Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

8 Comments

On a testé une croisière à baleines à Husavik (et mangé des beignets)

On a testé une croisière à baleines à Husavik (et mangé des beignets)
alafindelaroute

Parcs naturels, rencontres inopinées, zoos… Qu’importe le voyage, qu’importent les moyens, telles des fashionistas lâchées le premier jour des soldes dans un Mango, nous sommes toujours à la recherche de bestioles. Frénétiquement. Il y a mon fétichisme pour les panda roux et les loutres, je sais c’est bizarre… mais tellement meugnon, mais on a aussi un petit faible pour les baleines. Boston, Tadoussac, Longue-Pointe-de-Mingan, nous avons testé pas mal de croisières. Bref, les baleines, on se dit jamais « c’est assez » (°_°). Et en Islande, nous avions coché Husavik, dont on a déjà parlé ici pour son musée du pénis qui a depuis déménagé à Reykjavik pour voir plus gr(l)and (voir la chronique).

 

Au nord de l’Islande, à Husavik, l’une des plus grandes villes du pays (on se calme hein, 2300 habitants), à 45 minutes du lac Myvatn, on s’y connait en cétacés. Et la ville est même considérée comme la capitale européenne de l’observation. Ici, on est ouvertement baleines-friendly. Jamais les pêcheurs d’Husavik n’ont levé le harpon sur les baleines à bosses, les baleines de Minke et les baleines pilotes qui viennent passer l’été pour se faire dorer la caudale et pour se nourrir.

 

 

Sur notre programme, nous avions réservé une journée pour Husavik avec au menu, le musée de la baleine, le musée du pénis et une croisière d’observation. On attaque avec les mandrins dans le formol puis on enchaîne avec le petit Husavik Whale Museum, franchement bien foutu. Squelettes de mammifères géants à gogo, une salle dédié à l’orque Keiko, superstar de Sauvez Willy et un couplet écologique pas trop lourdaud. Un bon moment tout en anglais (c’est déjà pas mal vu que mon Islandais est au ras des pâquerettes).

 

 

Après ces deux musées, nous nous sommes retrouvés face à un dilemme comme seule la société de consommation peut en offrir. Vous savez, quand deux boîtes se partagent un monopole. C’est le cas pour l’observation de baleines à Husavik. Deux compagnies (North Sailing ou Gentle Giants), mêmes bateaux ou presque, mêmes tarifs, mêmes tours. Ce qui diffère ? Le logo, les couleurs arborées par l’équipage et la collation qu’on vous sert à la fin. Ca-pi-tal quoi ! Beignets ou roulés à je ne sais trop quoi ? Et là, le doute nous envahit. Que choisir ? Les beignets sont-ils meilleurs ? Ouais mais les roulés quand même ! Mais les beignets sont-ils bien des beignets en Islande ? Après s’être posé bien cinq minutes face aux deux kiosques, comme deux cons devant le rayon gels douche d’un hyper, nous avons pris une décision grave. Ok pour les Gentle Giants. Ça sonne Disney, on préfère le bleu. Quant à la collation, ce n’est pas important, on venait de manger local (un burger) sur le port.

Fascinés par le soleil tardif depuis le début de notre trip, nous prenons une croisière à 20h15, la dernière de la journée. 98 % ! Le croisiériste promet 98 % de réussite, 98 % de chance de voir une baleine. Boum, l’argument massue. Bon, il explique pas si la baleine est à 3 mètres ou à 3 kilomètres. On le verra plus tard.

Trois heures de croisière au menu. On embarque dans le magnifique Sylvia, bateau ancien. Aussi beau que lent, ce qui n’est pas forcément un avantage quand on veut observer les baleines. Husavik s’éloigne dans notre dos. C’est surprenant, car le bateau reste bien dans la baie, ne s’éloigne pas plus loin. A bord, une jeune femme nous arrache les oreilles en nous présentant, photos à l’appui, les baleines qu’on a 98 % de chances de croiser. 98 % !

 

 

Et puis la « chasse » commence. La fille à la voix criarde donne le la. C’est elle qui annonce :  » Oh look, lots of birds feeding » ( » beaucoup d’oiseaux qui se nourrissent »… elle l’a dit bien une trentaine de fois). Ouais mais ta baleine ?  » A Minke Whale at 4 hour » (une baleine de Minke à 4 heures !). Déjà que je suis une quiche avec mon cadran, le temps de traduire dans ma petite tête, de me retourner, la baleine est déjà loin.

 

 

En trois heures, nous avons réussi une demi-douzaine de coups, mais toujours de très loin. Mais la présence des mouettes, des macareux et un soleil rasant de toute beauté, nous fait oublier cette chasse un peu ratée. Delphine rentre dans le coeur du bateau se mettre au chaud. Je reste un moment sur le pont, un thé dans une main. Un beignet ou un roulé dans l’autre je ne sais plus (il était pas bon, c’est sûr). Il est presque 23h30, le soleil doré dans le dos, nous retournons à Husavik.

 

  • Le coin pratique

> Le Musée de la baleine : inratable, il est sur le port.
Le site : http://www.whalemuseum.is/
Ouvert de mars à octobre avec des horaires différents. Juin, juillet, août : de 8h à 18h30 tous les jours. Prix : 1300 ISK (8,4 euros), 500 pour les enfants

> Les croisières, plusieurs formules possibles : observation de baleines, de macareux, île de Grimsey, île de Flatey. Deux compagnies : soit Gentle Giants, soit North Sailing. Compter 75 euros par tête pour l’excursion de trois heures pour observer les baleines. Pour réserver une croisière, c’est par ici.

> Pour le musée du phallus, qui a déménagé à Reykjavik, voir la chronique.

 

Pièce jointePour un voyage personnalisé et authentique en Islande, prenez contact avec Jean-Marc, l’expert local de TraceDirecte.

Faites une demande de devis gratuite, vous pourrez échanger directement avec lui via votre espace client et même l’appeler en Islande avec un numéro gratuit !

Les + de Trace Directe :

  • Une ligne directe gratuite pour préparer votre voyage
  • La garantie et la sécurité d’une agence française
  • Un service client en France

Comments

  1. Top ce petit récit. Je souhaite partir en Islande cet été, en Juin plus précisément, pensez vous que c’est une destination qui se fait facilement en solitaire ? Quel moyen de transport avez vous privilégié? Merci pour vos réponses,
    Arnaud

    • Salut Arnaud,
      C’est une destination qui peut se faire en solo sans souci. Le truc, c’est le logement, soit camping soit trouver des guesthouse (beaucoup plus cher).

      Pour les moyens de transports, la location de voiture coute vraiment cher (2 ou 3 fois plus qu’aux States par exemple). On avait loué une toute petit Hyundai et on n’avait pas le droit de passer certains gués. Le top, c’est le 4×4 mais gare au prix. Sinon, il y a quelques bus sinon. On en avait pris un notamment depuis Kirkjubaerklaustur pour rejoindre le Landmannalaugar dans le centre du pays.

  2. petit-préleur

    Merci pour votre article, j’aime l’humour et les détails!!! Nous partons à deux familles en juillet et projetons la fameuse croisière « baleines beignets-roulés »!

    • Alors beignets ou roulés ? 😉
      Profitez bien de votre voyage en Islande et n’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

      A bientôt

  3. Ce serait génial de faire une croisière à la recherche des baleines. D’après un documentaire que j’ai vu la semaine dernière, la période propice pour pouvoir observer ces gros mammifères serait de fin juin à début octobre. J’aimerais bien un jour en faire cette expérience, les voir de le plus près possible (aie aie aie , bonjour les frissons !!).

  4. Bruno

    Bonjour,

    Merci pour vos récits, toujours bien utiles!
    Pour le bateau à Husavik, faut-il réserver à l’avance?
    Nous nous rendons en Islande le mois prochain, du 18 au 25 juin.

    Merci d’avance pour votre retour!
    Bruno

    • alafindelaroute

      Bonjour Bruno,

      Dans mon souvenir, nous avions réservé la veille pour le bateau via leur site web. Néanmoins, il y a de nombreux départ journaliers et au moment où vous y allez, je pense qu’il y a de la marge si vous êtes souples sur les horaires.
      Très bon voyage !

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial