandé en nombre et ils furent à leur tour surnommés Teddy bears. Et voilà comment les deux histoires se sont rencontrées. Une autre version raconte que Roosevelt avait ce jour-là été pris en chasse par un ours et que c’est lui qui s’était réfugié dans un arbre, à la merci de l’ours… Mais ça claque moins.

La success story de l’ours en peluche était en tout cas née et ne s’est jamais démentie, deux siècles plus tard.

 

Ted-2-LBDC

 

A Rolling Fork, la légende se fait aujourd’hui relativement discrète. Quelques ours géants en bois sculptés dans les villes environnantes et un vieux magasin, ouvert en 1913, l' »Onward store ». C’est là qu’est planté le panneau historique (historic landmark). Une boutique à l’ancienne avec finalement peu de produits à l’effigie de l’ours star mais un géant à l’entrée, des trophées de chasse, des produits du terroir et un restaurant qui avait l’air génial. Mais on est arrivés trop tard (enfin soi disant, ça fermait à 18 heures mais notre montre affichai 17. Pas eu moyen, snif). A l’extérieur, des tables et un panneau-souvenir où mettre votre tête, au bord d’un petit ruisseau. Et à côté, le Theodore Roosevelt National wildlife refuge.

 

IMG_0162

 

 

Le « vrai » Teddy

T_RooseveltTheodore Roosevelt est resté l’un des présidents préférés des Américains, qui l’ont très vite surnommé Teddy. Sur place, on le ressent assez facilement. On n’a jamais dû traverser un Etat sans voir un site qui porte son nom ou lire qu’il était passé par là (souvent pour chasser, dormir ou casser la croûte !).

Un parc national porte son nom dans le Dakota du nord, un barrage (le « Roosevelt dam ») près de Phoenix et il est l’une des quatre têtes sculptées sur le mont Rushmore. Né en 1818 à New York, Roosevelt a été le 26e président des Etats-Unis et le plus jeune. Historien, explorateur, soldat et naturaliste, il était membre du parti républicain. Titulaire du Prix Nobel de la paix, il a beaucoup oeuvré pour préserver les ressources naturelles du pays. Une inclinaison qui lui est venue pour partie de deux ans de vie « sauvage », en véritable cowboy, dans le Dakota du Nord, où il s’était retiré après la mort, le même jour, de sa femme, en couche, et de sa mère. Il est décédé en 1919. A ne pas confondre avec Franklin Delano Roosevelt, président n°32. 

 

 

 

> Onward Store, 6693 US 61, Rolling Fork, Mississippi. Site: http://theonwardstore.com/

> Distances
Rolling Fork – Vicksburg : 50 minutes (70 km)

Rolling Fork – Greenville : 47 minutes (67 km)
Rolling Fork – Clarksdale : 1h45 (161 km)

 

 

> Sites et sources : National park service et Theodore Roosevelt association

 

Photos : toutes A La Fin De La Route exceptées celle du dessin de Berryman (Wiki) et Ted 

IMG_4441 copie bannière

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial