Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 14 novembre 2017

Scroll to top

Top

8 Comments

Fête des Lumières 2012 : nos tops/flops

Fête des Lumières 2012 : nos tops/flops
falbalala

Chaque année depuis des lustres, Lyon s’illumine de mille feux le 8 décembre et, depuis la fin du XXe siècle, accueille un véritable festival de spectacles de lumière. Plusieurs millions de visiteurs, Lyonnais en tête (même si certains snobent depuis que la fête a pris un virage plus spectaculaire), bravent le froid pour parcourir la ville et la Fête des Lumières, qui se tient sur quatre jours autour du 8 décembre. Pour nous, c’est toujours l’occasion d’un marathon plaisir. On a ouvert le feu jeudi soir, et si on n’a pas eu le temps de tout faire, on peut d’ores-et-déjà en faire un petit bilan : 2012 est un bon cru, avec comme chaque année des ratés là où c’était vraiment bien par le passé, des nouveautés qui font regretter l’absence de la mise en lumière de certains lieux et de bonnes petites surprises.

> Retrouvez notre débrief de la Fête des Lumières 2014

> Les tops/flops 2013 c’est par ici, et sinon, voilà la mise en bouche lors de la soirée des essais jeudi. 

 

Si les Lyonnais seront déçus de certaines installations, elles restent un vrai spectacle pour le baptême des visiteurs. Ce qui est sûr, c’est que cette année les concepteurs ont misé sur la durée des spectacles (peut-être parfois un peu trop longs ?), qu’ils ont vraiment pensé à tout (les itinéraires sont vraiment bien pensés et des mises en lumière accueillent les visiteurs dès l’aéroport Saint-Exupéry) et que la fête sera fraîche ! Si vous en avez la possibilité, évitez le soir du samedi 8-Décembre (même si c’est le grand soir, il y aura foule) et préférez ce vendredi ou, encore mieux, dimanche soir.

Voilà une petite sélection de ce qui, selon nous, mérite une petite trotte… ou un bon détour. Sachant que le jeu reste de faire soi-même son tour et son avis.

Voici la balade virtuelle du journal le Progrès, du beau boulot.

  • Les tops

Un gros coup de coeur place de la Bourse

IMG_9304

Place de la Bourse, le « corazon » de la créatrice de mode espagnole Agatha Ruiz de la Prada, dont le coeur est l’emblème, est une vraie réussite. Un coeur en néons qui clignote et passe par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, une bonne musique en prime (Apparat – Goodbye).

Chef d’oeuvre au théâtre des Célestins

IMG_8892 IMG_8883

C’est l’un des bâtiments qui se prêtent le plus à une mise en lumière, avec plus ou moins de succès selon les années. Voilà plusieurs éditions que l’heure était à la déception, balayée d’un coup de pinceau cette année par les « lumières archipicturales ». Le théâtre devient le support du travail de l’artiste, qui lui applique toutes les techniques picturales et es différents courants de peinture, sur une bonne musique et devant des jets d’eau rouges. Génial, même si peut-être un poil long. Pas de panique si ça bouchonne en arrivant de la place des Jacobins: ça va avancer à la prochaine projection. Sinon contournez par les rues adjacentes !

Totale immersion abyssale sous les voûtes de Perrache

IMG_8419 IMG_8491

Autre coup de coeur : les dizaines de poissons qui recouvrent le plafond des voûtes de Perrache, jusqu’alors inutilisées. Des mystérieux poissons, qui changent de couleur, cherchent à s’échapper jusqu’à l’entrée de la gare. Tout bête mais très très efficace. Peut-être compliqué s’il y a vraiment foule sous le tunnel…

Féérique marché de Noël

Pour inciter les visiteurs à continuer leur route vers le nouveau quartier de la Confluence, les illuminations du marché de Noël ont été particulièrement soignées cette année, avec des arches portant d’adorables nounours qui conduisent à Perrache.

Light In place Louis-Pradel

IMG_9327

Pas mal : la place voisine de l’opéra est investie de gros bouquets de lampes abat-jour multicolores. Le genre d’installation régulièrement choisi pour le lieu qui s’y prête parfaitement. Et beaucoup mieux que l’an dernier.

La rue de la République

Toujours sympa la rue de la Ré, mais beaucoup plus spectaculaire et féérique cette année : tout le long de la Presqu’île, la rue déploie des arches monumentales et lumineuses. Ce projet, baptisé « Roman tyca » est en plus écolo : tout est en leds.

Les chrysalides de Saint-Jean : c’est sûr, un beau papillon

On ne l’a pas vu « en vrai » (mais en vidéo) et c’est toujours une valeur sûre: pour la mise en lumière de la cathédrale Saint-Jean, Damien Fontaine, habitué des lieux et lauréat du Trophée Lumière de la Ville de Lyon s’est surpassé, avec un show sons et lumières de plus de dix minutes. Même les gargouilles en ont quitté leur socle !

Colline de Fourvière : « Et si ? » enfin !

Pour la première fois, avec le palais de justice fraîchement rénové, c’est une mise en lumière globale de la colline (cathédrale, palais et basilique) qui se décline à Fourvière. Les grands peintres et les grands styles sont à l’honneur dans un spectacle aux milles couleurs. Superbe, même si un peu long et dommage qu’il n’y ait pas de musique. A voir des quais de Saône, en haut. Car en bas, c’est inondé.

Des berges toujours réussies

IMG_9481 IMG_9444

Depuis leur réaménagement, les berges du Rhône ont toujours réservé de belles mises en lumière. Rebelote cette année avec le bal des luminéoles célestes, sortes de poissons-oiseaux qui flottent au gré du vent, tenus tels des cerfs-volants par de courageux pilotes en blanc. Magnifique, et visible de quatre côtés depuis les ponts et les rives.

Le pont Lafayette

IMG_9423

Magnifique mise en lumière du pont Lafayette avec des drapeaux multicolores et clignotants qui volent au vent.

Les sapins Lumibox

IMG_8360

Alors eux sont vraiment une attraction à part entière : un peu partout, les mascottes Lumibox (des mecs en costumes de sapin à guirlandes) font le show.

  • Les flops

Les Koshehi de soie de l’Hôtel de ville

IMG_9406 IMG_9404

Pour quitter la place des Terreaux, vous pouvez passer par la cour de l’Hôtel de ville et rejoindre la place Pradel et les quais du Rhône. Ne le faites que pour ça: les Kosheshi de soie présentés à l’intérieur ne valent pas le détour. Ces poupées japonaises plus grandes qu’un humain, plus que grossières, ne sont pas une attraction. On frôle l’attraction de kermesse.

Les ascenseurs étranges

Le mot est bien choisi. Les ascenseurs de quatre métros (Cordeliers, Jean-Macé, Croix-Rousse et Valmy) transportent d’insolites voyageurs (une girafe, une poule, un pingouin…). Bof. Difficile à voir (trop de monde autour et ils sont régulièrement utilisés) et finalement simple projection d’une vidéo. Pas convaincus.

Pauvre Louis XIV

IMG_8857

Ici, endroit-clé, ça passe ou ça casse. Ce sera dur d’égaler la géniale boule à neige des saisons passées (les simples ballons en 2011 avaient quand même réussi à faire illusion), et ce n’est pas le « Magic cube » qui le revendiquera. Pourtant l’idée est bonne : les visiteurs sont inviter à pédaler sur des Vélo’V pour produire l’énergie qui permettra d’allumer la statue de Louis XIV. A la clé : un socle qui prend des couleurs disco et un mini feu d’artifices. Mais les visiteurs n’y croient pas.

Un génie des lampes pas génial

IMG_8817

Alors là c’est surtout un problème de compréhension. Un génie des lampes est censé apparaître en dix lieux et raconter un conte projeté sur les murs, relayés par des artistes performers… Un projet itinérant qui s’achève place Antonin-Poncet, sous une tente gonflable. On croit en avoir vu un bout mais ce n’était pas très convaincant.

La Confluence : un sacré périple pour… ça

Pour la première fois, le nouveau quartier de la Confluence a été investi par les Lumières. Bien pour ceux qui découvriraient le coin, à réfléchir pour les autres. Les jardins intérieurs du Conseil régional sont aussi bien de l’extérieur et le spectacle de la place nautique ne vaut pas le détour. Les images de baleines (difficilement visibles) projetées sur les jets d’eau de la darse envoient des gouttes d’eau qui promettent en plus un sacré coup de froid.

Place Gailleton : des ballons qui ne font pas s’envoler

IMG_8790

Bof bof. Les 400 ballons gonflés à l’hélium de la place Gailleton paraissaient séduisants mais le cycle de l’eau revisité en lumières et en musique est vraiment décevant.

  • Les autres

Place des Terreaux : mouais

Pas top mais mieux que l’an dernier. Ceux qui n’ont jamais fait la Fête des Lumières applaudiront, notamment pour la prouesse technique et la projection de personnages humains… Mais les habitués regrettent la beauté et la poésie du précédent coffre à jouets (2008, déjà !). Attention : l’accès ne se fait que par la rue Edouard-Herriot.

La sarabande des animaux magnifiques

On ne peut pas trop se prononcer sur cette parade auxquelles les Lyonnais participent activement : on ne l’a vue que de loin. Mais ces chars d’animaux clignotants semblent avoir un petit côté Disney sympa et festif. Au départ du quai de la Pêcherie.

Le roi des dragons place de la République

IMG_9142

De toutes façons vous allez forcément dessus. Dans le bassin de la place, un roi des dragons géant psychédélique qui clignote sans faire d’étincelles. Moins bien que le ballet lumineux des bonshommes 2011.

Les correspondances de l’Hôtel-Dieu

La cour est recouverte de guirlandes de lettres sur la vie passée de l’hôpital, dans une mise en scène proche de celles des années précédentes. Pas transcendant mais sympa.

Eglise Sainte-Blandine : pas de 7e ciel

IMG_8584

Cette année, la jolie église Sainte-Blandine du cours Charlemagne s’illumine sur le thème du ciel. Sympa sans plus, ne mérite pas le détour mais est essentielle sur le chemin de la Confluence.

Et pourquoi la Tête dort ?

IMG_9959

Une des grandes déceptions cette année. Alors qu’en 2011 et surtout en 2010, avec des installations tout feu tout flamme qui rapprochaient les visiteurs tout en se rapprochant de l’esprit Lumière, le parc Tête d’Or arrivait souvent en tête de nos to-do lists. Rien cette année dans le poumon vert. Snif.

Mise à jour 9/12 : il semblerait que la soirée d’hier ait été dantesque. Falbalala y était et la Presqu’ïle était surbondée, irrespirable. Quelques mouvements de panique à signaler. 

  • Le côté pratique

> Le site officiel des Lumières 2012

> L’application  » Fêtes des Lumières » sur votre smartphone. On l’a testée hier soir et elle vraiment bien fichue. Une carte vous permet de situer les attractions proches. A chaque spectacle sa carte avec l’adresse et les horaires. 

> Où se garer ? Si vous venez de l’extérieur en voiture, Lyon pendant la Fête des Lumières, c’est tout simplement Beyrouth, surtout le samedi soir. Pour garer sa voiture, privilégiez les quais du Rhône et les quartiers un peu en retrait de ces quais : Préfecture, Place Lyautey, Universités… Les meilleurs endroits pour débuter une boucle et repartir sans encombre.

Pour en savoir un peu plus sur Lyon, rendez-vous sur le blog de Chrissand pour une visite détaillée

Comments

  1. Bertaud Lombarteix

    Démagogie culturelle très médiocre avec vos commmentaires sur des oeuvres de mauvais gout High tech qui ressemblent de plus en plus à une soirée télé devant son écran plasma en plein centre ville…oh la belle bleue! oh! une verte! le public passif contemple des vitrines commerciales , façades d’architecture colorées par des lumières ou par du maping video vu et revu…ou est l’innovation créatrice, l’engagement artistique? tape à l’oeil inutile dans la ville des frères Lumière!

    • Vous avez raison. Mettons en lumières des croûtes et des concepts que personne ne comprend. La fête des Lumières n’était pas culturelle (au sens que vous entendez), ne l’a jamais été et quand les organisateurs de ce spectacle sur quatre jours, qui n’existe que depuis 1998, ont essayé d’infuser la culture la plus opaque (mais très fine), les réalisations n’ont pas ou peu été comprises. Sincèrement, je crois qu’il faut s’y faire. La Fêtes des Lumières est un rendez-vous de masse. Sinon, je vous trouve dur avec certaines oeuvres qui méritent un peu plus de respect.

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial