Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 25 juillet 2017

Scroll to top

Top

6 Comments

Fête des Lumières 2013 : ce qui brille déjà sur le papier

Fête des Lumières 2013 : ce qui brille déjà sur le papier
alafindelaroute

Les essais ont déjà commencé, discrètement, la nuit. Dans un mois, du 6 au 9 décembre, les Lumières de Lyon vont s’allumer. Pendant quatre jours, la ville va renouer avec une tradition vieille de 150 ans, née le 8 décembre 1852 : pour remercier la Vierge Marie, les Lyonnais ont pris l’habitude, entre autres, de placer des lumignons sur le bord de leurs fenêtres. Depuis une quinzaine d’années, si les petites flammes brillent toujours, c’est désormais un show lumineux mondialement connu qui attire les touristes par milliers.

 

> Les tops/flops 2013, c’est par ici.

> Sinon, voilà la mise en bouche lors de la soirée des essais jeudi

 

2012, avec ses 70 animations, n’était pas des plus brillants crus mais pas si mal (n’en déplaise aux anti qui viendront cette année encore dire que c’était mieux avant et que la tradition des jolis lumignons artisanaux sur les fenêtres est bafouée par ce festival de créations artistiques lumineuses reconnu dans le monde entier). 2013 s’annonce pas mal, mais pas surexcitant non plus. Le programme est sorti et on s’est jeté dessus. Premier point négatif (pour les puristes), les dates : cette année, la fête s’étendra sur le week-end, direct du vendredi 6  au lundi 9 décembre. Ce qui laisse peu de place à des soirées plus tranquilles, à part peut-être le lundi.

Aucune édition ne se ressemble. Il y a les valeurs sûres, les signatures connues, et la météo joue beaucoup. Les Lyonnais sont devenus des experts : on sait que rien ne va mieux à la place des Terreaux qu’un son et lumière narrant une histoire sur les murs à 360°C. Ou que le mieux à faire à Bellecour est de mettre en valeur la statue de Louis XIV. Que les installations nécessitant la participation du public c’est sympa dans l’idée, mais que ça tombe à l’eau quand c’est la cohue. Que c’est bien d’étendre la fête à tous les quartiers mais que personne n’en fera tout le tour. Que le parc de la Tête d’or se prête parfaitement à l’évènement  et qu’on ne peut pas négliger la colline de Fourvière. Et que s’il y a des ratés, il peut aussi y avoir de très jolies surprises.

C’est pétri de tout cela qu’on a ouvert le programme 2013. Voici, à la loupe (et un peu à la louche) les endroits que nous, en tout cas, on a la ferme intention d’aller voir, déjà conquis ou non.

 

  • 1. Le tunnel modes doux de la Croix-Rousse

TunnelModeDoux_Skertzo_FDL2013_VilledeLyon

 

 

Chaque année, un lieu lyonnais a droit à une mise en lumière pérenne, qui durera après la fête. C’est le cas des Chartreux, du palais de justice fraîchement rénové et du toit de la tour de la Part-Dieu, et bientôt pour le pont métallique de la Mulatière. L’édition 2013 va inaugurer la mise en lumière du tunnel de la Croix-Rousse réservé aux modes doux (piétons, vélos, rollers). Une installation présentée comme une première mondiale. Des séquences animées (chaque jour de nouvelles) de vues de Lyon vont être projetées sous les voûtes. L’usager aura soit l’impression d’être un minipouss, soit un géant. Juste le temps des Lumières,  des robinets de lumière éphémères seront installés aux entrées dudit tunnel.

 

  • 2. Un chinese corner au parc de la Tête d’Or

ChineseCorner_LiLI_FDL2013_VilledeLyon

 

On attendait avec impatience que la fête rallume le parc de la Tête d’Or. C’est au programme de l’édition avec un « chinese corner », clin d’oeil au 25e anniversaire du jumelage de la ville avec celle de Canton. Une balade annoncée entre rêve et réalité au milieu des lanternes, des jeux d’ombres (chinoises) et des lotus flottant sur le lac. Entrée par la porte des enfants du Rhône.

 

  •  3. Hôtel de ville: le « lost paradise » de Castelbajac

LostParadise_Jean-CharlesDeCastelbajac_FDL2013_VilledeLyon

 

Voilà plusieurs années que la cour de l’Hôtel de ville est un peu ratée et n’est finalement qu’accessoire, pour sortir de la place des Terreaux. Petit espoir cette année avec le projet du créateur Jean-Charles de Castelbajac qui a travaillé sa vision d’un paradis perdu avec « Lost paradise ». Projection de voie lactée sur le soleil et de végétation luxuriante sur les murs. Ce qui peut très bien rendre.

 

  • 4. Un prince des Lumières aux Terreaux

Leprincedeslumieres_DamienFontaine_FDL2013_VilledeLyon

 

La place des Terreaux est un endroit-clé de la fête. Prêtez d’ailleurs bien attention au sens de circulation, ou vous serez vite coincés et bons pour un giga détour. Par expérience, ce qui marche le mieux sur cette place ce sont les spectacles narratifs projetés sur les façades. Bingo, c’est ce qui est de nouveau au programme cette année. Sur les murs va se déployer l’histoire du prince des Lumières, unique habitant d’une planète brillante plongée dans l’obscurité par les avaleurs de lumière. Le petit garçon va partir à la recherche du trésor qui a été dérobé, se trouvant tantôt minuscule, tantôt géant au coeur des contrées traversées. Un spectacle composé par Damien Fontaine, qui s’était particulièrement distingué avec les Chrysalides sur la cathédrale de Saint-Jean et ailleurs en France.

 

  • 5. Les expérimentations étudiantes : toujours une bonne note

La fête des Lumières est une belle occasion pour les étudiants, notamment en art, de se faire la main. Et c’est souvent très réussi. Leur coin traditionnel est la place Sathonay (1er arrondissement). Mais ils seront aussi dans le 2e, sur le mur de l’école Michelet et surtout à la Croix-Rousse. A l’intérieur du parc de l’Ecole supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE), ex IUFM, sur le boulevard de la Croix-Rousse, les élèves ingénieurs du programme IDEA (Centrale Lyon- EM Lyon) expérimentent les nouvelles technologies pour créer une mise en lumière inédite et invitent les visiteurs à créer des lumignons nouvelle génération dans un fablab.

 

  • 6. Un printemps en hiver montée de la Grande Côte

Unprintempsenhiver_FredericGodeau_FDL2013_VilledeLyon

 

 

Pour avoir déjà vu des animations de ce genre dans les jardins de la Grande Côte, sur les pentes de la Croix-Rousse, cette illumination printanière au coeur de l’hiver, bien que relativement simple, pourrait bien être une réussite. Chants d’oiseaux à l’appui. N’oubliez pas de monter tout en haut des marches pour une belle vue sur Fourvière. Ce « printemps au coeur de l’hiver » a été conçu par Frédéric Godeau, spécialiste des illuminations festives des grands magasins parisiens à qui on doit aussi l’éclairage de la basilique Saint-Pie X de Lourdes.

 

  • 7. Embarquez dans la voiture 21, côté fenêtre sous les voûtes de Perrache

Voiture21-CoteFenetre_MiloshLuczynski_FDL2013_VilledeLyon

 

Sous les voûtes du tunnel d’habitude un peu glauque de Perrache, les poissons gonflés à l’hélium avaient fait des merveilles l’an dernier. Cette fois, c’est à un voyage en train, clin d’oeil à la gare juste au-dessus. Par des fenêtres imaginaires défilant le long du tunnel, les visiteurs vont être projetés dans un monde imaginaire à travers une quinzaine de paysages, des plages du bout du monde ou à travers les champs.

 

  • 8. La sérénade de Chantal Thomass

Serenade_ChantalThomass_FDL2013_VilledeLyon

 

A cet endroit même, place de la Bourse, c’est à Agatha Ruiz de la Prada qu’avait été laissée carte blanche l’an dernier. Son coeur clignotant avait été l’un de nos coups de coeur. En 2013, place à la créatrice de couture et lingerie Chantal Thomass qui a souhaité mettre une touche de printemps dans le froid ambiant en s’improvisant fleuriste. Les arbres se transformeront en bouquets enrubannés de satin et on verra les fleurs s’épanouir sous nos yeux, passant du noir au rose. Cherchez l’ombre inimitable de l’artiste. ça promet.

 

  • 9. Showcase place des Jacobins

ShowCase_DirectionEclairagepublic_villedeLyon_FDL2013

 

Rien que sur la photo c’est déjà très beau : la fontaine des Jacobins, en plein centre ville, va scintiller à 360° dans les reflets d’un cube-miroir géant, recouvrant la fontaine absente lors des dernières éditions pour cause d’intensive rénovation. Dommage se dit-on, de ne pas voir la fontaine immaculée toute repolie. Mais bon, vue la présentation du projet, la boîte pourrait bien s’ouvrir et réserver une belle surprise.

 

  • 10. Le grand orchestre de Fourvière

LeGrandOrchestredeFourviere_JeanLucHerve_FDL2013_VilledeLyon

 

Soyons francs, l’illumination de la basilique de Fourvière a souvent (et curieusement) été assez ratée (sauf l’an dernier). Cette année, ce grand orchestre (sur la musique de Lawrence d’Arabie composée par le Lyonnais Maurice Jarre) ne nous emballe pas de prime abord. Mais vous tomberez forcément dessus et ce serait dommage de le rater pour autant, d’autant que c’est un incontournable depuis que le palais de justice fraîchement rénové y est intégré. Le pitch : imaginez que les bâtiments et monuments, tout comme l’eau et les arbres, jouent une symphonie commune, sous les ordres d’un chef d’orchestre. A voir depuis les quais de Saône. La cathédrale Saint-Jean, au milieu, ne nous botte pas non plus, en tout cas sur le papier.

 

  •  11. Dessine-moi des lumières… sur le mur des Lyonnais

Dessine-moideslumieres_LightEventConsulting_CiteCreation_EcoleEmileCohl_FDL2013_VilledeLyon

 

Alors celle-là, on l’attend avec une réelle impatience : pour la première fois, la fresque des Lyonnais aura droit à sa mise en lumière. Ce célèbre mur, peint par la Cité de la création, rassemble tous les personnages lyonnais qui ont fait l’Histoire, de Louise Labbé à Guignol en passant par les frères Lumière. Pendant la fête, ils vont reprendre vie. On nous annonce une vraie innovation mêlant images d’animation et illusions d’optique. Miam !

 

  • 12. Crayons de couleurs sur Rhône

Lescrayonsdecouleurs_LouxorSpectacles_FDL2013_VilledeLyon

 

A cet endroit, les lumières flottantes, souvent simples, sont presque toujours une réussite. Cette année, place aux crayons de couleur. Douze vont donner bonne mine à la surface glacée du Rhône. A voir depuis les deux rives et les deux ponts, pour des perspectives différentes, en amont de la passerelle du collège.

 

  • 13. Un Mikado géant et céleste sur les berges du Rhône

MikadoCeleste_EdouardLevine_FDL2013_VilledeLyon

 

Pendant que vous êtes dans le coin, poussez un peu plus haut le long du Rhône et allez jeter un coup d’oeil au Mikado céleste des berges, aux terrasses de la Guillotière. Le lieu, réaménagé, se prête parfaitement à ce genre d’installation. Cette fois, c’est un jeu de mikado géant, fluorescent et en mouvement, qui vous attend dans les fontaines du centre.

 

  • 14. Coup de projecteur sur la halle Tony Garnier

Biomerieux_TheraEvent_FDL2013_VilledeLyon

 

Ce n’est pas tant le thème (le 50e anniversaire des laboratoires pharmaceutiques BioMérieux, qui ont donné naissance à la pharmacie industrielle ici) que l’endroit qui va vous conduire jusqu’au quartier de Gerland, connu des fans de l’Olympique Lyonnais : cette année, ils allument la halle Tony-Garnier ! Cette salle de spectacle gigantesque aura droit à une projection monumentale et haute en couleur

Attention, elle ne sera allumée que les 7 et 8 décembre jusqu’à minuit.

 

  • 15. Water light graffiti au Confluent

WaterLightGraffiti_AntoninFourneau_FDL2013_VilledeLyon

 

C’est typiquement le genre d’installations sur lequel on ne parie pas, mais qui nous intrigue assez pour faire le déplacement. Les projets dits participatifs ou collaboratifs, s’ils sont souvent géniaux sur le papier, tombent souvent à l’eau à l’épreuve du terrain. On va donc tester cette année « Water light graffiti » au centre commercial du Confluent, qui consiste à écrire et dessiner sur les murs… avec de l’eau ! En graffeurs d’un soir, le public est invité à créer des messages et dessins lumineux avec des brumisateurs sur des murs parsemés de Leds, qui s’allument au contact du liquide. On demande à voir.

On y ajoute le Musée des Confluences, pas encore inauguré mais déjà mis en lumière.

 

 

Le coin pratique

Du 6 au 9 décembre dans tout Lyon. Le 6 et 7, de 18h à 1 heure du matin. Le 8, de 18h à minuit et le 9 de 18h à 23h.

Gratuit. Des prix spéciaux sont mis en place sur les lignes de train et des tarifs spéciaux dans les métros. Si vous venez de l’extérieur, ça va commencer à être difficile de trouver un logement intra-muros. 

Sur le net : http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/ et groupe Facebook
Une application smartphones et tablettes est disponible (IOS et Android) : http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/Toute-la-Fete-des-Lumieres-sur-votre-Smartphone
Pour voir notre bilan de l’édition 2012 : les tops et les flops

 

 

Où se garer pendant la Fête des Lumières ? 

Se garer à Lyon est déjà une sacrée gageure alors, pendant le week-end des Lumières, c’est un sport à lui seul. Déjà, la Presqu’île sera fermée à la circulation du 6 au 9 décembre à partir de 17h et les passerelles du Palais de Justice et du Collège seront interdites aux piétons. Dans ces conditions, il est bien sûr déconseillé de se garer sur la Presqu’île, à moins que vous prévoyiez de repartir après la fin. Le mieux est de miser, avant le début de la Fête, sur les parkings à la périphérie (parking Lyautey, cité internationale si vous voulez aller voir le parc de la Tête d’Or, Confluence) ou de se garer dans les secteurs avec moins d’animation (Préfecture, Servient, Perrache mais au-delà des voûtes, Universités).

Vous pouvez aussi combiner les modes de transports en vous garant par exemple sur le tracé de la ligne D de métro. Mais celle-ci, un soir de Lumières, est la fête à la sardine. 

 

 

Crédits photos : Ville de Lyon, Skerzo, Lili, Damien Fontaine, Frédéric Godeau, Milosh Luczynski, Chantal Thomass, Direction de l’éclairage public, Jean-Luc Hervé, Light Event Consulting Cité de la Création, école Emile Cohl, Luxor spectacles, Edouard Levine, BioMérieux-TheraEvent, Antonin Fourneau

 

Comments

  1. wick

    Tres chouette page mais la police est illisible!

    • alafindelaroute

      Merci de la remarque. J’ai grossi un peu le caractère, qui me semblait aussi un peu petit.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial