Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

A la fin de la route | 20 juin 2017

Scroll to top

Top

6 Comments

Morfale, j’ai mangé de l’Eplakaka

Morfale, j’ai mangé de l’Eplakaka
falbalala

A chaque voyage correspond une fixette culinaire. En Egypte, c’était un poisson blanc pané au citron dont j’ai (pourtant) oublié le nom. La première fois que j’ai mis les pieds aux Etats-Unis, j’ai adopté un régime dissocié presque exclusivement constitué de frozen yogourt (de la glace au yaourt genre Sunday qu’il faut « toper » avec des fruits, des céréales, des bonbons…) . Dès qu’on y retourne, on pense tout de suite à s’envoyer une petite « Coors light », bière sans trop de goût mais tellement rafraîchissante avec ses montagnes sur l’étiquette qui changent de couleur en fonction de sa température. Entre temps, heureusement, le Philadelphia a débarqué dans nos supermarchés (sinon il était en haut de la liste, oh my gosh !). Sans oublier les muffins faits maison, la costoletta alla milanese…

En Islande, on n’a pas toujours le cran de tout goûter : au phoque et à la baleine, on a préféré les burgers, même (et surtout) surgelés. Mais si ce ne sont pas des souvenirs gastronomiques qu’on ramène dans ses valises de ce pays-là, moi j’en garde quand même un excellent : l’Eplakaka. Une véritable révélation. Tous les collègues, amis, connaissances que j’ai harcelé dès mon retour s’en souviennent encore. J’ai même essayé de la reproduire ; et si j’ai touché la recette du doigt, je n’ai à ce jour jamais atteint cette perfection, snif.

 

  • Le plat

Imaginez : une tarte aux pommes (c’est d’ailleurs la traduction littérale) de trois centimètres (AU MOINS !) de haut. Sa pâte est sablée, et la garniture est comme un clafoutis, avec un appareil qui se tient. Dessus, une couche de crumble et enfin, comme si ça ne suffisait pas, parfois un peu de cannelle, un coulis de caramel crémeux (chaud) et une boule de glace vanille. J’ai goûté la première dans le restaurant proche du geyser Strokkur. Puis j’en ai recommandé de partout. J’ai utilisé Google pour trouver la recette (« eplakaka », « apple pie + iceland »…) sans grand succès. Pas mieux en demandant au plus polyglotte de nos hôtes (« I think it’s an apple pie like une english tourte »). Tout ce qui me reste de l’Eplakaka, ce sont désormais ces photos. Régalez-vous !

 

  • La recette (approximative)

– Prenez une pâte à tarte sablée que vous préchauffez

– Coupez cinq pommes (au moins) en morceaux

– Faites un « appareil » pour la « surpâte » (genre pâte à crêpes épaisse) et ajoutez-y un tout petit peu de crème

– Enfournez le tout au four (une trentaine de minutes à 200 °)

– Pendant la cuisson, rajoutez un crumble dessus (mélange de beurre et de sucre)

– Une fois cuite, enduisez le gâteau de coulis de caramel crémeux (je préconise du tout prêt, n’ayant jamais réussi à faire du caramel…)

– Et voilà. C’est presque mon Eplakaka

LA NOTE : quatre morfales

 

Pièce jointePour un voyage personnalisé et authentique en Islande, prenez contact avec Jean-Marc, l’expert local de TraceDirecte.

Faites une demande de devis gratuite, vous pourrez échanger directement avec lui via votre espace client et même l’appeler en Islande avec un numéro gratuit !

Les + de Trace Directe :

  • Une ligne directe gratuite pour préparer votre voyage
  • La garantie et la sécurité d’une agence française
  • Un service client en France

Comments

  1. hmmmmmm ça a l’air trooop bon ! je tenterai la recette…hors phase de régime !

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial