Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 23 mai 2017

Scroll to top

Top

7 Comments

Morfale, on a « dîné » avec Shamu

Morfale, on a « dîné » avec Shamu
falbalala

Voilà un trip dont je rêvais depuis un moment. En tout cas depuis notre précédent passage à San Diego, en 2011. Cet été, le « rêve » est devenu réalité. Un petit cadeau de moi à moi pour fêter un changement de décennie. Une vraie expérience qui n’a peut-être pas tout à fait sa place dans la série « Morfale » puisqu’on n’y va pas pour la bouffe. Mais c’était pas si mauvais que ça et c’est vraiment un repas dont on se souviendra… Trêve de suspense : à peine arrivés sur le sol américain, on a mangé avec… Shamu ! C’est-à-dire qu’on s’est attablés au bord du bassin des orques à Seaworld, et que, pendant une bonne heure, on a tâté du buffet all-you-can-eat en profitant d’un petit show (presque) privé de ces tueurs de baleines. Ça s’appelle « Dine with Shamu« . En fait moi j’ai presque rien mangé, trop captivée par le spectacle et « apeurée » de rater une miette de leur pirouettes. Quatre épaulards nous ont tenu compagnie, dont un bébé né en février dernier.

A Seaworld San Diego, les orques évoluent dans un énorme bassin coupé en deux : la piscine des shows et leur bassin plus « privé », où on peut les voir par transparence en permanence. C’est au bord de ce dernier qu’est installé le restaurant. La réservation est plus que conseillée, si possible en avance. Des créneaux fixes sont proposés. Nous on a réservé un peu avant sur internet, et pris le créneau de midi. On a ainsi eu le temps de faire un petit tour dans le parc (qu’on connaît déjà) et d’assister à deux spectacles (« One ocean« , mélange improbable d’acrobaties, de dauphins et de perroquets et le fameux « Shamu show« ).

 

A l’heure dite, on a rejoint les artistes au resto (il faut contourner le bassin transparent, c’est tout à gauche, on vous attend pour la photo souvenir). Pas de panique, personne ne ratera le spectacle : il n’y a pas beaucoup de tables et en tout cas seulement deux rangées, ce qui permet à tout le monde d’avoir une vue panoramique. Je m’apprêtais à négocier une table tout au bord, mais on l’a finalement eue d’office, parfaitement placée au milieu (la numéro 6). C’est une terrasse couverte.

Notre serveuse, très sympa, nous a accueillis avec humour, nous prévenant de potentiels « splashes« . Ici pas de menu, c’est le principe du all-you-can-eat (tout ce que vous pourrez manger). On fait la queue dans une pièce à l’intérieur décorée de photos d’orques. Attention (c’est pour vous épargner un moment de honte assez répandu), prenez bien les grandes assiettes blanches, les bleues en plastique sont pour les enfants… On en a vu plus d’un se tromper et en profiter pour taper dans le plat de nuggets-frites.

Le buffet est pas mal : salade caesar, tomates-mozza, crevettes, poisson mariné (désolé Shamu) ou boeuf angus à la coupe (trop cuit). En dessert : cupcakes, gâteaux divers et sablé au chocolat en forme… d’orque, of course. Seaworld se targue de respecter l’environnement jusque dans ses restaurants, privilégiant les produits de saison, locaux voire bio. Ce n’était pas le repas de l’année et c’est assez cher, mais en comparaison avec ce qu’osent servir des parcs plus centrés sur les souris, c’est plus qu’honnête.

C’est là que les vacances ont vraiment commencé, et j’en garde un souvenir vraiment ému. Pendant plus d’une heure, on a regardé les orques évoluer autour de nous, se coucher ou enchaîner les sauts sur les ordres d’une dresseuse. C’était vraiment bon !

C’est qui ce Shamu ?

On a mis un peu de temps à capter : ce « Shamu », dont tous les shows et produits dérivés portent le nom, n’est pas un orque star mais l’appellation « générique » des orques des parcs Seaworld. Un hommage à « Shamu », une femelle orque qui a été la première de son espèce à survivre plus de 13 mois (argh) en captivité. C’était dans les années 1960. Troisième orque capturé, dans le Puget sound en 1965, au large de Seattle, Shamu a d’abord rejoint l’aquarium de Seattle, où elle devait tenir compagnie à un orque mâle, « Namu » (C’est d’ailleurs la contraction de la « she » et de « Namu » qui lui a donné son nom de baptême.) Rachetée quelques semaines plus tard par le parc d’attractions Seaworld né l’année précédente, elle a été exposée au public puis retirée après avoir attrapé la jambe d’une dresseuse lors du tournage d’une publicité…

IMG_5776

En France aussi on peut en voir, au Marineland d’Antibes. Et bien sûr à l’état sauvage, ce qui est néanmoins plus rare. Il faut vraiment qu’on vous raconte notre expérience, dans les îles San Juan, au large de Seattle…

Verdict

 Allez, trois morfalous…

page-de-fond-rouge.1-3

Le coin pratique

Adresse : Seaworld San Diego, 500 Sea World Dr  San Diego, CA 92109, États-Unis

Le site : http://seaworldparks.com/en/seaworld-sandiego/Dine-and-Shop/Dining/Dine-With-Shamu

Tarifs : attention, Seaworld, ça tape ! On peut manger avec Shamu dans tous les parcs Seaworld (San Diego, Orlando et San Antonio…) entres autres activités multiples et variées. 39 dollars par personne (attention les boissons ne sont pas comprises) + entrée (obligatoire) : 64 dollars par personne (mais diverses réductions avec des pass Californie ou couplés avec d’autres parcs, réducs spéciales pour les enfants…). Prendre l’entrée sur internet permet des réductions. Bien vérifier que la réservation est enregistrée à l’entrée du parc, au guest service.

Découvrez les autres chroniques de la série « Morfale »

IMG_4441 copie bannière

Comments

  1. Et bien, j’ai moi aussi fait cette attraction, ça me rappelle de bon souvenirs! En plus, les shamu sont vraiment près de nous et on se rends bien compte de leur taille énorme! J’avais du mal à garder l’oeil sur mon assiette! San Diego est une ville tellement magnifique, de loin ma préféré pour le moment!

    • alafindelaroute

      Oh, une « Shamu lover » !
      La première fois, en 2011, on n’avait pas gardé un bon souvenir de San Diego. Un hôtel pourri, quelques personnes pas sympas… et ça dégrade tout de suite ton expérience. L’an dernier, c’était beaucoup mieux et c’est vrai qu’il y a une super douceur de vivre. Si elle n’est pas dans mon top 3, elle est dans mon top 10 en tout cas.

      • Oui je comprends, quand l’ambiance est pas bonne ça joue beaucoup sur le séjour en lui même! Ce que j’adore à SD c’est qu’il y a la mer, les montagnes, le zoo, seaworld, coronado, la jolla… trop de choses à voir, puis la culture mexicaine est assez importante là bas!
        Enfin bref, j’arrête sinon je vais pleurer de nostalgie. En tout cas, très joli site web, j’ai hâte de le parcourir plus en détail !

      • alafindelaroute

        Oh oui, ça fait beaucoup de bonnes raisons pour y retourner. La Jolla, c’est magnifique !!! Merci pour les compliments.

  2. Tiens je n’avais jamais vu cet article … Pour ceux qui iront sur ce billet, je vous invite à lire mon article sur le sujet : http://www.maathiildee.com/2014/05/29/orques-et-dauphins-en-captivite-ou-lenvers-du-decor/

  3. Capucine

    Ce message ne se veut absolument pas agressif, mais je te conseille de jeter un œil au bouleversant film/documentaire « Blackfish » sur l’exploration des orques par seaworld. J’en ai pleuré, et j’ai juré qu’aucun de mes (futurs) enfants n’irait voir ce genre de spectacles (si ils existent encore…).

    • alafindelaroute

      Bonjour Capucine, pas de souci. Tout le monde à le droit de s’exprimer ici 😉 Sur les Seaworld et Blackfish, j’ai déjà répondu longuement à d’autres commentaires sur l’article sur les dauphins sauvages de Panama City. Cordialement

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial