Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 20 juin 2017

Scroll to top

Top

23 Comments

Barcelone : deux filles, 33 choses à faire

Barcelone : deux filles, 33 choses à faire
falbalala

C’est un vrai coup de foudre, un grand coup de soleil, qu’on a eu pour Barcelone. Entre deux chutes de neige printanières, on s’est envolées entre filles pour la capitale de la Catalogne, mi avril 2013, pour à peine quatre jours. Match contre le PSG oblige, on y a croisé beaucoup de compatriotes… Nous on s’est plus concentrées sur les monuments, le shopping, la découverte et la dolce vita à l’espagnole. On est fières de l’avoir déjà bien arpentée. Avec Nelly, on est parties à l’aventure… en moins de deux heures au départ de Lyon.

Voilà une sélection de ce qui nous a (vraiment) plu. On s’est retenues pour n’en laisser « que » 33 !

  • 1. Prendre un grand coup de soleil

 

Après cet hiver interminable, quoi de mieux, à moins de deux heures d’avion (de Lyon), que d’aller prendre un grand coup de soleil en Espagne? Avec des températures minimales moyennes qui descendent  à peine en-dessous de 10°C au plus froid de février, (22-28°C max en plein été), 9 jours de pluie mensuels en octobre et avril, un microclimat et une mer de tiède à brûlante, Barcelone a de quoi faire rêver toute l’année. Bon apparemment cette année eux aussi ont eu droit à un hiver long et pénible, mais c’était surtout de la pluie. Et (ici?) on a trouvé les Espagnols vraiment adorables, souriants et hyper serviables.

 

  • 2. Faire des photos cartes postales

 

Les amateurs de photographie vont en prendre plein les mirettes. Ici, tout est photogénique : bâtiments, mosaïques, étals remplis de fruits multicolores, tapas arc-en-ciel, linge pendus aux fenêtres, jardins, vues panoramiques, vieilles échoppes… Attention, au bout d’un moment, à force de lever la tête, vous allez finir par attraper un torticolis.

 

  • 3. Prendre une grande leçon de cours de langues

Alors certes, Barcelone accueille en permanence 10 000 touristes. Mais quand même: du barman de l’hôtel à la vendeuse de chaussures en passant par les vendeurs ambulants et les chauffeurs de taxi, tout le monde manie une poignée de langues. Comme on bloquait en espagnol (ici le catalan), on nous a sorti de l’italien, du polonais, de l’anglais et finalement du français. « On apprend comme ça, à force d’écouter ». Chapeau, une belle leçon…

 

  • 4. Se méfier des pickpockets…

 

On a rigolé vite fait avant le départ en lisant toutes ces recommandations de prudence dans notre guide de voyage : attention aux pickpockets à Barcelone, en particulier sur l’artère hyper fréquentée de la Rambla. Si on n’a rien vu de tel ni eu affaire à de tels déboires, force est de constater que cette psychose est bien présente sur place. Au resto, on nous a bien demandé de mettre notre valise (!) sous la table et de tenir nos sacs, et dans les musées on nous a délivré des conseils (genre comment croiser son sac et son appareil photo pour se protéger de la fauche !). Donc faites gaffe, un « finisseur de la route » averti en vaut deux.

 

  • 5-… et encore plus des ruses des vendeurs de la Rambla

 

En boutiques de souvenirs « officielles » comme au milieu de la rue, même combat. Ils ne vendent pas de tapis mais c’est tout comme. Les vendeurs de maillots de foot, figurines en mosaïques éventails à pois, castagnettes et autres quéquettes en bois (va savoir pourquoi…) sont tout bonnement insupportables. Les prix affichés sont scandaleux, mais ils les modèlent à la tête du client, dans toutes les langues. « Pour cholie mademoiselle, ça sera 30 euros, 30 euros ». Désolé les mecs, on a beau être des filles et françaises, on sait bien que vos t-shirts de Messi qui transpirent déjà dans la main ne sont pas officiels et ne valent ni 50 ni 20 euros et que vos chats/cochons/taureaux en mosaïques n’ont pas été faits en 50 000 exemplaires par Gaudi lui-même. Après une négo rondement menée, on a quand même réussi à se faire mini-avoir : deux chats en pierres multicolores et un éventail, on avait dit 14 euros, pas 27. Et tu m’a pas rendu la bonne monnaie. Mais si si, on est amis regarde on s’en va bonnes joueuses… On tient à garder de bonnes relations diplomatiques avec l’In… ah non pardon l’Espagne.

 

  • 6. Prendre la Barcelona card… ou pas

 

Là, à vous de faire votre choix en fonction de vos objectifs. Comme plein de grandes villes, Barcelone a son city pass, la Barcelona card. Qui promet jusqu’à 320 euros de réduction… mouais. Comptez 37 euros pour un jour par personne, 47 pour 3 jours et 62 pour 5 jours. Son fonctionnement est particulier : elle donne un accès illimité à tous les transports (ça c’est pratique), gratuit à une vingtaine de sites (Fondation Joan Miro, Museu Picasso, jardin botanique…) et des réductions (5, 10, 20%) à d’autres (basilique de la Sagrada familia, Casa Batllo, musée de l’érotisme, palais de la musique catalane…). Aussi des visites guidées (tour en bateau…), entrée sur le circuit automobile de Catalunya, à l’aquarium, au zoo, au casino et des bons dans certains bars, restos et une poignée de boutiques. En fait c’est assez trompeur, et on a eu de mauvaises surprise : certaines entrées sont chères (une vingtaine d’euros) et la card ne permet d’avoir qu’un euro de réduc sur l’audioguide. Attention aussi aux horaires, qui sont un véritable casse-tête : les monuments sont payants à certaines heures, gratuits à d’autres ou tout simplement fermés (car loués). Mais au final on l’a quand même rentabilisée avec les multiples trajets en métro et quelques réducs valables. Attention aussi à sa péremption : la card ne marche que par jour ouvrable, pas par tranches de 24 heures: elle s’arrête à minuit chaque jour. Si vous la prenez le jeudi soir jusqu’au dimanche, il faut compter quatre jours complets.

> Vous pouvez l’acheter en avance : c’est par ici.

 

  • 7. Entrer dans l’univers déjanté de Gaudi

 

Même si on se fout de l’art et de l’architecture, ce personnage-là a profondément ancré sa patte dans Barcelone et est incontournable. L’architecte Antoni Gaudi (XIXe siècle) est un peu le Dali de la construction. Sept de ses oeuvres ont été classées au patrimoine mondial de l’Unesco : la Sagrada familia, le parc et le palais Güell, les Casas Mila, Vincens et Batllo. C’est à lui que l’on doit les célèbres pièces de mosaïques cassées multicolores (trencadis). Décrié de son vivant, il a fini sa vie terré au fond de la crypte de la Sagrada familia avant de mourir renversé par un tramway. Barré mais génial.

 

  • 8. Faire du shopping !

 

Ben oui forcément, surtout quand on part entre gonzesses ! Les grandes chaînes sont bien sûr toutes là, mais c’est surtout l’occasion de payer un peu moins chers les vêtements Desigual, Mango et Zara (locaux) et de ramener des sucettes Chupa-chups, nées à Barcelone. N’oubliez pas un coup de folie chez « Custo », marque espagnole haute en couleur inventée par deux frères qui ont ramené toute une palette de couleurs et de matières de leurs voyages. Chaque pièce est unique (le tissu est décalé de l’une à l’autre) et le travail d’orfèvre (broderies, perles…). On a ramené une chouette robe avec le lapin d’Alice au pays des merveilles… Aussi beaucoup de friperies et de super magasins vintage. Et ce qui est cool c’est qu’après la sieste, les magasins ouvrent très tard.

 

  • 9. Manger des tapas

 

Ici, c’est forcément le sport national. A toute heure (un peu plus tard en décalé), on s’attable pour déguster, assis ou debout au comptoir, des tapas multicolores. Un vrai bon plan quel que soit le standing de l’établissement, l’assiette démarrant autour de 3 euros. Pa amb tomaquet (pain frotté de tomates et d’ail), escalivads (légumes confits), tortilla (omelette), patatas bravas (patates sautées revisitées ou non), beignets de calamars ou de crevettes, assiettes de fromages… Miam. Attention beaucoup d’ail et le on paye le pain et la carafe d’eau. La nouvelle mode est au « pinxtos« , des tapas plus branchés percés de piques en bois; on ne paie que ce qu’on prend sur les plateaux. En dessert, prenez une petite crème catalane (qui a inspiré notre crème brûlée). Au bout de trois jours, on a quand même frôlé l’indigestion !

> On a testé (et bien aimé) la « Crema Canela » (Passage de Madoz), le « Do » sur la chouette place dei Reia et les « Santos tapes » (Placeta del Pi).

 

  • 10. « Cava-iller »…

 

Voilà un incontournable, plus populaire que la sangria à l’heure de l’apéro comme pour accompagner un plateau de tapas: le « cava« . C’est le champ…. catalan, même s’il est formellement interdit de l’appeler comme ça. Certains virent d’ailleurs plus au crémant, mais ça fait partie de l’ambiance. A partir de 3 euros le verre. Coup de coeur (hips).

 

  • 11. … ou dénicher un bon vermuth

 

Soucieuses de goûter aux produits locaux, on a (désespérément) cherché le fameux « vermuth al griffo » annoncé par les routards. Traduit par « vermouth au robinet », cette boisson n’a pourtant rien à voir avec le vermouth germano-italien: c’est un vin cuit aux herbes qui se « coupe » avec de l’eau gazeuse pour le rendre pétillant. Un barman a fini par nous expliquer le mystère : en fait c’est un « simple » Martini, mais certains établissements (bars comme restaurants) font eux-mêmes le leur. A vous de les trouver !

 

  • 12. Voir un lever/coucher de soleil de haut

 

Ça restera l’un de nos gros coups de coeur. Un lever/coucher de soleil à Barcelone est un moment magique, lorsque le soleil pointe au-dessus de la mer et rosit un à un tous les bâtiments et les collines alentour. Le premier jour, vers 7 heures, ça nous a réveillées. Du coup le soir et le lendemain, on était au rendez-vous, au garde à vous dans la piscine (chauffée) du 23e étage de notre hôtel (le Princess Barcelona), du boulevard Diagonal. Atmosphère iréelle. Magique. Plein d’autres vues (panoramiques) géniales. On nous a conseillé celle du mirador de Turo de la Ravira (métro: arrêt Penitents). L’important est de prendre de la hauteur.

 

  • 13. Faire un petit tour au zoo

 

L’un des plus grands zoos du monde mérite bien une petite visite. Il a ouvert il y a plus d’un siècle au coeur du parc de la Ciutadella. Immense, il rassemble plus de 7000 animaux sur une quinzaine d’hectares. Beaucoup de singes (le zoo a longtemps abrité « Flocon de neige », le seul gorille albinos du monde, mort en 2003), spectacles de dauphins et otaries. Grizzli, panda roux, squelette de baleine… un joli parc où l’on se perd (on peut facilement y passer la journée), avec plans d’eau et fausses montagnes au milieu des gratte-ciel. Paons en liberté partout. Fuir les jours remplis de groupes de gosses (on l’a testé pour vous avec une quinzaine de classes, dur…).

> Parc de la Ciutadella, s/n  08003 Barcelona, Espagne. Entrée : 19,60 euros/adulte, 11,60/enfant. Ouvert de 10 h jusqu’à 20 h l’été, 17h30/19 h le reste de l’année. Réduction avec la BC.

 

  • 14. Voir la mer et la plage

 

La mer est omniprésente à Barcelone, qui a aussi un grand port et des plages (autour du parc de la Barceloneta).4 kilomètres de sable à 10 minutes du centre ville. Il y en a quatre principales : la Barceloneta, la Mar bella, Sitges et Icia.

Ne manquez pas de jeter un oeil au giga centre commercial (le Maremagnum). C’est aussi là que se trouve l’aquarium.

 

  • 15. Voir des oies dans une église

 

Certains en feront une crise de foi(e). La visite de la cathédrale de Barcelone vaut à elle seule le détour, mais abrite surtout une vraie curiosité : des oies. Treize pour être exact, qui cancanent gaiement au milieu des bassins d’un jardin tropical, à l’intérieur d’un cloître à ciel ouvert. Au Moyen-Age, elles étaient censées garder la cathédrale et ses trésors des pillards, donnant l’alerte en cas d’intrusion (c’est vrai que leurs « cris » valent bien l’aboiement d’un chien). Le nombre est un hommage à Sainte-Eulalie, patronne des lieux (son tombeau s’y trouve), qui avait treize ans lorsqu’elle a été martyrisée (par les Romains, au IVe siècle). Chaque année, le jour de la fête du Corpus Christi, a lieu sur le jet d’eau de la fontaine une cérémonie tout aussi insolite: celle de l’oeuf qui danse (une coquille d’oeuf vide qui « flotte » au sommet). Côté archi, la cathédrale (gothique) est une merveille. On peut visiter son choeur, sa crypte, son toit et sa vingtaine de chapelles (l’une, autre rareté, est dédiée au culte d’un saint noir). Attention, voilà l’un des sites qui change beaucoup d’horaires et de gratuit/payant (gratuit tôt le matin et après 17 heures).

> Place de la Seu, quartier Barri Gothic. Entrée : 6 euros ou gratuit selon les heures

 

  • 16. Se perdre… sciemment

Est-ce parce qu’il nous manquait le légendaire et inné sens de l’orientation masculin ? Toujours est-il qu’on s’est vraiment beaucoup perdues dans Barcelone. Les différents quartiers s’organisent autour du quartier historique (la Ciutat vella) et tout s’articulent via un impressionnant réseau de métro et bus, concentré sur la place Catalunya . La ville se découvre surtout à pied, mais on a trouvé difficile de se repérer (surtout après qu’on ait perdu notre carte…). Beaucoup de détours au programme avec les multiples heures d’ouverture des sites, prévoyez de bonnes chaussures. Les transports ne ferment finalement pas si tard (à peine après minuit). Le taxi, assez bon marché, est une bonne alternative.

 

  • 17. Activer tous ses sens au marché de la Boqueria

 

Avec son fronton en vitrail, c’est un incontournable de Barcelone. Le marché de la Boqueria (ou San Josep), au milieu de la Rambla, est ouvert tous les jours sauf le dimanche. Ici, on ne trouve que de la nourriture, sur des étals haut en couleur plus beaux les uns que les autres: fruits, charcuterie, poissons, bonbons et chocolats de toutes les formes. Bonne pioche pour un plan pique-nique. La Boqueria a même son école de cuisine, ouverte à tous les publics: de grands chefs dispensent des cours et font déguster les produits du marché, sur place.

> 91 rue de la Rambla. Le marché, qui se targue d’être l’un des « meilleurs du monde », a même son site internet, disponible en français : http://www.boqueria.info/index.php?lang=fr

 

  • 18. Applaudir des artistes de rue

 

Ce n’est pas propre à Barcelone, mais les artistes de rue font ici preuve de beaucoup d’imagination : faux pirates, soldats verts, musiciens de métro, « illuminés » de la Rambla, échassiers et hommes sans têtes animent la rue à toute heure du jour et de la nuit.

 

  • 19. Poser avec le chat de Botero

 

Des sculptures et oeuvres de rues, il y en a à tous les croisements. Mais celle-là est vraiment sympa: allez prendre la pose avec (à côté/sur) le chat de Botero, situé Rambla del Raval (au centre, à quelques rues de la Rambla). Cette sculpture, de l’artiste colombien Fernando Botero, a été acquise par la ville à la fin des années 1980 et a été déplacé plusieurs fois. Avec ses formes « pulpeuses », c’est officiellement le plus gros chat (et le plus drôle) de Barcelone (notez ses petits grelots) . Victime de son succès, on lui vole régulièrement ses moustaches.

 

  • 20. S’émerveiller devant la Sagrada Familia

 

Où que l’on se trouve dans Barcelone, on ne voit qu’elle : la basilique de la Sagrada Familia (encore une à mettre au crédit de Gaudi) est l’un des emblèmes de Barcelone. Implantée dans le quartier de l’Eixample, partiellement classée au patrimoine mondial de l’Unesco et commencée en 1882, elle n’est toujours pas achevée et en permanence en travaux. Ses drôles de tour, d’un style que ne renieraient ni Andersen ni Disney, sont une curiosité à elles seules. Mais c’est l’intérieur qui vous fera littéralement tomber la mâchoire. On entre dans un espace immense, une vraie forêt de colonnes biscornues et décorée de bijoux; la lumière joue dans les vitraux, offrant aux visiteurs un spectacle toujours en mouvement. Splendide.

Attention, préparez bien votre « coup »: la queue fait régulièrement le tour de l’édifice et toutes les parties ne sont pas accessibles/gratuites en même temps. Ni financée par l’Etat ni par l’Eglise, décriée à travers les siècles, elle a pourtant été officiellement ouverte au culte et consacrée par le pape Benoit XVI en 2010. On peut aussi monter sur les toits via un ascenseur, pour quelques euros de plus; franchement pas nécessaire, si ce n’est pour avoir l’impression de visiter le chantier.

> Calle Mallorca (métro du même nom). Entrée: 13,50 euros. De 9 h à 18/20h. Vous pouvez réserver à l’avance et éviter la file d’attente. Voir ici. 

 

  • 21. Grimper au parc Güell

 

Encore un site classé, et encore une réalisation (inachevée) de Gaudi. Ce parc devait à l’origine être une cité-jardin, commandée par Eusebi Güell, un riche mécène catalan (on peut aussi visiter sa maison, au bord de la Rambla, lui aussi classé). Mais seules deux maisons et un immense parc ont pu être réalisés. Une chouette balade tout en courbes à faire au milieu ds mosaïques (c’est là qu’on peut voir le célèbre lézard en pierres multicolores). Point de vue imprenable sur toute la ville. On n’a pas adoré non plus, car il y avait vraiment trop de monde.

Astuce : prendre le bus 24 (ou le taxi): par le métro, ça monte dru! (malgré quelques escalators bienvenus).

> Carrer d’Olot. (Mise à jour 1/11/13 : le site, gratuit lorsqu’on y est allé, est devenu payant le 25 octobre 2013. 8 euros par personne. 400 à 800 personnes seront acceptés par demi-heure). Il est possible de réserver à l’avance une visite guidée (en anglais) à pied.

 

  • 22. Monter voir les drôles de cheminées de la Casa Pedrera

 

On aurait bien fait la Casa Batllo, mais elle était fermée (elle est apparemment régulièrement louée pour des événements privés…). On s’est donc rabattues sur celle de la Mila (la Pedrera), quelques mètres plus haut et tout autant classée. C’est la plus célèbre maison de… devinez qui ? Gaudi bien sûr ! Le bâtiment est encore une fois tout en courbes. On peut visiter les appartements d’époque, mais la principale attraction se trouve sur le toit: une gigantesque terrasse avec vue à 360°C sur la ville et drôles de cheminées. On peut aussi visiter en nocturne et des concerts y sont organisés.

> Carrer Provença. De 9 h à 18h30/20h. Entrée : 16,50 euros.

 

  • 23. Voir le « suppositoire » allumé

 

Au retour, on m’a demandé : « Tu l’as vu le concombre géant ?!? ». J’ai tout de suite vu de quoi il s’agissait (même si ce n’est pas au concombre que j’avais d’abord pensé…). Les Barcelonais eux-mêmes la surnomment « le suppositoire ». La jeune tour Agbar (inaugurée en 2005, du nom d’un grand groupe spécialiste de la gestion de l’eau) a été dessinée par un Français, l’architecte Jean Nouvel. C’est le troisième plus haut building de la ville. Haute de plus de 140 mètres, elle abrite des bureaux, des parkings et un auditorium. Attention, elle ne s’allume (de différentes couleurs) que quelques heures : de 19 h à 21 h l’hiver (23 h le week-end) et de 21 h à 23 h (minuit) l’été.

> 211 avenue Diagonal

 

  • 24. Faire une réserve de cigarettes

Même si les nostalgiques regrettent les paquets à 2 euros d’il y a quelques années, le prix des cigarettes reste attractif en Espagne. Compter 3-4 euros le paquet contre plus de 6 chez nous. A acheter dans les bureaux de tabac ou les distributeurs automatiques. Si vous avez raté le coche, il reste une possibilité à l’aéroport (un peu plus cher) et une limitation de 4 cartouches par personne; si vous êtes en voiture, la loi vient de changer et il n’y a plus de stock limité.

 

  • 25. Assister à un mariage gay

 

Le débat a fait tellement rage chez nous que culturellement, il nous a bien fallu cinq minutes pour se rendre compte que non, ce n’étaient pas deux soeurs qui étaient en train de se marier en même temps et de sortir de la mairie de Barcelone. On s’est retrouvées en plein mariage gay, avec deux mariées. Peut-être des personnes connues, car il y avait la télé… On ne saura jamais. Il y avait beaucoup d’opposants sur la place de l’Ajuntament mais des anti gaz de schiste ou massacre des animaux, c’est tout. L’Espagne a été le troisième pays du monde à légaliser le mariage homo, en 2005.

 

  • 26. Se faire peur en taxi

IMG_7154

 

Vous comprendrez vite que les Barcelonais roulent comme des barjots : personne n’ose s’aventurer sur les passages piétons quand le feu rouge clignote ! On l’a testé (deux fois) vu de l’intérieur en prenant le taxi (somme toute assez bon marché) et ce n’est pas un mythe : les mecs ont le pied au plancher, klaxonnent au lieu de ralentir quand un groupe ivre fait une pause au milieu de la route. Et roulent allègrement à 150 au lieu de 80 !

 

  • 27. Chercher l’inspiration au musée des idées et des inventions

 

J’ai toujours rêvé d’inventer un truc incroyable, le genre d’idées qui vous vient un matin et devient immédiatement essentiel à tout le monde. Ce petit musée (le « Miba« ) décalé regorge de ce type d’objets, et promet de susciter l’inspiration. Les plus téméraires y pénétreront par un toboggan ! Simulateur d’ouragan, gants pour amoureux, lit-puzzle, triple-stylo pour autographes de stars, croquettes fluorescentes pour chiens la nuit, assiette-miroir pour manger moins ou voir s’il ne reste pas un bout de salade entre les dents, pèse-personne people (qui n’indique pas notre poids mais celui, équivalent, d’une star), main pour accrocher les pinces à linge, casque-détente pour chez le dentiste, machine la plus inutile du monde (on appuie dessus et un mécanisme la referme lol), pinces pour manger proprement un hamburger, chaise Homer Simpson… Très rigolo : le vélo d’appart sur lequel on pédale pour faire tomber d’un distributeur correspondant aux calories dépensées. L’oeuvre d’un inventeur, Pep Torres. N’oubliez pas de passer par les toilettes, visiblement la fierté du musée: dès qu’on s’asseoit, la TV s’allume et un mec se met à gueuler et sort une bombe déodorante !

Mouais… On n’a pas été si convaincues que ça. A raconter comme ça ça paraît génial mais sincèrement ce n’est pas un incontournable de votre séjour. Plusieurs écrans ne marchaient pas et tous n’étaient expliqués qu’en espagnol : la barrière de la langue aidant, on est loin d’avoir tout compris. Dommage.

> 7 Carrer de la Ciutat. Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10 h à 19 h (20 h), 14 h le dimanche et jour férié. Entré: 7 euros.

 

  • 28. Danser la sardane

La sardane est la danse nationale catalane. Plus sobre que le flamenco, c’est une sorte de farandole dans laquelle on compte les pas et les pointes. Plusieurs initiations sont proposées dans la ville, et on peut voir des démonstrations le samedi vers 18 heures et le dimanche sur le parvis de la cathédrale et le mercredi place de Jaume.

 

  • 29. Soigner son spleen chez « Happy Pills »

IMG_6605

 

Les vitrines de ces magasins nous ont tout de suite interpellées : une croix-rouge mais des rayons multicolores. « Happy Pills » n’est pas une chaîne de pharmacies mais un nouveau concept (né en 2007) de confiserie espagnol, né à Barcelone. Les boutiques, immaculées, recèlent toutes sortes de bonbons avec des packagings qui reprennent les codes de la médecine. On choisit sa boîte de comprimés, on se sert en bonbons après avoir enfilé des gants en latex. Chaque « pilule » sucrée est accompagnée d’une notice est d’une posologie (en cas de chagrin d’amour, contre les dimanches sans foot, le travail… et tous les maux du quotidien). On adore.

> Plusieurs magasins : 567 avenue Diagonal, 70 carrer de l’Argenteria, 6 carrers dels arcs…

 

  • 30. C’est la crise, aidons-les

En France c’est pas la joie, mais la crise en Espagne est plus dure et dure depuis plus longtemps. ça ne se voit pas tant que ça au premier coup d’oeil quand on fait du tourisme quelques jours (les gens, y compris les locaux, consomment en permanence). Mais on a aussi vu des petites mamies faire les poubelles… Le barman de notre hôtel, Alfonzo, nous a expliqué que c’était bien la dèche : il travaille de nuit et a la « chance » de gagner 1200 euros par mois, alors que beaucoup se contentent de 800. Il vit en colocation dans un appartement de 90 m2 pour 600 euros par mois… qui coûtait plus de 1000 il y a quelques années. ça fait un peu moins mal de payer 20 euros pour entrer dans une église ou payer 30 euros pour deux boissons et deux sandwiches (bon là on a baissé la garde et on s’est bien fait avoir !).

 

  • 31. Se croire dans un film

 

De nombreux films ont été tournés à Barcelone. Vous reconnaîtrez les rues de « L’Auberge espagnole » (« Bueno super bueno! »), « Le parfum« , « Profession reporter » (Jack Nicholson habite la Pedrera), « Vicky Cristina Barcelona » ou « Tout sur ma mère« .

 

  • 32. Faire la tournée des boîtes de nuit

 

On l’avait prévu mais les journées étaient si éreintantes qu’on a finalement passé notre tour. C’est pourtant un passage obligé d’un week-end à Barcelone: la tournée des bars/boîtes. La « mode » change régulièrement, mais le long de la plage reste un classique (il paraît qu’on peut se faire rincer gartis, de bar en bar); on avait aussi repéré, du côté de la Rambla, « El Crangrejo » (9 carrer de Montserrat). Kitsch, tubes des années 80 et travestis sur scène !

 

  • 33. Le retour à la réalité : un atterrissage difficile !

IMG_8005

IMG_7996

 

Dur dur le retour à la réalité quand on a vécu quelques jours à la fameuse heure espagnole. Notre retour à nous a été d’autant plus brutal qu’on a bien cru qu’on ne rentrerait jamais! Si l’aller (à nord d’un avion de la compagnie low-cost Vueling) a été sans accroc, on ne peut pas en dire autant du retour. L’avion faisait beaucoup de bruits, on a eu l’impression de planer sans moteur et de voler très bas, sans parler d’un atterrissage très secouant. On a commencé à vraiment psychoter, et on a cru que le pilote nous annonçait que c’était la fin (cool les messages uniquement en espagnol, heureusement qu’on a compris « bon appétit » à la fin !). Bref, moins de deux heures qui nous ont paru une éternité. Mais pas au point de ne jamais retourner à Barcelone.

 

  • 33. Avoir des raisons de revenir

C’est décidé, on retournera à Barcelone. Pour se la couler un peu plus douce et voir ce qu’on a raté ou pas eu le temps de faire : la crypte de la Sagrada familia, la fondation Miro, la première galerie où Picasso a exposé, l’expo Dali, le musée Picasso, la plage, le palais Güell, la Casa Battlo… Le Camp Nou aussi, le stade du FC Barcelone. Et on n’a pas fait tous les magasins !

 

 

> Côté portefeuille : on a pris un voyage tout compris (avion + hôtel + petit déj) : quatre jours, trois nuits à l’hôtel Princess Barcelona, un peu excentré mais magnifique. Moins de 300 euros par personne sur voyage privé. Mais on s’est fait « mal » sur place ! Pour voir les hôtels à Barcelone. 

  • Vos bons plans

Haydée : « Tu peux rajouter, « découvrir le quartier Guinardo » qui a encore pas mal de maison du début du siècle dernier. Se ballader à côté du parc Gwell dans un parc dont je ne me souviens pas du nom mais qui est beaucoup plus sauvage et désert de monde, allez à la « plaza tripi », mais en réalité elle ne s’appelle pas comme ça, c’est juste que c’est la place des « foncdés », boire du vino tinto dans des verres à eau, allez au musée Picasso qui est excellentissime »

Comments

  1. sonia

    Bravo pour ce bel article et les photos de Barcelone !!! Sonia (une copine de Nelly)

    • alafindelaroute

      Merci Sonia. La bise à Nelly

  2. Lmnr

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant ! Je vais partir avec une amie fin Juin pour ce voyage entre filles ! Il ne reste plus que quelques jours et je n’en peux déjà plus d’attendre! Ton article m’a fait rêvé, merci pour ces conseils détaillés et intéressants, j’y prend grandement note ! 🙂

    • alafindelaroute

      Merci Lmnr. Et surtout un bon voyage girly à Barcelona !

  3. Et bien dis donc, vous vous êtes bien fait c… pour faire cet énorme article, ces montages photos, etc ! Bravo. Je connais bien Barcelone pour y avoir vécu. Tu peux rajouter, « découvrir le quartier Guinardo » qui a encore pas mal de maison du début du siècle dernier. Se ballader à côté du parc Gwell dans un parc dont je ne me souviens pas du nom mais qui est beaucoup plus sauvage et désert de monde, allez à la « plaza tripi », mais en réalité elle ne s’appelle pas comme ça, c’est juste que c’est la place des « foncdés », boire du vino tinto dans des verres à eau, allez au musée Picasso qui est excellentissime, bref, comme vous le décrivez très bien, il y en a des choses à faire, et cette ville est incontournable (il se peut que j’ai mis dans ma liste une chose que vous avez dites) 😉

    • alafindelaroute

      Merci Haydée ! Je pense que je vais rajouter à la fin toutes tes bonnes propositions. Si d’autres lecteurs ou blogueurs en ont, j’ajoute aussi ! Alors, qu’est ce que tu as mis dans ta liste ?

  4. Odile VO

    on y va ce WE, merci pour votre super blog, 2 bruxelloises !!

    • alafindelaroute

      Que dire, à part  » Profitez un max de Barcelone chanceuses ! »

  5. Super article 🙂 Je reviens de Barcelone et vous avez vraiment recenser toutes les bonnes choses de BCN.

    J’ai moi aussi retenu quelques petites adresses sympa à découvrir -> http://une-nicoise.com/2013/11/27/hola-barcelona-city-trip/

    A bientôt

  6. emmanuelle

    Je pars à Barcelone dans 2 jours et je vous remercie pour ce road book qui va beaucoup m’aider 😉

    Bonne continuation

    • alafindelaroute

      De rien Emmanuelle. Merci pour les encouragements !

  7. Je reviens tout juste de Barcelone. C’est une de mes villes préférées, j’y ai d’ailleurs vécu il y a quelques années. Je confirme pour presque tous tes points ! Notamment la Boquéria, le parc Guell & les oeuvres de Gaudi. Par contre je n’ai pas payé pour la Sagrada Famila, un peu cher pour une église 🙂

  8. Je ne savais pas que l’Espagne était le 3eme pays au monde à avoir légalisé le mariage gay. Ton article est super complet ! j’adore le commencement avec « un grand coup de soleil », on sent le vécu ^^

  9. Sympa la statue du chat, dans mes souvenirs il y a aussi des statues d’éléphant dans Raval sur une place (mais j’ai oublié le nom de la place). J’ajouterai juste une chose à faire pour les fans de football c’est visiter le stade du Camp Nou encore mieux assister à match.

  10. yasmine trip4real

    Comment vous avez réussit à faire de telles photos 🙁 je suis photographe et je désespère, y a trop de touristes ^^

    Sinon oui, barcelone c’est vraiment génial mais j’avoue que payer l’eau à chaque restau, ça revient vite cher, et c’est très chiant ! c’est de l’eau crotte !

    • alafindelaroute

      LOL! Peut -être qu’on y était à une période plus tranquille? (avril je crois). Et pourtant j’avais ragé à certains endroits (et bien recadré), comme au parc Guell. L’eau, on n’en n’avait pas bu beaucoup 🙂 Essaye d en profiter quand même

  11. Titziana

    J’ADOOOOORE votre article ! 😀 😀 Je pars découvrir Barcelone avec ma meilleure amie dans 25 looong jours (encore tout ça à attendre?!) et j’ai pris note des choses à ne pas rater ! :p
    Merci beaucoup en tout cas, c’est super complet, on voit que ça a été fait avec envie, je me réjouis de rentrer dans un HAPPY PILLS et de voir le parc Guell !
    Vous avez prévu de voir d’autres villes ensemble? 😀

    • alafindelaroute

      Héhé les voyages entre copines y a que ça de vrai! En raison de notre projet, entre autres, je n’ai pas de girl-travel prévu dans les mois à venir… Mais entre filles on a fait Bordeaux, le bassin d’Arcachon, Paris… que pouvez retrouver sur le site. Très bonnes vacances, ça me fait envie 🙂

  12. Charlotte & Florene

    Bonjour Bonjour,

    Je sais que ton article date d’un an mais j’avais quelques petites questions. Avec une amie on a pour projet de fêtre notre fin d’année à Barcelone et on voulais savoir tes bon plan pour dormir manger etc . On prend tout conseil 🙂

    Bonne journée
    Charltte & Florene

    • alafindelaroute

      Hello les filles ! Pas beaucoup d’autres adresses que celles qui sont indiquées dans l’article. Nous n’y sommes pas retournées depuis (snif snif).
      Pour manger : « > On a testé (et bien aimé) la « Crema Canela » (Passage de Madoz), le « Do » sur la chouette place dei Reia et les « Santos tapes » (Placeta del Pi) ».
      Pour l’hôtel, nous étions au Princess Barcelona (nous avions eu un pack à bon prix). Super piscine sur le toit.

      Voili voilou
      Bonnes recherches

  13. ahhh, barcelona ambiance vacances et chaleurs ! Ça fait du bien alors qu’on est dans la grisaille ! J’adore cette ville si riche culturellement !

  14. marion

    Salut! je part a Barcelone avec des copines et on cherche un endroit ou se loger genre camping avec plage ou il y a pas mal de jeunes et de soirées.. aurais-tu un lieu a nous conseiller vu qu’on ne trouve rien ambiance « jeune »?
    merci

    • alafindelaroute

      Hello Marion, pour les soirées, les quartiers de Gracia, El Born ou El barrio gotico. Pour le camping en revanche, on sèche. Désolé

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial