Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

4 Comments

Valley of the Gods, le petit Monument Valley

Valley of the Gods, le petit Monument Valley
alafindelaroute

Bien sûr, il y a Monument Valley, ses formations rocheuses rouges (mesas), John Ford, Sergio Leone, John Wayne, les indiens, l’Amérique en 16/9e et le mythe. Si le site à la frontière de l’Arizona et de l’Utah est un incontournable lors d’un voyage dans l’ouest américain, il y a quelque kilomètres plus au nord une version miniature qui mérite aussi un large détour : Valley of the Gods.

 

MBDMYDA FE002

 

 

La différence ? Peut-être moins spectaculaire et moins iconique, le site est gratuit, la route qui le traverse est en bon état (hommage aux nids de poules de MV, parfois difficiles à assumer sans 4×4) et surtout, vous avez des chance d’être seuls au monde. Bref, ne vous privez pas de Valley of the Gods, surtout que dans la petite boucle, vous pouvez bifurquer pour voir deux autres merveilles : Muley Point Overlook et Goosenecks State Park (voir le plan ci-dessous).

 

[googlemaps https://maps.google.fr/maps/ms?msa=0&msid=205825045507291706220.0004d2bac24fa11fbb5d8&hl=fr&ie=UTF8&ll=37.238035,-109.903656&spn=0.127259,0.178767&t=h&output=embed&w=600&h=450]

 

800px-VOG,UT

 

Notre journée avait débuté à Moab. Après Dead Horse Point State Park et Canyonlands, nous avions pris la route de Valley of The Gods. Après des kilomètres de paysages désertiques dont ne nous lassions même pas, nous arrivons à destination. Le point d’entrée (discret), en venant du nord, se trouve sur l’US Scenic 163 à 13 kilomètres avant la ville de Mexican Hat. On tourne à droite et c’est le début de la Vallée, une boucle de 17 miles (27 km, comme Monument Valley) au beau milieu des formations rocheuses. Du rouge, de l’ocre, des mesas, cette chaleur écrasante et l’ombre qui se fait rare. L’Ouest américain comme on l’imagine. Mais ce n’est pas fini.

 

 

Muley Point Overlook, à perte de vue

Lorsque vous récupérez la 261, juste après le Valley of the Gods B&B, ne pas tourner à gauche pour retourner sur la 163, mais aller à droite et s’attaquer à la falaise. Tout en haut, c’est Muley Point Overlook. De là-haut, une vue… Mais quelle vue ! Les méandres de la San Juan River et, au loin, les premières mesas de Monument Valley. Parmi les plus belles images de notre séjour dans l’Utah.

 

 

Gooseneck, le cou d’oie

Ce « triangle d’or » est complété par Goosenecks State Park, sur la 261 juste avant de rejoindre la route principale (la 163). Un grand classique. Les virages que prend la San Juan River sont improbables et spectaculaires et à cet endroit précis, ils dessinent un cou d’oie (« goose neck »). Certes, la vue n’est pas au niveau de Horseshoe Bend (« courbe du fer à cheval »), dans les environs de Page (Arizona). Là-bas, la perspective  y est parfaite. Néanmoins, Goosenecks est une halte idéale pour terminer ce triptyque, avant de s’attaquer à la légende, Monument Valley, l’authentique.

 

 

Photos : A La Fin De La Route exceptée la vue aérienne (wikipedia)

Comments

  1. (…) Il se retrouva seul. La tension de cette fin d’après-midi lui avait refilé une nausée tenace. Il continua à ravauder la colline pour laisser retomber la pression. Le soleil déclinait dans son dos, allumant des contre-feux rougeoyants sur les arbustes du Canyon. Il regagna sa voiture, fermement décidé à foncer se recueillir un instant au panorama de Muley Point. La piste n’était pas tracée. À sa connaissance, personne d’autre ne s’aventurait jusqu’à ces falaises diaboliques. Il aimait observer le désert depuis le promontoire. Il avait alors le sentiment d’être aux commandes d’un avion, tellement haut entre les nuages et le fond, tellement loin des hommes, tellement près des secrets de la pierre et du vent. (…)

    Page 102, « Sur la route des frères Patison » (Atria, 2012).

    • (…) C’est Susie qui a décidé de monter boire un coup dans cette gargote. Le nom est séduisant. « Vallée des Dieux ». Sur le panneau de bois, la peinture écaillée annonce qu’on arrive dans un Bed & Breakfast. Je suis sceptique.

      — Tu crois qu’on va pouvoir prendre un café ici ?
      — T’inquiète, Tonf, le type ne peut pas refuser deux clients dans un trou pareil !…

      Elle a raison. La grange campe au milieu de rien. Des pains de sucre aux tons rose et gris assiègent le replat, piqueté seulement de boules de brush qui te bousillent les pattes dès que tu t’écartes du chemin. On a immédiatement l’impression de pénétrer dans une Monument Valley de poche, le gigantisme en moins, le délassement en plus. (…)

      Page 229, « Sur la route des frères Patison » (Atria, 2012).

      • alafindelaroute

        Superbes tes écrits. Très proches de mes pensées, très proches de ce que l’on a vécu et ressenti…

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial