Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 25 avril 2017

Scroll to top

Top

3 Comments

Bisbee : Old South, street art et fantômes

Bisbee : Old South, street art et fantômes
alafindelaroute

The Bisbee District has the best year round climate on earth, jure le panneau en plein coeur de la ville. « Le meilleur climat du monde » ? Vraiment ? Et si c’était vrai ? On a passé une journée dans la fournaise entre Tucson et le Saguaro National Park et nous voilà arrivés à Bisbee, tout au sud de l’Arizona, à moins de vingt minutes de la frontière mexicaine et du village de Naco. On pourrait s’attendre à un désert, quelques cailloux et des tumbleweeds. Et vous savez quoi ? Il fait bon. Après avoir frôlé les 40 degrés en plein désert du Sonora, le thermomètre en affiche une petite vingtaine. Ô joie. De la fraîcheur sans clim. C’est si rare et si précieux dans le Sud. 

 IMG_5242_Snapseed copie

Etonnamment verte, Bisbee a un climat enviable, c’est évident (300 jours de soleil par an, un peu de neige l’hiver, des températures moyennes positives toutes l’année), mais aussi une histoire foisonnante. La petite ville du comté de Cochise (6200 habitants) a été fondée en 1880 sur les mines de cuivre et d’or (on y a trouvé aussi de la turquoise, la Bisbee Blue). 

L’histoire est la même partout aux Etats-Unis… ou presque. Car Bisbee n’est pas devenue Bodie, la ville fantôme de Californie. L’activité des mines a décliné dans la deuxième partie du XXe siècle mais les artistes ont investi les lieux dans les années 70, Stephen Hutchinson en tête. Il a repris le joyau du centre-ville, le Copper Queen Motel, et l’a rénové. Il a vendu Bisbee comme le vestige du véritable Southwest et est parvenu à attirer beaucoup de célébrités de la Californie voisine. John Wayne était un visiteur fréquent et un habitué du Copper Queen.

Aimant à artistes et à hippies dans les années 70, c’est ainsi que le ville, au milieu de nulle part, a survécu. La contre-culture, elle, s’est doucement effacée. Mais Bisbee garde un cachet bien supérieur à de nombreuses autres villes et une scène culturelle vigoureuse. Elle abrite également une attraction que nous n’avons pas testée : le fameux Queen Mine Tour, une visite en petit train d’une des anciennes mines de la ville. 

Nous, on a découvert une ville lovée dans ses montagnes, agréable à parcourir avec ses résurgences artistiques, comme sur Brewery Avenue. Un vieux bus scolaire décoré, du streetart partout et une maison folle. Idéal pour un stop photo. 

On y a aussi logé dans l’un de nos hôtels préférés, le Inn at The Castle Rock. Un vrai coup de coeur qu’on vous conseille chaudement. Comme son nom l’indique, il fait face à une formation rocheuse imposante. A son pied, un tag. Alors que les skateurs descendent la rue, Delphine s’en va jeter un oeil. Je la vois checker du poing avec un gros barbu. Il lui explique que le graff (Peace Wall) est celui d’une fille d’ici, alcoolique, partie, revenue, tombée malade et morte. Bonne journée. 

Histoires de fantômes

Revenons au Inn at The Castle Rock. Nous y sommes arrivés de nuit. Impossible à rater avec ses lumières multicolores, son nom projeté sur le rocher qui lui fait face. L’endroit est chaleureux, notre chambre, d’inspiration asiatique avec un lino démoniaque. On se pose sur le porche, sur une balancelle, un frozen daiquiri à la main, pour laisser le bon temps rouler. Petit bonheur. 

Au petit matin, on se sert un café dans le jardin. Au retour, je remarque le livre d’or. Normal. Et un deuxième registre, appelé « Ghost experiences ». WTF !!! L’endroit est hanté (un classique américain, il y a un vrai tourisme pour ça) et on ne nous a pas prévenus. On se souvient que notre chambre, la 21, s’appelait « Last Chance ».  On se paie une bonne tranche de rigolade en tournant les pages.

DSC08633

Extraits : 

« Je dormais quand j’ai cru que mes amis venaient de rentrer et que l’un deux se couchait à côté de moi. En fait, ils sont rentrés 45 minutes plus tard ».

« Roman, Eva et moi-même étions assis près du feu, jouant à celui qui pouvait supporter la chaleur le plus longtemps, quand j’ai vu, du coin de mon oeil, quelque chose arriver de la cuisine. J’ai jeté un coup d’oeil. Il n’y avait rien alors je me suis retourné vers le feu et nous avons tous senti un froid glacial sur les rougeurs que le feu nous provoquait. C’est là que nous avons vu une empreinte sur la chaise ».

« J’étais dans la chambre Last Chance et j’ai vu une femme sur le balcon »

Et le petit malin :

« C’était une nuit comme les autres. Tous les clients étaient arrivés. Quand soudain… »

welcome-well

Ce matin là, on apprend également que l’hôtel a été construit en 1895 sur une ancienne mine devenue puit, l’Apache Spring Well. Et le puit est encore là (ci-dessus). Vous pouvez même demander à le voir. Nous, on arrive pas à mettre la main sur la gérante. Pas grave, il est temps de filer. Un tour dans Bisbee avant de reprendre notre route vers l’Est. De toute façon, c’était écrit. 

 

DSC08658_Snapseed

 

Le coin pratique

> Pour aller à Bisbee : depuis Tucson, il faut prendre l’Interstate 10 vers l’Est, sortir à Benson et prendre la 80 sud.

> Temps de trajet
Bisbee – Tucson : 1h40
Bisbee – Tombstone : 24 minutes

>  Queen Mine Tour, 478 Dart Rd. Durée : 1 heure. Tarif : 13 dollars par adulte.
Site :
 http://www.queenminetour.com/

> Inn at the Castle Rock, 112 Tombstone Canyon Rd. Tarif : à partir de 89 $ la nuit (65 euros). Pour réserver.
Site : 
http://www.theinnatcastlerock.com/

 

 

IMG_4441 copie bannière

Comments

  1. Vous avez un don pour découvrir de supers adresses ! Vous m’emmenez avec vous pour votre prochain road trip ??

    • alafindelaroute

      Hello Joana, t’as pas mal du tout dans le genre 😉 Sinon, pour le prochain roadtrip, on fait un bus !

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial