Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 25 avril 2017

Scroll to top

Top

8 Comments

Morfale, j’ai mangé une queue de castor

Morfale, j’ai mangé une queue de castor
alafindelaroute

Ne mentez pas, je vois déjà les regards inquisiteurs, les sourcils froncés, les mines renfrognées et les doigts pointés sur moi. « Quand s’arrêtera-t-il ce gros goinfre ? » Du macareux, de l’alligator, du castor… « Et bientôt, quoi ? Du chaton, du dahu, du panda roux ? »
Alors, c’est le moment où je vous demande de reposer la pierre que vous vouliez me lancer pour me fracasser la tronche en deux. Aujourd’hui, dans « Morfale, j’ai mangé pour vous… », on ne parle pas de ce délicieux (pas au sens propre hein, pas taper !) animal qu’est le castor, ni de sa royale excroissance. En gros, on ne parle pas de ça.

 

 

En revanche, on va parler de ça.

 

 

La première est une queue de castor, la seconde aussi. Au Québec, cette dernière est une pure institution culinaire, et nous avons pu y gouter la première fois en 2008. Qu’est-ce ? Une pâte au blé entier entre la gaufre, le beignet et la bugne, une forme oblongue (d’où le nom pardi), le tout frit dans l’huile (de canola ou de soya) et agrémenté de sucre et de cannelle (ça, c’est pour la classique). Sur la queue de castor, on peut retrouver du sucre et du citron, du nutella, du beurre d’érable, des pommes rôties et de la cannelle, banane et nutella et d’autres choses plus sucrées et grasses les unes que les autres. Même Barack Obama a craqué lors de son voyage à Ottawa, le 19 février 2009 (voir en haut).

 

Où en trouver ?

La Beaver Tail, en anglais, est commercialisée dans tout le Québec et le Canada par Queue de Castor inc. ( la liste des magasins ici). Il est possible d’en trouver aussi, selon Wiki, dans tous les festivals hivernaux que compte la province. 5 à 9 dollars canadiens suivant les endroits (4 à 7 euros).

 

 

Le test

Franchement, si vous êtes fans de sucre, cette pâtisserie arrive au panthéon des diabétiques. Moi qui adore les beignets, ça me touche direct. En fait, j’en bave en écrivant ces lignes. Les autres, passez votre chemin et mangez un céleri.

Par ici la recette.

 

 

Le verdict : 4 morfales

 

Toc, à bientôt.

Photo de la queue de castor (celle qui se mange pas) : http://www.dominiqueetcompagnie.com

Comments

  1. Chiqui BoomBoom

    Zut!! je suis presque déçue que ce ne soit pas vraiment du castor inside!
    Cela m’amène à une question (évidemment) pertinente: au Québec (ou ailleurs), mange-t-on du castor? En avez vous déjà consommé? 🙂 bien la bise les morfalous!

  2. j’ai moi aussi mangé une queue de castor à Ottawa en décembre 2012; la mienne était aux pommes et à la cannelle.Les doses de sucre et de gras contenues dans cette friandise en font un véritable suicide diététique…mais il faisait si froid que c’est passé tout seul!

  3. Annnnn ! Ca a l’air méga bon !!!!
    Trop hâte de goûter !

    PS : si vous touchez à un seul poil de panda roux, Mlle porte plainte

    • alafindelaroute

      Pareil, nous faisons partie de la Ligue de Protection des pandas Roux… Et on ne plaisante pas ^^

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial