Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

6 Comments

Les chauve-souris, superstars d’Austin

Les chauve-souris, superstars d’Austin
alafindelaroute

Ce n’est pas franchement la rencontre à laquelle on s’attend en pleine ville. Austin, capitale du Texas et de la musique live, est aussi un repaire de luxe pour chauve-souris mexicaines en cloque et offre, tous les soirs de mi-mars à début novembre, un spectacle fascinant. 

IMG_4228_Snapseed

On est allé voir sur place, à l’aide de deux frenchies installés là-bas. Cécile et Cyrille nous récupèrent à notre motel à South Congress et nous partons, à pied, vers le fameux Congress Bridge. Fameux pourquoi ? Il abrite la plus grand colonie urbaine de chauve-souris au monde, avec 750 000 à 1,5 million chauve-souris molosses venues du Mexique (Tadarida Brasiliensis) pour se reproduire. 

Quand la ville a reconstruit le pont au début des années 1980, jamais elle n’aurait pensé que cela allait représenter la plus parfaite des bat-caves. D’année en année, les chauve-souris se multipliaient aussi vite que les pétitions pour les éradiquer. Sauf que certaines assos ou institutions (dont le Bat Conservation International) ont mené un combat d’avant-garde, expliquant tout le bien-fondé de la présence des petits mammifères. D’abord, il n’y a rien à craindre. Mieux, les bats d’Austin participent à un équilibre écologique. Dans une région où l’on dit que les moustiques font la taille d’une orange, chaque nuit, les molosses s’envoient 1800 tonnes d’insectes par an, dont certains néfastes pour les cultures. 

Et le tourisme, créateur d’emplois, s’est développé autour de leur présence (100 000 personnes par an, 10 millions de dollars de revenus selon certaines sources). Le journal local « The Austin American-Statesman » a créé, sur le quai, juste en dessous de son siège, une plateforme d’observation (the Statesman Bat Observation Center) où nous nous retrouvions en cette belle soirée du mois d’août. 

L’endroit est paisible. Une grosse trentaine de minutes avant le coucher du soleil, tout le monde est installé, soit sur le pont (bon spot, mais attention à la sortie des chauve-souris… ou aux voitures), soit sur la pelouse de l’observatoire. Certains ont pris des couvertures pour poser leur royal séant, d’autres du ravitaillement. Au pire, un vendeur ambulant propose de quoi se rafraîchir. Sur l’eau, les « bateaux à chauve-souris » attendent aussi le spectacle. On a de la chance, août est la meilleure période. En effet, les femelles ont donné naissance à leur unique bébé au mois de juin et après cinq semaines, celui-ci, qui est 1/3 plus gros que sa mamounette, commence à se dégourdir les ailes. La colonie est donc plus imposante à cette moment. 

L’attente semble interminable. Tout le monde guette le pont pour observer les premiers mouvements. Deux ou trois bats commencent à tournoyer puis c’est le déferlement. Pendant plus de 30 minutes, la colonie va s’envoler, suivant le lit de la rivière. Les gratte-ciels de downtown en fond, le ciel virant à l’orange et le nuage noir d’où s’échappent de petits cris stridents caractéristiques. Un moment vraiment à part. 

On reviendra, c’est promis, sur le cas d’Austin, qui a bien d’autres choses à offrir que ses célébrissimes chauve-souris.

Le coin pratique

Quand ? De mi-mars à début novembre, juste avant le coucher du soleil. La meilleure période est août. De mi-avril à mai voir début juin, pendant la saison des pluies, les chauve-souris sortent après le coucher du soleil et son plus difficiles à voir. Pour savoir quand les chauve-souris vont pointer le bout de leurs ailes, il y a une hotline : 512-416-5700 (ext. 3636)

Où ? A Austin, Texas, sous le pont de Congress Avenue. Plusieurs spots : sur le pont (attention à la sortie), depuis le quai, au pied du « Austin American Statesman » ou depuis l’eau. Des croisières sont organisées tous les soirs. 10 dollars par adulte (le lien).

Parking :  le parking du journal « Austin American Statesman » est gratuit à partir de 18 heures. 

Conseils : prenez une couverture pour s’asseoir sur la pelouse. Oui, on avait oublié. Oui, il y avait des fourmis rouges. Prenez aussi de quoi vous protéger contre les moustiques. 

 
 

Comments

  1. Impressionnant! Hâte que tu nous en montres plus sur cette ville qu’on dit si cool!

    • alafindelaroute

      Dès que les photos sont triées, je m’y colle. En tout cas, elle nous a fait vraiment une très bonne impression.

  2. Kate

    Ça doit être sacrément impressionnant.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial